Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Lila Le Trividic Harrache, Démocratie et sexualité. Politisation de la pilule du lendemain dans le Chili de la Concertación (1990-2010)

Paris, IHEAL, CREDAL, Coll. « Chrysalides », 2013
Evelyne Sanchez
p. 257-260
Référence(s) :

Lila Le Trividic Harrache, Démocratie et sexualité. Politisation de la pilule du lendemain dans le Chili de la Concertación (1990-2010), Paris, IHEAL, CREDAL, Coll. « Chrysalides », 2013, 228p. ISBN : 9782915310726.

Texte intégral

1Avec ce livre de Lila Le Trividic Harrache se confirme la pertinence de l’initiative prise par l’IHEAL de publier les bons mémoires de Master 2 sur les sociétés contemporaines. Dans cet ouvrage écrit dans un style à la fois épuré et précis, l’auteur propose une analyse du processus de politisation de la pilule dite du lendemain dans le contexte de la post-dictature et de la stabilisation du système politique démocratique au Chili. La mise à l’agenda politique d’un instrument de santé publique fortement connoté sert ici de porte d’entrée à l’analyse des configurations des partis et des coalitions, au rôle de la société civile et d’institutions clefs – notamment l’Eglise, les organismes internationaux et les lobbys pharmaceutiques – et aux processus de négociation entre ces différents acteurs. Le choix de la pilule du lendemain pour analyser et caractériser l’évolution du système politique chilien est assurément judicieux. Située à l’intersection du public et du privé, touchant à des valeurs par nature peu négociables et souvent contradictoires, elle ne peut laisser indifférent et oblige par là-même les acteurs à un positionnement argumenté.

2L’ouvrage est structuré en trois parties divisées en huit chapitres. Il s’attache d’abord à montrer les freins à la politisation de la pilule dans le contexte de la normalisation du jeu politique au cours de la décennie qui suivit la dictature de Pinochet. Ceux-ci, nous dit l’auteur, tiennent à deux éléments essentiels : la priorité donnée à la réconciliation nationale amenait à omettre les thèmes jugés polémiques, et le déséquilibre des forces au sein de la coalition de gauche en faveur du Parti Démocrate Chrétien, soucieux d’éviter que les partis concurrents ne s’approprient le vote des électrices en se faisant les défenseurs des droits du contrôle de la reproduction. Avec une réelle maîtrise des concepts et approches de la sociologie politique, L. Le Trividic-Harrache montre comment « les stratégies [des acteurs] se déploient (…) dans un imaginaire politique des possibles » (p. 53). Dans ce contexte, organisations internationales et Eglise jouent un rôle important puisque les premières ont introduit la question dans ce terrain peu propice grâce aux liens avec les experts chiliens de santé publique, et la seconde a donné au contraire des arguments aux groupes opposés à l’avortement en assimilant les « droits à la vie » brandis contre la dictature aux droits du fœtus. Pour sortir de cette ornière, plusieurs stratégies ont été suivies, très clairement présentées par l’auteur. Les associations d’experts ont tout d’abord cherché à intégrer le sujet de la pilule du lendemain dans les thèmes les plus consensuels possibles, les grossesses adolescentes et la violence sexuelle. Cette stratégie permit à la gauche de l’intégrer dans son plan de lutte contre les inégalités sociales (chapitre 3). Face à cela, les groupes opposés à la pilule préféraient l’assimiler à un avortement, interdit au Chili même en cas de nécessité thérapeutique, et cherchaient à maintenir la question dans la sphère privée. C’est par une erreur de tactique – par un recours en 2001 au Tribunal Constitutionnel – qu’ils ont favorisé bien malgré eux son irruption sur le terrain politique et donc public.

  • 1 La principale différence entre les débats sur les droits des femmes aux XIXe et XXe siècles vient d (...)

3A ce stade du livre, le pari de l’auteur est d’ores et déjà gagné puisqu’elle réussit à proposer un modèle de transition démocratique, en en identifiant les étapes, les caractéristiques et les forces, dessiné au prisme de la mise à l’agenda politique d’un élément conflictuel de contrôle de la reproduction. On peut néanmoins avoir deux regrets, sans doute liés aux délais imposés à l’exercice du Master. Le cas du Chili aurait en effet mérité d’être comparé à d’autres cas de transitions démocratiques, au moins celui proche de l’Argentine confrontée elle aussi à la question de la réconciliation nationale, si ce n’est également à celui de l’Espagne postfranquiste et du Brésil. Enfin, une consultation plus précise des publications sur l’histoire politique du Chili aurait évité une identification hasardeuse des deux coalitions contemporaines au bipartisme du XIXème siècle, et surtout de la posture de la droite contemporaine hostile aux droits sexuels et sur la reproduction, à un héritage du vieux parti conservateur. En effet, plusieurs travaux ont démontré que c’est justement le parti conservateur chilien qui a le plus défendu le droit des femmes et fut même l’un des premiers d’Amérique Latine à poser la question du suffrage féminin1. Ces faiblesses restent néanmoins à la marge du texte de L. Trividic-Harrache et n’enlèvent rien à la rigueur de sa démonstration.

