Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Manuel Pérez Ledesma, Trayectorias trasatlánticas (siglo XIX), personajes y redes entre España y América, et Trayectorias trasatlánticas (siglo XX,) personajes y redes entre España y América

Madrid, Ediciones Polifemo, 2013, et Madrid, Ediciones Polifemo, 2013
Bernard Lavallé
p. 250-251
Référence(s) :

Manuel Pérez Ledesma, Trayectorias trasatlánticas (siglo XIX), personajes y redes entre España y América, Madrid, Ediciones Polifemo, 2013, 376 p.

Manuel Pérez Ledesma, Trayectorias trasatlánticas (siglo XX,) personajes y redes entre España y América, Madrid, Ediciones Polifemo, 2013, 334 p.

Texte intégral

1Ces deux volumes récemment parus recueillent l’essentiel des résultats d’une recherche collective consacrée à l’étude des liens personnels, après l’Indépendance, entre la Péninsule (Espagne et Portugal) et leurs anciennes colonies, afin de montrer comment et dans quelle mesure ces relations ont continué après la rupture politique. Son titre était révélateur : El espacio atlántico como espacio ibérico : viajes, contactos y transferencias, siglos XIX y XX. Il ne s’agissait pas pour les chercheurs engagés dans le projet de se lancer dans un vaste répertoire biographique ou dans une grande étude de type prosopographique, mais de se concentrer sur des biographies ciblées et sélectionnées, en particulier pour leur valeur et leur signification, leur caractère souvent exceptionnel étant mis en relation avec leur environnement et servant à montrer jusqu’où pouvaient aller les relations de ce type.

2Le premier volume présente onze études, le second dix, qui couvrent un spectre assez large du point de vue géographique, professionnel et chronologique. Les six premiers cas étudiés sont ceux de personnages nés au XVIIIe siècle, les plus récents concernent l’émigration espagnole provoquée par la Guerre d’Espagne et même le séjour de Blas de Otero dans la Cuba révolutionnaire. Les trajectoires vitales étudiées de manière très fine sont elles aussi diverses puisqu’elles sont celles de soldats, de diplomates, de révolutionnaires, d’intellectuels, de bannis, d’idéologues, voire d’hommes d’affaires.

3Dans le premier volume, au travers des exemples donnés on voit bien comment pouvaient communiquer les expériences et les espoirs, voire les ambitions personnelles, entre les deux rives de l’Océan, au point de montrer la permanence, au-delà des vicissitudes politiques et du temps, d’un espace hispano-américain à la fois culturel, social et politique, qui donne une nouvelle dimension et de nouveaux visages à l’histoire de l’espace atlantique, généralement étudié sous d’autres angles, notamment politiques ou économiques.

4L’analyse est aussi différente puisqu’elle se situe dans la plupart des cas étudiés en dehors des perspectives idéologiques qui pour l’essentiel légitimaient la constitution des empires de l’âge moderne.

5Une très bonne introduction explique le choix de la méthode biographique finalement retenue, car elle permet de mettre en relation les expériences humaines, dans leur concret et leur diversité, dans des espaces sociaux déterminés, et permet de montrer l’articulation entre l’individuel et le collectif, en particulier grâce aux réseaux auxquels appartenaient et dont avaient joué les personnages dont les parcours sont analysés.

6Pour le premier volume, celui consacré au XIXe siècle, on voit bien comment les ruptures de l’Indépendance en fin de compte et malgré les malentendus n’ont pas interrompu les contacts existant depuis des siècles. Dans ce domaine, le rôle des personnalités comme celles qui sont étudiées, au travers de l’amitié, des liens familiaux ou des intérêts les plus divers, ont contribué à maintenir, souvent avec succès, et d’une manière somme toute naturelle, ce riche tissu d’échanges dont les relations institutionnelles établies après l’Indépendance constituaient le substrat formel et l’apparence officielle.

7Dans le second volume, les espaces concernés sont plus vastes, l’Amérique espagnole n’est plus la seule terre d’accueil, apparaissent aussi les États-Unis, le Grande-Bretagne, la France. Le siècle, le XXe, offre aussi un autre contexte, plus conflictuel non plus outre-Atlantique mais sur le Vieux continent même. En Amérique, pendant ce temps, les États-nations se sont affirmés malgré bien des difficultés, les frontières sont devenues des réalités plus fonctionnelles, et souvent des obstacles nouveaux aux échanges et aux perméabilités. La situation en Espagne, et en Europe d’une manière générale, a elle aussi changé. Les biographies présentées se situent donc pour la plupart dans des perspectives sensiblement différentes de celles du siècle antérieur, mais n’en montrent pas moins, parfois sous d’autres formes, la permanence des liens du siècle passé.

8Il ne peut être question de donner ici la liste des presque vingt biographies de contact présentées dans ces deux volumes. Par leur diversité, la précision ou la richesse de leur information, et la minutie avec laquelle elles reconstituent les réseaux qui donnent un sens aux vies dont elles parlent, elles éclairent de manière variée mais toujours significative les parcours de ces hommes (et de quelques femmes) ayant vécu en quelque sorte à cheval sur le monde atlantique qui donna un nouveau sens à leur existence mais aussi au contexte dans lequel il leur fut donné de vivre des époques parfois très difficile.

9On pourrait d’ailleurs suggérer que cet excellent ensemble donne le jour à un ouvrage qui, à partir de ces expériences, systématise ces processus et en montre, au-delà des accidents biographiques individuels, sinon les invariants, du moins des grands traits significatifs à la fois pour la Péninsule et pour l’Amérique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lavallé, « Manuel Pérez Ledesma, Trayectorias trasatlánticas (siglo XIX), personajes y redes entre España y América, et Trayectorias trasatlánticas (siglo XX,) personajes y redes entre España y América  », Caravelle, 103 | 2014, 250-251.

Référence électronique

Bernard Lavallé, « Manuel Pérez Ledesma, Trayectorias trasatlánticas (siglo XIX), personajes y redes entre España y América, et Trayectorias trasatlánticas (siglo XX,) personajes y redes entre España y América  », Caravelle [En ligne], 103 | 2014, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://caravelle.revues.org/1097

Haut de page

Auteur

Bernard Lavallé

Université de Paris III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org