Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Alicia Rios, Nacionalismos banales: el culto a Bolívar. Literatura, cine, arte y política en América Latina

Pittsburg, Syracuse University/Instituto Internacional de Literatura Comparada, 2013
Frédérique Langue
p. 253-255
Référence(s) :

Alicia Rios, Nacionalismos banales: el culto a Bolívar. Literatura, cine, arte y política en América Latina, Pittsburg, Syracuse University/Instituto Internacional de Literatura Comparada, 2013, 213 p.

Texte intégral

1Ouvrant sa réflexion par une référence aux commémorations qui ont émaillé le Bicentenaire des Indépendances et notamment celles des 19 avril et 5 juillet 2010 (respectivement, Junta Suprema et déclaration d’Indépendance) à Caracas, l’auteure aborde d’entrée la militarisation du calendrier commémoratif national et les recompositions des lieux de mémoire effectuées à cette occasion. Etape symbolique de cette réinterprétation du mythe bolivarien, le transfert des restes de Manuelita Saenz au nouveau Panthéon national —aux côtés de son amant le Libertador — et la cérémonie officielle qui s’ensuivit, fournissent un point de départ à la déconstruction d’un discours officiel a priori déconcertant pour qui n’est pas familier de ce « réalisme magique » si prégnant dans le Nouveau Monde. Il est vrai que la cérémonie en question faisait suite à l’exhumation hautement médiatisée des restes du “divin Bolívar” — selon le titre de l’ouvrage d’Elías Pino Iturrieta —, « empoisonné par les oligarques » (sic), et à l’inauguration d’un nouveau Panthéon national, pierres de touche de la nouvelle histoire officielle promue par le « Libérateur du XXIe siècle », en l’occurrence le président Hugo Chávez. Nous ne reviendrons pas ici sur des circonstances amplement connues de cette écriture de l’histoire fondée sur une instrumentalisation sans précédent du passé national. L’auteure évoque certes les « délires bolivariens  » du président, mais, au-delà du « réalisme magique », précisément, de certaines scènes ou discours, elle s’attache à poser un certain nombre de questions quant à l’utilisation et au travestissement du culte bolivarien, omniprésent dans l’histoire nationale depuis l’Indépendance, voire au symbolisme bolivarien dans sa version actuelle ou fictionnelle.

2Comment vivre en ayant l’impression perpétuelle de répéter le scénario d’une telenovela de l’époque ? La question ne manque pas d’intérêt et n’est pas toujours posée en ces termes dans les études historiques portant sur Bolívar ou sur le culte éponyme du héros national. La jonction entre l’interprétation historique et l’analyse littéraire ou cinématographique — l’essentiel de ce petit ouvrage, sa troisième partie en fait — s’appuie sur un certain nombre de références à la fois incontournables et complémentaires de l’historiographie venezolanista, ces « antécédents » certes indispensables, au nombre desquels figurent des lectures plus récentes et amplement motivées par l’actualité : G. Carrera Damas, L. Castro Leiva, Y. Salas de Lecuna, E. Pino Iturrieta, T. Straka, ou A.T. Torres. Ces « nationalismes de la banalité », inscrits dans le paysage politique national et istallés dans le panorama commémoratif depuis le XIXe siècle, comme le rappelle l’auteure, sont étudiés par le biais des « mécanismes énonciatifs » qui auraient permis aux présidents vénézuéliens d ‘instrumentaliser à leur profit ces symboles héroïques remontant à la fondation de la nation.

3S’appuyant sur les auteurs cités, A. Rios analyse toutefois le culte de Bolivar comme « catégorie politique », relevant le caractère « omniprésent » du Libertador y compris dans le temps présent latino-américain avant de passer aux manifestations de l’ « histoire critique » et aux déclinaisons littéraires du personnage. Elle en souligne également les liens avec un processus de constitution des Etats-Nations propre au « Nouveau Monde », lequel expliquerait la « prépondérance du culte militariste » : une institutionnalité « rigide », la présence de « grandes figures » historiques que l’on imagine aisément sous les traits des héros et caudillos dont la présence a marqué l’histoire criolla et le récit de celle-ci, sous forme d’historia patria aux fondements patriotiques voire nationalistes avérés. Se trouve également mentionné un idéal des Lumières quelque peu inaccessible et une moindre « logique » qui diffèrerait A. Rios des situations analysées dans le cas européen.

