Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Michel BERTRAND et Jean-Philippe PRIOTTI.- Circulations maritimes. L’Espagne et son empire (XVIe-XVIIIe siècle)

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011.- 230 p.
Frédérique Langue
p. 266-270
Référence(s) :

Michel BERTRAND et Jean-Philippe PRIOTTI.- Circulations maritimes. L’Espagne et son empire (XVIe-XVIIIe siècle).- Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011.- 230 p.

Texte intégral

1Fruit d’un colloque réalisé à la Casa de Velázquez, cet ouvrage collectif s’inscrit dans la lignée des études visant à préciser l’articulation des différentes composantes territoriales de la monarchie hispanique et l’exercice de l’autorité dans un cadre impérial étendu comprenant un espace maritime –de la Méditerranée à l’Atlantique et au Pacifique – dont les dimensions ont surdéterminé les modalités d’exercice du pouvoir. D’où l’insistance mise dans les diverses contributions réunies ici non seulement sur les différentes instances de gouvernement, mais également sur les acteurs économiques et politiques, gens de mer, de guerre et hommes d’affaires qui présidèrent aux destinées de l’empire espagnol dans ses territoires d’outremer. Il convient à cet égard de souligner que peu d’approches, y compris sous forme d’ouvrages collectifs, sont parvenues jusqu’à présent à cerner, au-delà de l’aspect nécessairement macro-économique des circulations concernées, les dynamiques sociales et les réseaux qui sous-tendent et définissent dans une très large mesure les conjonctures impériales. Il faut donc saluer cette publication dont l’inscription dans une perspective pluridisciplinaire et les références à la nouvelle sociologie économique et à la micro-histoire permettent par ailleurs de mieux cerner les logiques sociales et politico-institutionnelles à l’œuvre pendant la période moderne.

2L’enjeu majeur de cet ouvrage, qui privilégie dans une certaine mesure l’évitement des problématiques « consacrées » – à savoir la diplomatie de l’époque, les engagements militaires voire guerriers – est en effet d’identifier et d’analyser les pratiques des acteurs sociaux à différentes échelles, ainsi que les interrelations, conflits compris, qui les sous-tendent dans différents contextes. La problématique des groupes économiques dans les sociétés d’Ancien Régime, de leur fonctionnement interne et des enjeux économiques qu’ils représentent, ne constitue certes pas une nouveauté, du moins en ce qui concerne l’historiographie de l’Amérique espagnole. Il en est de même de l’histoire comparée des deux rives de l’Atlantique, de la connexion méditerranéenne, en d’autres termes des histoires « croisées », voire de l’histoire atlantique, pratiquée par les historiens de l’empire espagnol bien avant qu’elle ne parvienne au statut de courant historiographique incontournable dans les universités anglo-saxonnes et au-delà. Les interactions et les jeux de relations entre individus ou groupes d’individus, leur inscription territoriale, économique et politique par rapport à un Etat plus ou moins investi sur un mode interventionniste et par conséquent aux agents de la monarchie, offrent en revanche des pistes novatrices qui sont développées à plusieurs niveaux. L’étude des « jeux de coopération et de conflit des acteurs » acquiert ainsi une importance décisive, à l’intérieur des réseaux concernés comme dans le cadre d’identités construites et revendiquées. La micro-histoire – et la micro-analyse – vient de la sorte conforter ou infirmer l’approche heuristique choisie.

3C’est en effet l’efficacité économique de groupes ou de réseaux d’acteurs d’Ancien Régime qui est ici mise en évidence, efficacité orientée au service de la Couronne – y compris dans le domaine de la fiscalité élargie, si l’on considère les dons et prêts consentis en temps de guerre – en contrepartie d’honneurs ou privilèges consentis dans les territoires dépendant de l’Empire ibérique. L’interdépendance de l’économique et du politique ou, plus précisément, du « cadre institutionnel », constituent dès lors une interrogation essentielle de cette réflexion collective, davantage peut-être que les questionnements concernant la diplomatie et le contrôle des espaces maritimes proprement dits, toutefois indissociables des activités et routes commerciales. Le rôle des dynamiques sociales dans la transformation des institutions sur le long terme n’est pas pour autant éludé. Le fonctionnement des groupes familiaux, et, dans un autre ordre d’idées, des entrepreneurs locaux, des « fonctionnaires », négociants ou militaires, voire la personnalisation du pouvoir exercé dans ce contexte particulièrement vaste, sont également analysés avec précision. L’attention prêtée tout au long de cet ouvrage à une indispensable contextualisation met également en exergue le rôle joué par les conflits et leurs avatars dans l’espace impérial, en d’autres termes par les guerres entre puissances européennes, à la fois instruments de domination politique et armes économiques et commerciales dans l’espace atlantique.

