Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Guillermo Tell Aveledo Coll, La segunda República liberal democrática/1959-1998

Caracas, Fundación Rómulo Betancourt, 2013
Frédérique Langue
p. 256-257
Référence(s) :

Guillermo Tell Aveledo Coll, La segunda República liberal democrática/1959-1998, Caracas, Fundación Rómulo Betancourt, 2013, 206 p.

Texte intégral

1Bien connue pour son travail remarquable de diffusion de l’œuvre et de la pensée de Rómulo Betancourt, président du Venezuela de 1959 à 1964, la fondation éponyme l’est peut-être moins, en dehors des frontières nationales, pour la publication d’essais critiques ou de sources concernant l’ensemble de la période, démocratique, qui s’ouvrit avec la chute de la dictature de Marcos Pérez Jiménez et la signature du pacte de Punto Fijo en 1958. Les deux genres, essais critiques et sources, sont d’ailleurs réunis dans une perspective d’histoire politique et intellectuelle à la fois, comme en témoigne cette édition critique et anthologie des principaux textes politiques de la période 1959-1998, qui prend fin avec l’élection de Hugo Chávez à la présidence de la République.

2S’appuyant sur un ensemble de séminaires universitaires, cet ensemble témoigne ainsi d’un renouveau de l’intérêt pour une histoire du XXe siècle inévitablement tributaire de l’accessibilité aux sources, et plus encore lorsqu’il s’agit de faits récents, dont les échos récurrents dans le temps présent du pays concerné, rend encore plus essentiel le rappel de certains processus et événements — tel est le sens des chronologies incorporées dans cette collection — , et leur interprétation critique. Tel est d’ailleurs le sens de cette collection d’Histoire contemporaine du Venezuela, qui débute en fait avec la révolution d’Indépendance (1810-1811) et s’inscrit dans le cadre de débats très actuels et renouvelés quant au devenir politique et social du pays, à la défense d’une démocratie alternativement décriée et encensée, et, in fine, au rôle dévolu à l’opposition dans un système démocratique d’inspiration libérale.

3G. Aveledo insiste dans son étude préliminaire sur le fait que les mécanismes légitimateurs de cette démocratie, qui entre alors dans sa deuxième décennie d’existence, renvoient à une culture politique, à un ensemble de droits et de définitions, dans l’ordre constitutionnel, de la répartition des pouvoirs : en d’autres termes, dans le cas vénézuélien, le passage d’un système politique encore dominé par la « république aristocratique » ou le « caudillisme » à un système issu de la volonté populaire sur la base d’idéologies diverses, et dont les premières manifestations remontent aux années quarante du XXe siècle, avec, notamment, la création des partis politiques modernes, acteurs d’un bipartisme qui allait caractériser la vie politique locale jusqu’à la fin de la période considérée, ainsi que la Constitution de 1947. En témoignent un certain nombre de textes, qu’il s’agisse du Plan de Barranquilla (1931), des premiers manifestes d’Action démocratique (AD) ou de COPEI, aux côtés de l’URD ou du PCV. Soit trois principes — la souveraineté populaire, l’Etat social et le pluralisme politique — qui présidèrent à l’adoption de la Constitution de l’ère démocratique (1961).

4Le succès de ce projet, sa longévité, autrement dit son inscription dans le long terme de quatre décennies de pratiques démocratiques (malgré quelques tentatives « prétoriennes » de soulèvements militaires, ainsi entre 1961 et 1965, sous la présidence de Rómulo Betancourt) tranchant avec la situation des autres pays du continent — est aussi, cela est fondamental dans le cas vénézuélien, celui d’une élite civile ayant fait du consensus — en particulier avec les forces armées, et afin de combattre un ennemi commun, la violence insurrectionnelle issue de la « lutte armée » ou guérilla, définitivement mise en déroute sous la présidence de Raúl Leoni — un mode de gouvernement. G. Aveledo voit ainsi dans ce processus de pacification l’une des différences cruciales avec d’autres processus de transition menés depuis d’autres régimes autoritaires. C’est, par conséquent, sur la base des résultats électoraux — et d’une souveraineté populaire passant par le suffrage universel — que l’alternance des partis au pouvoir fut réalisée, l’unité de la nation proclamée, la citoyenneté et la justice sociale établies, la réforme de l’Etat amorcée et le système économique profondément modernisé, dans un contexte de bonanza pétrolière et de dynamisme du secteur syndical. Avec le retour de la crise, manifeste lors de la révolte populaire de février 1989 ou Caracazo, apparurent les remises en question de ce système politique issu du pacte de Punto Fijo et, par l’intermédiaire des candidats « atypiques » aux élections présidentielles de décembre 1998, de cette « affaire pédagogique » qu’était pour Rómulo Betancourt le maintien de cette république libérale démocratique, et qu’illustre amplement la sélection des textes inclus dans cette anthologie essentielle à la compréhension de l’histoire du XXe siècle vénézuélien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « Guillermo Tell Aveledo Coll, La segunda República liberal democrática/1959-1998 », Caravelle, 103 | 2014, 256-257.

Référence électronique

Frédérique Langue, « Guillermo Tell Aveledo Coll, La segunda República liberal democrática/1959-1998 », Caravelle [En ligne], 103 | 2014, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 29 mai 2017. URL : http://caravelle.revues.org/1105

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org