4La mise en récit et la « construction idéologique » méritent en ce sens d’être prises en considération, postulat majeur de ce petit livre de synthèse. L’œuvre de Gabriel García Márquez, sa relecture plus « humaine » du chef de guerre, demanderait à cet égard à être nuancée en fonction d’un événement fondamental du récit historique : l’attentat orchestré contre Bolívar par son rival Santander en 1828. Malgré la « disgrâce » affectant le héros, se met en effet en place l’une des « sacralisations » majeures du Libertador, semblable à celle mise en place par l’historiographie bolivarienne la plus « récalcitrante ». Un autre épisode serait tout aussi peu mentionné dans le General en su laberinto: l’exécution du « général de couleur » Manuel Piar. Un regard sur l’art par le bais d’un tableau de Juan Dávila et du film colombien « Bolívar soy yo » de Jorge Alí Triana (2002) vise par ailleurs à initier une autre approche d’un culte bolivarien fondé en première instance sur le consensus. A travers cette republication d’un article paru initialement dans la Latin American Literary Review, A. Rios met ainsi en exergue la difficulté d’une remise en question de la geste héroïque et la diversité des lectures possibles de l’action et des utopies portées par l’ « homme des difficultés » selon l’un de ses biographes (M. Acosta Saignes): le lettré, le personnage officiel, l’informel et le populaire. L’ouvrage d’Alicia Ríos étant paru en 2013, il n’y figure pas de références à un autre film sorti cette même année, « Bolívar, el hombre de las dificultades », du Vénézuélien Luis Alberto Lamata (2013) vision officialiste, fort débattue par les historiens critiques précisément, centrée sur une période essentielle de la vie du héros, de mai 1814 à mai 1815. Alors vaincu, Bolívar se réfugie, à la chute de la Deuxième république, en Jamaïque, d’où il écrira sa fameuse « Lettre », reformulation radicale d’un projet politique à l’échelle d’un continent.

5Ce type de référence aurait certes permis de mettre l’accent sur les modalités de réécriture d’une histoire officielle par l’image, quelque peu absente malgré tout de cette réflexion. De même, évoquer un « culte militariste », même en s’appuyant sur les ouvrages de Germán Carrera Damas, demanderait à être nuancé, compte tenu des nombreux travaux de Domingo Irwin, Hernán Castillo et autres historiens sur le sujet. Indépendamment de ces réserves à caractère essentiellement historique, il reste que Nacionalismos banales n’est pas un livre d’histoire mais une synthèse critique, menée depuis les Latin American Studies, des diverses approches du culte de Bolivar, de l’histoire républicaine du XIXe siècle vénézuélien à nos jours. L’ouvrage se veut également une approche de la manière, fort diversifiée, dont les « idéaux » bolivariens ont été affectés par la succession de guerres et conflits divers, coups d’Etat et dictatures et l’héritage politique d’un héros assumé ou non par les nations issues de la Grande Colombie. Il a valeur en ce sens de synthèse pluridisciplinaire à l’endroit du culte héroïque et plus généralement des célébrations de « héros nationaux » intangibles et porteurs d’une « vérité » incontestable si ce n’est sacralisée (voir la représentation de Bolívar par un artiste chilien en 1994, à l’origine d’une controverse diplomatique). Il constitue, plus encore, une incitation à développer ce type d’études comparées et notamment en ce qui concerne les stratégies mises en œuvre par les thuriféraires du héros et des « pères de la patrie » dans le domaine de l’image afin de conforter une nouvelle version de l’histoire officielle. Le dilemme latino-américain, dûment souligné dans l’introduction, demeure en effet : à savoir la vénération in situ des lois écrites et leur oubli si ce n’est le peu de cas fait de leur mise en pratique par les gouvernants en place, si l’on en croit l’écrivain Jorge Volpi, auteur remarqué d’une autre étude, mi fiction littéraire, mi essai, consacrée précisément à l’ « insomnie de Bolívar ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « Alicia Rios, Nacionalismos banales: el culto a Bolívar. Literatura, cine, arte y política en América Latina », Caravelle, 103 | 2014, 253-255.

Référence électronique

Frédérique Langue, « Alicia Rios, Nacionalismos banales: el culto a Bolívar. Literatura, cine, arte y política en América Latina », Caravelle [En ligne], 103 | 2014, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/1103

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org