4Apporter une réponse aux hypothèses formulées dans cet ouvrage à l’endroit des diverses évolutions d’ordre institutionnel et tout particulièrement en ce qui concerne l’importance des liens entre individus à l’intérieur même des institutions étudiées (thématique des réseaux), impliquait en effet que soient analysées au préalable les « formes de collusion d’intérêt entre les agents de la monarchie et les entrepreneurs locaux, parfois membres des mêmes groupes familiaux », en d’autres termes, la convergence d’intérêts entre les élites locales, fréquemment des entrepreneurs avant la lettre, et l’Etat péninsulaire. Dans cette perspective, les contributions de Zacarias Moutoukias – qui s’appuie sur le concept de path dependency afin d’appréhender les équilibres constitués et l’interdépendance des variables – et de Francis Brumont – le commerce franco-espagnol au XVIe siècle et ses asientos – confrontent logiques marchandes et logiques d’Etat. Les oligarchies coloniales de Buenos Aires ou les grands marchands castillans qui se consacrent au commerce avec la France tirent en effet parti d’événements et de conjonctures bien précises. Ces deux études montrent bien que, loin de remettre en question les circulations économiques, les guerres et leur cortège de prohibitions vont dans le sens d’une concentration des capitaux et des savoir-faire, de la constitution de groupes de pression à la fois économiques, financiers et par conséquent politiques, suivant un schéma similaire à celui développé par les grands mineurs « banquiers » de Nouvelle Espagne. Les interactions entre marchands, armateurs et Etat s’avèrent en effet décisives lorsque se trouve en jeu la circulation des métaux précieux envoyés d’Amérique en Europe via Séville, et compte tenu du rôle jouée par la Carrera de Indias dans la protection des circuits marchands, élément de cohésion des différentes composantes territoriales de la monarchie ibérique. En définitive, aucune remise en question de l’ordre politique de la monarchie ne vient se superposer à la crise de 1808, aux débats sur la liberté de commerce (1809) et, plus généralement, à la réglementation impériale sur le commerce colonial. La présence anglaise, l’occupation de Buenos Aires en 1806, ou la concurrence brésilienne, sont autant d’éléments qui conforteront la convergence d’intérêts in situ, entre les entrepreneurs locaux et les agents de la monarchie.

5Le décryptage des réseaux relationnels conduit par ailleurs à s’intéresser au rôle des individus dans la cité, au pouvoir qu’ils y détiennent de par leur présence dans les conseils municipaux, échevinages et cabildos. Il en est de même en ce qui concerne les consulats de commerce, aussi bien dans la Péninsule qu’en Amérique, et les jeux d’influences dont ils sont le théâtre, sur des questions aussi décisives pour les politiques impériales que les activités commerciales « au long cours », les stratégies militaires ou les routes maritimes. La réciprocité existant entre la sphère privée, voire familiale, de ces groupes d’intérêts à la fois variés et multiformes et les impératifs étatiques transforment, de fait, maintes configurations locales en enjeux pour la monarchie ibérique et son édifice institutionnel. La conjonction entre institutions locales, réseaux/ relations d’affaires ou familiales, et stratégies commerciales est illustrée précisément par María Hermoso avec l’exemple de la confrérie sévillane de l’Asunción de Nuestra Señora, dite des chevaliers de la rue Castro, confrérie d’origine médiévale qui réunit marchands et maîtres de navire, Génois et judéo-convers inclus, tous fort soucieux de conforter leur ascension socio-économique et se prévalant de leur noblesse et pureté de sang. L’achat de charges publiques est ici l’une des voies les plus prisées de l’affirmation d’un statut économique et social d’exception. Les marchands d’argent du XVIIe siècle novohispano étudiés par Guillermina del Valle n’agirent pas différemment en défendant des intérêts communs avec les alcaldes mayores et officiers de finances, par les prêts consentis ou sous forme d’associations, voire par acquisition directe de ces charges au profit de leur parentèle. Vers la fin du XVIIe siècle, le consulat de commerce de Mexico se trouvera ainsi placé sous le contrôle de ces « marchands monnayeurs » maîtres du crédit et garants du précieux approvisionnement des mines d’argent de la vice-royauté en mercure par le jeu des réseaux et solidarités mis en œuvre par les clans économiques et familiaux.