4Dans une deuxième partie très riche, l’auteur décrit l’étape de la conflictualisation de la vie politique comme résultat de la stabilisation démocratique. Au cœur de ce processus, la bataille pour l’encodage de la pilule du lendemain est celle qui va décider de son sort. Comme souvent en politique celui qui définit est celui qui décide. Pour cela, l’exécutif va recevoir le soutien important du monde scientifique : c’est la démonstration faite par le milieu médical que la pilule n’est pas abortive qui ôte sa crédibilité à ses opposants tout en donnant l’opportunité à la coalition de gauche de réinvestir le champ de l’encodage en inscrivant la pilule dans le cadre d’un vaste projet de lutte contre les inégalités. Mais l’auteur n’en reste pas là et montre comment cette évolution est également le fruit d’une mutation du système partisan à l’intérieur de chacune des deux coalitions. Ainsi, l’érosion du parti Démocrate-Chrétien, qui perd la présidence de la République, permet un glissement à gauche de l’ensemble de la coalition, tandis que la droite s’éloigne de la tradition autoritariste, ôtant ainsi la menace qui pesait sur le régime démocratique. Pour achever cette étude sur la conflictualisation de la pilule du lendemain, l’auteur s’attache enfin à montrer le rôle de deux acteurs importants de ce processus, tout d’abord l’institution judiciaire puis celui des électrices. Le recours au droit a été, pour les opposants á la pilule, le moyen d’empêcher de l’inclure dans le débat public, le droit à la vie, y compris avant la naissance, étant inscrit dans la Constitution et considéré comme garant des droits après la dictature. Cependant, le recours au Tribunal Constitutionnel, et donc politique, fait entrer de plain-pied le débat dans le domaine public alors que les opposants à la pilule cherchaient à le contenir dans la sphère privée. Erreur stratégique dans un contexte électoral favorable aux évolutions : depuis 1989, les électrices sont devenues majoritaires, du même coup débattre de la pilule devient un gain politique alors qu’il était perçu jusque-là comme un coût. On le voit, à chaque étape du processus et de la recherche, L. Le Trividic Harrache s’attache à reconstituer l’ensemble des configurations qui, à diverses échelles, dessinent les contours des relations de pouvoir entre les différents acteurs impliqués.

5La troisième et dernière partie, sensiblement plus courte, rompt avec la structure de l’ensemble construite en fonction de la chronologie du processus de politisation, pour se concentrer sur les enjeux qui font de la pilule du lendemain un objet polémique et, pour cette raison, un prisme pertinent pour l’étude du régime politique et du système partisan. Le contrôle de la fécondité est en effet une question qui peut modifier les rapports sociaux entre les sexes, en remettant notamment en cause l’autorité paternelle. Pour l’auteur, contenir l’analyse au seul contexte post-dictatorial chilien est donc insuffisant. Cette partie s’apparente à une conclusion ouverte, invitation à de nouvelles recherches, cette fois sans doute plus sociologiques et moins politiques. L’auteur nous en propose les pistes en réunissant quelques données : l’accès de femmes et de médecins à des postes clefs – y compris le Ministère de la Santé et la Présidence de la République – ont été des éléments importants de l’évolution des postures adoptées vis-à-vis des droits de reproduction dans le pays d’Amérique Latine qui compte la moindre proportion de femmes dans son Parlement (on regrette là encore l’absence de comparaison avec l’Argentine). Le résultat de cette situation est donc tout en nuance : la politisation de la pilule a finalement abouti à la création d’un droit nouveau pour les chiliennes, tout en étant utilisée pour étouffer le moindre débat possible sur l’avortement.

6Ainsi, l’ouvrage de Lila Le Trividic Harrache nous remet les clefs nécessaires à la compréhension du processus complexe de démocratisation chilien, en démonte les mécanismes et en met à jour les étapes tout en étant la promesse d’une recherche sociologique plus ample et moins tenue aux exigences d’un exercice de Master qui a été brillamment mené.

Haut de page

Notes

1 La principale différence entre les débats sur les droits des femmes aux XIXe et XXe siècles vient du fait qu’ils étaient proposés par les conservateurs pour les seules femmes membres des élites – le suffrage universel masculin n’étant pas encore voté, celui des femmes était bien sûr impensable – alors qu’ils sont intégrés par la coalition de gauche actuelle à un discours d’équité sociale. C’est pour que les femmes pauvres puissent exercer le même contrôle sur leur vie reproductive que les femmes plus aisées que le droit à la pilule du lendemain doit être voté. De plus, la question de l’indépendance économique des femmes jouait un rôle bien différent au XIXe siècle : son absence était un argument brandi par les libéraux pour ne pas leur reconnaître le droit de vote alors qu’elle devient pour la coalition de gauche au début du XXIe siècle la raison pour laquelle la pilule du lendemain devait être mise à disposition des femmes, notamment des adolescentes, gratuitement dans les dispensaires. Maza Valenzuela, Erika, “Las mujeres chilenas y la ciudadanía electoral: de la exclusión al voto municipal, 1884-1934”, en Malamud Carlos (coord.), Legitimidad, representación y alternancia en España y América Latina: las reformas electorales (1880-1930), México, FCE, El Colegio de México, 2000, pp. 162-181.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Evelyne Sanchez, « Lila Le Trividic Harrache, Démocratie et sexualité. Politisation de la pilule du lendemain dans le Chili de la Concertación (1990-2010) », Caravelle, 103 | 2014, 257-260.

Référence électronique

Evelyne Sanchez, « Lila Le Trividic Harrache, Démocratie et sexualité. Politisation de la pilule du lendemain dans le Chili de la Concertación (1990-2010) », Caravelle [En ligne], 103 | 2014, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/1107

Haut de page

Auteur

Evelyne Sanchez

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org