Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Bernd Hausberger, Raffaele Moro (Coord.), La Revolución mexicana en el cine. Un acercamiento a partir de la mirada ítaloeuropea

Mexico, El Colegio de México, 2013
Marion Gautreau
p. 251-253
Référence(s) :

Bernd Hausberger, Raffaele Moro (Coord.), La Revolución mexicana en el cine. Un acercamiento a partir de la mirada ítaloeuropea, Mexico, El Colegio de México, 2013, 306 p.

Texte intégral

1À plus d’un siècle de la Révolution mexicaine, les études qui se penchent sur les répercussions que cet événement a eues dans le cinéma sont abondantes. Néanmoins, l’historiographie s’est habituellement intéressée à la production cinématographique mexicaine et états-unienne.

2Le champ circonscrit du regard italo-européen, abordé dans le recueil de texte La Revolución mexicana en el cine, constitue donc un point de départ novateur au sein des études sur la guerre civile mexicaine au cinéma. Issus du colloque La Revolución mexicana en el cine « ítaloeuropeo » : los imaginarios de los Años Sesenta célébré au Colegio de México (Mexico) en janvier 2009, les neuf textes sélectionnés offrent un panorama complet et détaillé de la représentation de la Révolution dans les spaghetti westerns des années soixante et soixante-dix.

3Dans un premier temps, Marco Giusti nous rappelle le contexte de production et le succès des westerns « all’italiana » remportés par les films de Sergio Leone, dans lesquels il observe une critique du capitalisme et d’Hollywood. Au sein de ce genre filmique naissent les tortilla westerns, portant sur le Mexique et dont le protagoniste est généralement un bandit aux allures plus ou moins comiques mais qui peut développer au fur et à mesure que le film progresse une forme de bonté ou un sens de la justice.

4Parallèlement, Ricardo Pérez Monfort revient sur le stéréotype du révolutionnaire, en retraçant sa genèse depuis les années vingt, notamment dans les expressions artistiques mexicaines : littérature, muralisme, théâtre. Selon lui, les gouvernements post-révolutionnaires se sont emparés de ce stéréotype afin de le transformer en un héros folklorique incarnant les traditions paysannes tout en masquant les revendications sociales qu’il pouvait porter à l’origine. C’est ce cliché nationaliste qui s’est imposé au cinéma mexicain de l’âge d’or (du milieu des années quarante au milieu des années cinquante).

5On comprend donc aisément que le personnage du bandit sanguinaire autour duquel se sont construits la plupart des westerns italiens tranche avec le stéréotype forgé par les Mexicains eux-mêmes. Cependant Adela Pineda Franco et Christopher Wayling considèrent que les production italo-européennes inversent le schéma offert par les westerns états-uniens ; dans les spaghetti westerns, le délinquant mexicain devient le protagoniste de la diégèse et finit en général par incarner le « bon » face à son acolyte du Nord. Plus généralement, ils considèrent que les Zapata westerns (comme ont été dénommés les westerns ayant la Révolution mexicaine pour sujet principal bien que le personnage d’Emiliano Zapata n’y apparaisse pas) questionnent la dualité civilisation/barbarie en inversant les rôles traditionnels du western états-unien au profit d’une idéologie post-coloniale. Christopher Frayling rappelle néanmoins que les spaghetti westerns ont été soupçonnés d’un certain opportunisme commercial en voulant s’ouvrir aux marchés cinématographiques du Tiers-Monde. Il souligne également qu’ils ont parfois été contre-productifs vis-à-vis du discours révolutionnaire en le rendant plus brutal et cruel qu’idéologique.

6Le texte de Raffaelle Moro fait le lien entre une première partie de réflexion générale sur l’image de la Révolution mexicaine dans les westerns italo-européens et une deuxième partie, constituée également de quatre textes, qui se consacre à la réception de cette filmographie. Il insiste sur le caractère politique des Zapata westerns qui ont servi de prétexte aux réalisateurs italiens pour traiter des problématiques historico-politiques européennes de façon plus au moins déguisée, telles que la Seconde Guerre Mondiale ou la « guerre civile » italienne de 1943-1945. Il établit un parallélisme entre l’influence des idées de la gauche italienne et en particulier du Parti Communiste dans les années soixante et l’engagement politique des réalisateurs de westerns all’italiana qui trouvent dans l’évocation stéréotypée de la Révolution mexicaine un moyen d’exprimer leur intérêt pour le Tiers-Monde et leur idéologie anti-colonialiste.

7Au vu de la teinte politique de la plupart de ces films, il est aisément compréhensible qu’ils aient été généralement censurés en Espagne, sauf dans les cas plus complexes de co-productions, qui étaient nombreux, car les paysages espagnols se prêtaient fort bien à une reconstitution de la désertique frontière mexicano-américaine (Rafael de España). De façon apparemment plus paradoxale, les spaghetti westerns ont, également, eu peu de succès au Mexique. Ce n’est pas l’aspect stéréotypé de ces films qui peut être mis en cause puisque la cinématographie nationale était sans doute la plus riche en clichés. Bernd Hausberger démontre de façon clairvoyante et extrêmement documentée que ce que refusent les Mexicains, c’est le droit que se sont arrogé des étrangers de jouer avec leur mythe national : la Révolution fondatrice du Mexique du XXe siècle. De surcroît, les films produits en Europe montrent des affrontements entre Mexicains et ne relaient pas l’illusion d’une Révolution source de cohésion et d’union nationale, image patiemment forgée par les gouvernements post-révolutionnaires. Cette idée est reprise par Montserrat Algarabel qui ajoute des raisons économiques, et notamment une crise de la distribution cinématographique au Mexique dans les années soixante, à la mauvaise réception des Zapata westerns. Enfin, Eduardo de la Vega Alfaro replace l’arrivée de ces films dans le contexte de production de westerns mexicains en offrant un panorama précis de ce qui est sorti à cette époque-là sur les écrans.

8Les neuf textes du recueil permettent au lecteur, même non averti, de naviguer aisément dans la production de westerns des années soixante et soixante-dix. Ce livre aide à comprendre les motivations des réalisateurs européens et explique l’engouement pour ce genre, tout en offrant le point de vue de la réception des Mexicains, directement concernés par les sujets traités par ces films. La plupart des textes s’appuient sur des analyses détaillées de films offrant ainsi des clefs de lecture à ceux qui s’intéresseraient à un réalisateur ou un film en particulier. Enfin, une filmographie exhaustive vient clore cet ouvrage qui comble un vide historiographique sur la représentation de la Révolution mexicaine au cinéma.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Gautreau, « Bernd Hausberger, Raffaele Moro (Coord.), La Revolución mexicana en el cine. Un acercamiento a partir de la mirada ítaloeuropea », Caravelle, 103 | 2014, 251-253.

Référence électronique

Marion Gautreau, « Bernd Hausberger, Raffaele Moro (Coord.), La Revolución mexicana en el cine. Un acercamiento a partir de la mirada ítaloeuropea », Caravelle [En ligne], 103 | 2014, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 29 mai 2017. URL : http://caravelle.revues.org/1099

Haut de page

Auteur

Marion Gautreau

Université Toulouse 2 – Jean Jaurès (Campus Mirail)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org