Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Joaquín BARRUCHI Y ARANA.- Relación del festejo que a los Marqueses de las Amarillas les hicieron las Señoras Religiosas del Convento de San Jerónimo (México, 1756)

Ed. Frédérick Luciani, Biblioteca Indiana, Madrid, Ed.Iberoamericana/ Frankfurt am Main, Vervuert, 2011.- 200 p.
Marie-Cécile Bénassy
p. 265-266
Référence(s) :

Joaquín BARRUCHI Y ARANA.- Relación del festejo que a los Marqueses de las Amarillas les hicieron las Señoras Religiosas del Convento de San Jerónimo (México, 1756).- Ed. Frédérick Luciani, Biblioteca Indiana, Madrid, Ed.Iberoamericana/ Frankfurt am Main, Vervuert, 2011.- 200 p.

Texte intégral

1C’est un trésor de la Hispanic Society qu’exhume notre collègue. Un manuscrit illustré de types populaires indiens dont l’auteur est l’aumônier du couvent. Il a traversé l’Atlantique avant d’arriver à New York. Ce n’est pas un chef d’œuvre littéraire méconnu, mais une œuvre de circonstance réussie qui remplit parfaitement son office. Nous connaissions un certain nombre de textes de «festejos» de ce genre, à commencer par un ensemble de six romances composés par Sor Juana Inés de la Cruz, mais la grande majorité a disparu. Et c’est peut-être la première fois que nous disposons de tous les détails de la fête : durée et déroulement de la visite du nouveau vice-roi, itinéraire, décors, costumes, instruments de musique, identité des actrices, des chanteuses, et, en partie, du public. Nous voyons confirmé ce que les travaux récents sur les couvents mexicains (Asunción Lavrin, Rosalva Loreto López entre autres) nous laissaient soupçonner : les grands couvents de Mexico ne constituaient pas une déformation de la vie monastique, mais une institution spécifique bien caractérisée. En fait, ils conservaient abusivement un nom qui n’était plus le leur.

2Le 19 août 1756, ce n’est pas un couvent qui reçoit le couple vice royal ; c’est la vie conventuelle qui se met en «entredicho» pendant une très longue demi-journée. Pendant tout ce temps, les religieuses ne peuvent pas chanter les offices exigés par la règle. Aussi choquant : l’archevêque a autorisé « exceptionnelle-ment » l’entrée dans la clôture de quelques hommes qui ne possédaient pas le privilège du vice-roi, représentant du roi, lui-même représentant du pape. Ajoutons que la salle de théâtre a été installée somptueusement dans un dortoir, ce qui suppose le déménagement de nombreuses femmes pendant une période assez longue. Inutile de dire que la préparation d’un tel « evento » a dominé la vie de la communauté pendant plusieurs semaines, avec des conflits probables lors de l’attribution des rôles. Et ne parlons pas de la dépense ! Les carmélites de Mexico avaient reçu le nouveau dépositaire du pouvoir durant une heure ; les hiéronymites, elles, disposent d’un texte de plus de cent pages qui est en partie chanté et entrecoupé de danses. Comptons le passage à l’église, la visite d’une partie des bâtiments, les politesses, les déplacements, le succulent refrigerio. Il faisait nuit depuis longtemps lorsque la cour a quitté Saint Jérôme.

3Néanmoins on ne fait pas n’importe quoi. Si les religieuses chantent et jouent des instruments, seules les « niñas », pensionnaires d’âge varié, dansent et jouent la comédie. Les rôles masculins sont peu nombreux. Dans la loa initiale, on mélange la mythologie avec la culture chrétienne, mais pas plus qu’ailleurs. On observe scrupuleusement ce qu’Octavio Paz a appelé une « liturgie politique » (p. 43). L’exaltation du couple vice-royal n’est pas plus dithyrambique que d’habitude. Et la suite est faite pour le distraire tout en l’instruisant. Après les éloges pompeux vient un entremés bien enlevé dont l’action se déroule sur la grand’ place. Le vice-roi est accablé de termes en nahuatl qu’il est de son devoir d’apprendre le plus rapidement possible. Il doit connaître aussi les misères du peuple. Enfin, « théâtre dans le théâtre », le poète censure le couvent lui-même : la curiosité des religieuses pour le monde extérieur, la condition parfois peu enviable des esclaves et des servantes. En fait, le climat de la soirée, c’est une sorte de familiarité complice.

4Le nouveau vice-roi aura été reçu dans vingt couvents féminins en deux mois et demi. C’est peut-être un cas unique mais, pendant la période vice-royale, leurs occasions de contact avec « le monde » et la cour étaient multiples. Les tentatives de réforme d’évêques ilustrados à la fin du XVIIIe siècle allaient rencontrer une opposition bien explicable. Ces couvents étaient l’orgueil de la ville. Ils remplissaient un rôle clé comme maisons d’éducation pour l’élite sociale ; ils étaient en outre les meilleurs asiles possibles pour des filles disgraciées ou handicapées qui y restaient toute leur vie comme «niñas». Nous avons ici la preuve du «alto nivel de cultura y refinamiento» (p. 50) de cette maison, en parallèle avec quelques autres. En particulier, l’importance de la pratique de la musique est indéniable aussi bien chez les religieuses que chez les petites filles. La compétition entre couvents y contribuait. Et ce jour-là le souvenir de la brillante Sor Juana est aussi évoqué à plusieurs reprises.

5L’introduction, les notes et la bibliographie sont particulièrement riches. Le texte était difficile. Frederick Luciani est depuis 1996 l’un des directeurs de la Colonial Latin American Review. Il n’hésite pas à avouer parfois son impuissance, mais le plus souvent il aide considérablement son lecteur. Et il nous donne une vraie photographie du rôle éminent des couvents féminins dans la formation de l’identité mexicaine. Les anticléricaux eux-mêmes se souviennent des talents culinaires des nonnes !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Cécile Bénassy, « Joaquín BARRUCHI Y ARANA.- Relación del festejo que a los Marqueses de las Amarillas les hicieron las Señoras Religiosas del Convento de San Jerónimo (México, 1756) », Caravelle, 98 | 2012, 265-266.

Référence électronique

Marie-Cécile Bénassy, « Joaquín BARRUCHI Y ARANA.- Relación del festejo que a los Marqueses de las Amarillas les hicieron las Señoras Religiosas del Convento de San Jerónimo (México, 1756) », Caravelle [En ligne], 98 | 2012, mis en ligne le 01 juin 2012, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/1282

Haut de page

Auteur

Marie-Cécile Bénassy

Université de Paris III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org