Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Manuel Hernández González, Liberalismo criollo y sacarocracia en Cuba, José Arango y Núñez del Castillo (1765-1851)

Madrid, Ediciones Idea, 2014
Bernard Lavallé
p. 247-248
Référence(s) :

Manuel Hernández González, Liberalismo criollo y sacarocracia en Cuba, José Arango y Núñez del Castillo (1765-1851), Madrid, Ediciones Idea, 2014, 266 p.

Texte intégral

1Depuis quelques années, une série d’études consacrées aux grandes figures de l’intelligentsia cubaine de la première moitié du XIXe siècle a redonné de la profondeur et de la consistance aux débats qui ont eu lieu alors dans la grande île, et montré que sur bien des plans les choses avaient été beaucoup plus compliquées qu’on ne l’a cru longtemps, quant aux projets créoles sur l’avenir des liens avec l’Espagne et l’organisation même de la société dominée à cette époque par les problèmes de l’esclavage dont les conséquences multiples s’avéraient problématiques, et de la production sucrière dont les richesses induites accentuaient les déséquilibres sociaux et pesaient sur le futur collectif.

2L’auteur de ce livre, dont nous avons déjà présenté plusieurs ouvrages fort intéressants sur divers pays de l’aire caraïbe aux XVIIIe et XIXe siècles (Venezuela, Saint-Domingue et Cuba) et leur lointain parent de l’archipel canarien, nous offre ici une étude fort novatrice sur un personnage important et pourtant oublié, peut-être d’ailleurs en raison de son premier patronyme au demeurant fort connu. Arango fait penser en effet d’abord au très célèbre Francisco Arango y Parreño, cousin de José Arango y Núñez, dont la haute figure a sans doute éclipsé celle de son parent, dont il est question dans ce livre.

3Après avoir défini le milieu où est né José Arango y Núñez, un des plus en vue de la caste dirigeante cubaine au moment de l’essor de l’économie de plantation et de la traite négrière, l’auteur étudie ses années de formation au séminaire de San Carlos dont il fut un des premiers élèves et ses liens avec la Société Patriotique de la Havane dont il fut membre dès 1793, avant d’être désigné peu après (1795) comme un des rédacteurs du Papel Periódico de la capitale insulaire, puis directeur de la Guía de forasteros de La Habana (1798). Ayant voyagé deux fois en Espagne, il peut être considéré comme un des principaux représentants des Lumières dans l’île dont il exposa, de diverses manières et en plusieurs occasions, les aspirations certes modérées.

4Outre les aspects de sa vie privée, le livre montre quelle fut l’action de José Arango auprès de l’agent nord-américain Shaler dépêché par le président Madison pour connaître de première main la situation dans l’île, et auquel il exposa en 1811 les points de vue de l’élite cubaine sur la situation du pays et sur le fait qu’à ses yeux les Cortes de Cadix avaient échoué dans deux domaines essentiels : chasser les Français de la Péninsule, et surtout intéresser les Espagnols d’Amérique à la grande cause commune de la nation, capable d’unir les domaines espagnols des deux côtés de l’Atlantique.

5Par la suite, la vie de José Arango devait être marquée par son intervention directe dans la vie économique de l’île. Il administra un temps l’ingenio La Ninfa et fut donc confronté de la manière la plus directe aux réalités saccharocratiques du pays, ce qui l’amena à une série de réflexions sur les réformes à mettre en place mais en défendant l’esclavage. On peut signaler aussi à cette époque ses combats en faveur de la liberté de la presse au moment de la première période constituante, ses polémiques au sujet de El Patriota americano qui furent dénoncées à la justice, ses conflits avec l’intendant José Gonzalez sur la fabrique de tabac, sa défense en 1813 de la Junta habanera de 1808.

6Suite à un troisième voyage en Espagne, en 1818 il participa activement à la création d’une école publique à Matanzas. Le Trienio liberal allait, on le sait, compliquer le panorama politique dans l’île. Arango ne pouvait rester étranger à ces débats et il y prit une part active que le livre détaille de manière très précise et suggestive. Cela lui valut de devoir se justifier en 1821 quant à ses positions sur la liberté de la presse et à sa conception de la souveraineté, sans compter ses interventions sur la question de l’indépendance de Cuba, toujours en 1821.

7Par la suite, Manuel Hernández montre et explique l’opposition d’Arango au projet autonomiste du Matancero Claudio Antonio Sequeira et situe son personnage par rapport à la radicalisation du secteur créole puis dans son opposition au gouvernement de Tacón qui dirigea l’île de 1834 à 1838 d’une main de fer et mit fin aux années de transition et de tolérance envers l’hégémonie des secteurs créoles dominants.

8En fait, au travers de la trajectoire vitale de cette figure injustement oubliée, le livre a pour objet de faire non point l’histoire d’une personnalité à bien des égards exceptionnelle et située pratiquement au cœur de tous les débats de son époque, mais de montrer la combativité, la réussite insolente d’abord puis finalement l’échec et la décadence de bien des secteurs de la saccharocratie cubaine qui, après avoir dominé le monde insulaire, virent se briser l’illusion de leur rôle hégémonique et le rêve d’une société conduite à leur seul profit.

9Grâce à son exceptionnelle connaissance de cette époque et de ces milieux mais aussi à un travail comme à son habitude méticuleux dans une dizaine d’archives et autant de bibliothèques, l’auteur a parfaitement atteint l’objectif qu’il s’était proposé et apporte une nouvelle pierre à la connaissance du panorama complexe de la première moitié du XIXe siècle cubain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lavallé, « Manuel Hernández González, Liberalismo criollo y sacarocracia en Cuba, José Arango y Núñez del Castillo (1765-1851) », Caravelle, 103 | 2014, 247-248.

Référence électronique

Bernard Lavallé, « Manuel Hernández González, Liberalismo criollo y sacarocracia en Cuba, José Arango y Núñez del Castillo (1765-1851) », Caravelle [En ligne], 103 | 2014, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://caravelle.revues.org/1093

Haut de page

Auteur

Bernard Lavallé

Université de Paris III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org