Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Carmen MENA GARCÍA.- El oro del Darién, entradas y cabalgadas en la conquista de la Tierra Firme (1509-1526)

Séville, Centro de Estudios Andaluces-CSIC, 2011.- 640 p.
Bernard Lavallé
p. 261-262
Référence(s) :

Carmen MENA GARCÍA.- El oro del Darién, entradas y cabalgadas en la conquista de la Tierra Firme (1509-1526).- Séville, Centro de Estudios Andaluces-CSIC, 2011.- 640 p.

Texte intégral

1L’histoire de la colonisation de l’ancienne Tierra Firme a souffert et a été en quelque sorte mésestimée entre celles, à bien des égards plus brillante, de la Nouvelle-Espagne puis du Pérou. Au premier rang des auteurs ayant contribué jusqu’ici à la faire sortir de l’oubli figure Carmen Mena García, à qui l’on doit notamment des livres magistraux sur la jeune société de Panama et le personnage central de Pedrarias Dávila qui, sous son autorité, mit la région de l’Isthme à feu et à sang pour y trouver les deux «produits» que recherchaient alors en priorité les conquérants : l’or et les esclaves indiens.

2Le présent ouvrage est à bien des égards exceptionnel. Il constitue de fait une véritable somme (de plus de 600 pages) sur les premières décennies de présence espagnole dans le Darién et attire ainsi l’attention sur des phases mal connues de la structuration de l’empire.

3Carmen Mena ouvre son livre par deux longs chapitres très fouillés et éclairants de géohistoire, où elle met en relief les conditions particulières de l’écosystème régional très hostile au peuplement, présente les peuples premiers qu’elle replace dans l’ensemble caraïbéen, insiste sur leur organisation sociale, leur mode de subsistance dans la selva humide et leur cosmogonie.

4Ensuite, dans une deuxième partie, elle en vient à une étude approfondie des premières années de présence espagnole dans la région : la difficile conquête de Veragua et de la Nueva Andalucía (avec Nicuesa et Ojeda), la très précaire fondation de San Sebastián de Urabá, où Pizarro sort pour la première fois de l’anonymat, une étude très originale et détaillée de Santa María la Antigua qui fut la première ville espagnole fondée dans la région et sa première capitale, ses nombreux problèmes, les terribles rivalités qui s’y exacerbèrent néanmoins et les trahisons qui en découlèrent, les razzias menées contre les Indiens d’alentour avec des succès divers mais toujours sans pitié, la politique de Balboa et la découverte de la Mer du Sud, le déplacement du centre de la colonie vers l’Isthme, les terrifiantes expéditions de Pedrarias et de ses hommes, la fin annoncée de Santa María la Antigua devenue une sorte de «cimetière de conquistadors dans la selva».

5La troisième partie est centrée sur l’époque de Pedrarias Dávila qui, en arrivant sur place à la tête d’une troupe nombreuse bouleversa la petite et fragile société locale, l’organisation des pouvoirs et l’économie de la région. Carmen Mena montre excellemment et avec un luxe de détails significatifs comme était composée la hueste, qui étaient ses hommes, selon quel système hiérarchique et de solidarité ils agissaient, quelles étaient leurs armes et bien sûr selon quels principes fonctionnait la hueste sur le plan économique, avec ses rebatos et ses cabalgadas qui n’étaient pas sans rappeler sur bien des points et malgré d’énormes différences dues au contexte, de lointains antécédents de la Reconquista.

6C. Mena en vient tout naturellement, dans la partie suivante, à étudier les finances royales dans la région, ce qui amène à s’intéresser pour l’essentiel à la recherche de l’or, encore un aspect peu connu malgré ce qu’en dit Fernández de Oviedo notamment, sans doute en raison de ce qu’allait être au Pérou l’énorme impact sur l’économie et la première société coloniale du métal jaune. Carmen Mena fait le départ entre réalité et mythe, s’attarde sur les techniques employées par les chercheurs d’or dans la région, mais aussi sur leur organisation, sur la position des hombres ricos d’Acla et de Panama, des señores de cuadrillas, puisque la clé de cette activité, là comme ailleurs fut le contrôle, ô combien compulsif et douloureux, de la main-d’œuvre indienne. De la même façon et avec la même précision, le livre indique, à partir des sources fiscales quels furent la production, les envois de métal précieux en Espagne, l’action des fonctionnaires vérificateurs, l’évolution générale du cycle et, bien sûr, les manières de spéculer qui ne manquèrent pas de se développer là comme ailleurs.

7L’ouvrage se termine sur ce que rapportèrent aux hommes et à la Couronne les cabalgadas et les entradas des années 1514-1515 menées selon la technique du rescate, et apporte un éclairage très suggestif sur l’action de Gonzalo Fernández de Oviedo, personnage clé à cet égard dans la région que son séjour allait marquer de la manière que l’on sait.

8Comme on le voit, ce livre est une véritable mine pour tous ceux qui s’intéressent aux premiers âges de l’Amérique espagnole, dans la mesure où le Darién fut aussi dans la Conquête, dans une certaine mesure, à la fois un creuset d’expérience pour les phases qui allaient suivre mais aussi à bien des égards, la fin des caractères et des modes d’action du «cycle antillais».

9Signalons, pour finir, que ce beau livre dont l’auteure doit être félicitée sans restriction, comporte une bibliographie très utile et très nourrie, ainsi qu’une série de tableaux récapitulatifs très divers et parlants, par exemple sur les hommes qui participèrent aux cabalgadas, les quintos de rescate, les encomiendas attribuées, les chargements de caravelles rentrant en Espagne, mais également les quantités d’or enregistrées à Santo Domingo, Cuba, Porto Rico et en Tierra Firme, de 1514 à 1526, ce qui est très révélateur de l’importance relative à cet égard des quatre zones en question et de leurs évolutions respectives pendant cette période.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lavallé, « Carmen MENA GARCÍA.- El oro del Darién, entradas y cabalgadas en la conquista de la Tierra Firme (1509-1526) », Caravelle, 98 | 2012, 261-262.

Référence électronique

Bernard Lavallé, « Carmen MENA GARCÍA.- El oro del Darién, entradas y cabalgadas en la conquista de la Tierra Firme (1509-1526) », Caravelle [En ligne], 98 | 2012, mis en ligne le 01 juin 2012, consulté le 28 juin 2017. URL : http://caravelle.revues.org/1278

Haut de page

Auteur

Bernard Lavallé

Université de Paris III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org