6Comme le montre Arnaud Bartolomei à propos des négociants français de Cadix, les solidarités sont un gage de poursuite des affaires en temps de guerre. Certains personnages, tels le consul de France à Cadix, jouent ainsi un rôle clé dans les relations avec des marchands, qui, loin de privilégier une allégeance formelle envers la monarchie, demeurent attachés à la défense de leurs intérêts particuliers et collectifs à la fin du XVIIIe siècle. Les stratégies des individus comme des groupes se déploient de la sorte à différentes échelles de la sphère du pouvoir, partant d’un ancrage local mais pouvant atteindre tout aussi bien le cœur de l’Etat. L’efficacité des réseaux, leur pouvoir de négociation avec les Etats, leur utilisation des traités et l’exploitation commerciale des privilèges, n’est pas sans tirer parti en effet de l’« utilitarisme » de l’administration : les commerçants sont en tout premier lieu des « sujets utiles », d’où l’impasse faite par le consul sur les désaccords avec les négociants et leurs représentants. Ces diverses contributions soulignent à cet égard que l’articulation des parentèles et des communautés vient se superposer dans un second temps aux activités de l’élite négociante, des hommes de guerre et des agents de la monarchie. Les ressorts de ces configurations évolutives, qui s’appuient par ailleurs sur un ensemble de normes et de valeurs sociales et morales (loyauté, déférence, amitié), et des négociations constantes qu’elles impliquent, s’avèrent reposer sur des identités multiples, aux définitions aussi bien économiques/professionnelles, que catégorielles et familiales dans lesquelles les pratiques culturelles entrent également en ligne de compte. La diversité des normes et pratiques identifiées, leurs déclinaisons et adaptations en fonction de différents contextes eux-mêmes insérés dans un processus de globalisation par des circulations à la fois multiples, précoces et dépassant très largement les frontières des Etats, justifieraient dans une certaine mesure le recours à une caractérisation venue de la sociologie dans les années 90 (travaux de Robert Robertson), celle de « glocal ». (Voir sur ce point Roger Chartier, « La conscience de la globalité », Annales HSS, 56-1, 2001, p. 123. Et sur la question des frontières de l’empire espagnol, Les sociétés de frontière, de la Méditerranée à l’Atlantique (XVIe-XVIIIe siècle), Michel Bertrand et Natividad Planas (dir.), Madrid, Casa de Velásquez, 2011).

7La complexité des dynamiques considérées et leur complémentarité apparaissent également très clairement dans l’essai de Máximo Diago, centré sur la formation d’une oligarchie locale à Soria grâce aux revenus tirés de l’élevage du bétail transhumant et de l’exportation de la laine fine, source de revenus conséquents pour la Couronne de Castille. L’enjeu réside ici dans l’intégration à cette élite locale mais minoritaire au XVIe siècle des grands éleveurs de la Mesta via l’achat de charges municipales. Telle est également la problématique abordée par Bastien Carpentier et Jean-Philippe Priotti à travers un personnage d’exception : le broker Giovanni Andrea Doria, intermédiaire entre une parentèle et clientèle génoise et le gouvernement de Philippe II. Prince et conseiller d’Etat, lié à la fin du XVIe siècle aux grandes familles de banquiers tels les Spínola – dont la branche madrilène est étudiée par Carlos Alvarez Nogal –, Doria fut en effet le maître sans conteste de la navigation voire de la circulation de l’information en Méditerranée occidentale. Dans ce cas précis, le rôle de premier plan de certains personnages, l’efficience de leur réseaux et la conjonction des activités militaires et bancaires en faveur d’un groupe familial pour ne pas dire d’un groupe de pouvoir confère à celui-ci une indépendance de fait dans les choix stratégiques effectués en Méditerranée. L’approche en termes d’« économie-monde » initiée par F. Braudel et pratiquée avec bonheur par les différents contributeurs à cet ouvrage tend ainsi à préciser et à homogénéiser l’image de « première mondialisation » qui ressort à la lecture de cet ouvrage à la fois extrêmement divers et précis quant à l’appréhension des acteurs économiques et sociaux et de leurs connexions plurielles. Comme le souligne à juste titre Michel Bertrand dans le commentaire qui clôt ce remarquable ouvrage à plusieurs voix, le « soubassement économique et commercial de cette mondialisation reste essentiel à la compréhension du phénomène ». Autre conclusion non moins essentielle de cette réflexion à l’échelle d’une monarchie impériale et qui montre bien que le débat mérite véritablement d’être poursuivi : la pertinence d’une étude non plus quantitative mais qualitative des circulations, stratégies et réseaux développés par ces sociétés marchandes à la période moderne, et de leur surprenante capacité d’adaptation et de négociation à l’intérieur comme sur les marges des cadres institutionnels.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « Michel BERTRAND et Jean-Philippe PRIOTTI.- Circulations maritimes. L’Espagne et son empire (XVIe-XVIIIe siècle) », Caravelle, 98 | 2012, 266-270.

Référence électronique

Frédérique Langue, « Michel BERTRAND et Jean-Philippe PRIOTTI.- Circulations maritimes. L’Espagne et son empire (XVIe-XVIIIe siècle) », Caravelle [En ligne], 98 | 2012, mis en ligne le 01 juin 2012, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/1284

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org