Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Roberto Ampuero. El Ultimo Tango de Salvador Allende

Barcelone, Sudamericana, 2012
Marine Ollivier
p. 260-262
Référence(s) :

Roberto Ampuero. El Ultimo Tango de Salvador Allende, Barcelone, Sudamericana, 2012, 368 p.

Texte intégral

1El Ultimo Tango de Salvador Allende nous raconte l'histoire de deux vies qui, finalement, se recoupent. La première est celle de Rufino : à travers son journal, il nous raconte sa vie passée aux côtés de Salvador Allende. La seconde est celle de David Kurtz : à la recherche du grand amour de sa défunte fille, il découvrira son passé et déchiffrera, tout au long du récit, le journal écrit par Rufino, pendant la période qui l'a amené à côtoyer le président du pays. Dès le départ, l'auteur sème le doute sur le caractère de l'œuvre : fiction ou réalité ? Bien que ce livre s'appuie sur des faits historiques survenus au Chili ainsi que sur une recherche approfondie de la part de l'auteur, le livre est un roman comme il est si bien rappelé dans la toute première page : « este libro es una novela, y como tal habrá que leerla. »

2Le roman se divise en quatre-vingt chapitres, alternant la vie de Rufino et les recherches de David Kurtz. Le premier chapitre raconte le début de la journée du 11 septembre 1973 de Salvador Allende. Le second représente la scène du retour au Chili de David Kurtz. Les chapitres se suivent en alternant les voix de David et de Rufino; chaque chapitre concernant l'ex-agent de la CIA, David, commence par une chanson anglaise ou étasunienne de renom et chaque chapitre concernant la vie de Rufino ; commence par les paroles de tangos argentins qu'il affectionne tant. La succession des chapitres amène le lecteur à se perdre entre les personnages, pourtant ceux-ci racontent deux époques distinctes et sont bien différentes, mais l'ambiance du livre permet cette confusion. Nous savons dès le début que les deux hommes sont liés, mais quelle est la nature de ce lien ? Le cahier de bord de Rufino nous l’apprendra au fur et à mesure.

3En quatre-vingt chapitres donc, l'auteur fait évoluer les personnages et petit à petit la toile de l'histoire se tisse et le livre nous offre à voir la complexité des relations humaines. Rufino, boulanger qui ne peut travailler à cause de la crise économique que subit le pays, se voit proposer par le Docteur (ainsi est nommé Salvador Allende tout au long du récit), un ami d'enfance de Valparaiso, un travail, celui de cuisinier. Commence alors le récit de sa vie partagée avec le Président. Les discussions sur la vie du pays, les confidences entre deux hommes venant de deux mondes différents, les voyages en Russie et à Cuba et le tango. Oui, parce que Rufino est exalté par cette musique du Río de la Plata, celui-ci fera connaître au Docteur les chants et musiques passionnés des tangueros argentins. Les parties d'échecs et le tango rythment alors la vie de ces deux hommes au milieu du tumulte naissant dans le pays. Parallèlement, nous suivons les recherches que David Kurtz entreprend pour retrouver l'amour de jeunesse de sa défunte fille Victoria, afin de lui remettre ses cendres. Celle-ci lui a laissé un cahier d'écolier et une photo pour le retrouver. Il s’agit alors d'une odyssée entre plusieurs pays, le Chili, où celui-ci a travaillé à la chute du régime d'Allende, l'Allemagne et la Belgique. En fouillant dans le passé, et en lisant le journal de Rufino, David va peu à peu comprendre l'histoire de ce pays qu'il a aidé à changer, et découvrira la vie passée et cachée de sa fille. L’alternance entre ces deux histoires de vie permet d'évoluer en même temps que David, nous apprenons ce que ce dernier apprend et nous pouvons voir la vision étasunienne de Kurtz changer tout au long du récit.

4Le roman prend sa source dans l'histoire du Chili, mais aussi l'histoire de vie de Roberto Ampuero. En effet, les voyages que les personnages sont amenés à faire (Cuba, la Russie, l’Allemagne de l’Est, par exemple) font partie de la vie de l'auteur. Celui-ci, après être parti comme étudiant en journalisme en RDA (Université de Leipzig), s’envole pour Cuba dans le but de connaître
« l'alternative latino-américaine » proposée par Fidel Castro. Il peut donc décrire, comme ses souvenirs le lui rappellent, la réalité cubaine et, dans sa dernière œuvre, nous en faire part à travers le personnage de Rufino qui possède l'esprit critique suffisant pour constater la difficile entreprise de convertir un pays au socialisme. Roberto Ampuero conçoit ce roman comme une interprétation du passé mélangée à la fiction, le plus important étant de parler de figures historiques avec le plus grand respect, le plus sérieusement possible et surtout avec une grande sensibilité afin que les personnages se montrent sous l'égide des sentiments.

5R. Ampuero nous livre l’histoire de relations humaines complexes : entre un père, David, et sa fille Victoria, dont il ne connaît que très peu la vie, entre Rufino et le Docteur, entre un mari, Rufino, et sa femme, Amanda, entre deux nations différentes, celles des Etats-Unis et du Chili. Les relations humaines sont mises à l'épreuve du temps et de l'histoire. Rufino et le Docteur côtoient l'amour de manière différentes : Rufino restant épris de son premier amour disparu, Gricel, tout en étant auprès de sa femme Amanda ; le Docteur étant marié mais fréquentant les autres femmes de sa vie. La trahison sentimentale devient alors une thématique houleuse abordée par les deux personnages.

6La peine de Kurtz le pousse à trouver, par tous les moyens, une trace du grand amour de sa fille. Au fur et à mesure de la lecture du journal de Rufino, nous voyons que les pensées de David changent. Tout en en découvrant plus sur la jeunesse passée de sa fille, il commence à remettre en question l'action des Etats-Unis contre le gouvernement de Salvador Allende. Il doute par la même occasion de son institution (la CIA). Le parangon de la complexité des relations humaines se retrouve dans la relation entre David et Casandra, une liseuse de tarot. Lorsque cette dernière comprend que David n'est pas l'homme qu'il prétend être, qu'il a peut-être fait des choses qu'il regrette, (peut-être car elle n'en saura jamais rien), elle tourne les talons devant la difficile vérité. Ce livre met en relief l'histoire d'un pays, ses problèmes, il parle de la vie et des valeurs qui peuvent fonder des décisions, il aborde également le personnage d'Allende dans sa « condition humaine » et en cela le roman est intéressant. Certes, ce livre est une fiction, mais il relate les faits de manière que le lecteur pense qu'ils se sont passés. Les derniers moments du président, son idéologie et sa vie quotidienne amènent à personnaliser le protagoniste de l'histoire du Chili, le Docteur devient alors plus proche de la réalité, et n'est plus présenté comme un « dieu » ou une « idole » mais comme un être humain avec des convictions. Ce livre est une interprétation du dernier « round » de la vie socialiste du Chili, il est une représentation de ce qui aurait pu être le dernier tango de Salvador Allende.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marine Ollivier, « Roberto Ampuero. El Ultimo Tango de Salvador Allende », Caravelle, 103 | 2014, 260-262.

Référence électronique

Marine Ollivier, « Roberto Ampuero. El Ultimo Tango de Salvador Allende », Caravelle [En ligne], 103 | 2014, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://caravelle.revues.org/1109

Haut de page

Auteur

Marine Ollivier

Université Toulouse 2 – Jean Jaurès (Campus Mirail)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org