Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Inés Quintero, El hijo de la panadera

Caracas, Editorial Alfa, 2014
Frédérique Langue
p. 244-246
Référence(s) :

Inés Quintero, El hijo de la panadera, Caracas, Editorial Alfa, 2014, 261 p.

Texte intégral

1« Précurseur », selon le terme consacré et par rapport à l’autre « libérateur » d’une « nation appelée Venezuela » (Simón Bolívar,) personnage aux origines « honteuses » de par ses ascendants, protagoniste d’un débarquement avorté sur les côtes vénézuéliennes (1806) et de l’échec de cette première étape institutionnelle de la Révolution d’Indépendance que fut la Première République, mort emprisonné en Espagne après s’être rendu aux autorités espagnoles, Francisco de Miranda n’attirait pas particulièrement, jusqu’à une période très récente, l’attention de l’historiographie venezolanista. Récupéré par l’histoire officielle sans autre forme de procès « archivistique », Francisco de Miranda méritait cependant mieux, sans nul doute, que les représentations filmiques qui l’ont récemment associé à la mémoire chaviste. Exclu du mythe fondateur de la nation, le personnage a donné lieu à de nombreuses études, biographiques pour l’essentiel, qui ont été à l’image de son destin : heurtées, contradictoires, à des années-lumière de la glorification offerte à son rival, ou des évocations glorieuses ou idylliques d’autres héros (próceres) de l’Indépendance. Dans la mémoire nationale, point de Manuelita Saenz pour racheter ce héros de second ordre, mais en revanche cet opprobre d’une condition infiniment plus plébéienne que le très mantuano Bolívar, condition cependant explicitement mise en valeur dans le titre de cet ouvrage. Familière des biographies de héros nationaux (Sucre), fine connaisseuse de l’envers du décor de la vie coloniale, de ses marges et de ses révoltes, tout aussi inspirée par les récits de genre que par les approches politiques du siècle républicain, Inés Quintero a peut-être trouvé dans cette forme d’écriture, à la fois accessible et précise, loin du style académique, mais prisée de cette excellente collection, la meilleure manière d’aborder un personnage ne faisant pas toujours l’unanimité. De nombreuses sources, encore inexplorées, existent d’ailleurs dans les archives, sous forme de lettres, discours, journal, proclamations, sans compter le grand classique des études mirandinas que représentent les 63 volumes de la collection Colombeia. Ni roman historique, ni aboutissement d’une recherche approfondie, l’ouvrage est cependant à la fois l’un et l’autre. Il défie l’approche « classique » de Miranda, par un parcours à travers sa vie, son action, voire ses vicissitudes.

2Le récit, si tant est que l’histoire est avant tout récit comme l’a souligné P. Ricoeur, s’ouvre sur un épisode certes connu des spécialistes d’histoire culturelle  ou de l’histoire nationale si l’on se souvient de l’ouvrage d’Angel Grisanti, publié dans les années cinquante : le scandale associé en 1769 à l’origine de son père, le Canarien Sebastián de Miranda, amplement alimenté et diffusé par les criollos principales ou représentants de l’élite créole blanche de la capitale, marié de surcroît à une boulangère. L’entrée dans les milices blanches et le port de l’uniforme lui furent en effet contestés, en raison d’un code de l’honneur particulièrement restrictif, que l’intéressé revendiquait cependant en grande partie, à l’image de ces nombreux Espagnols ayant acquis leurs « mérites et services » au service de la Couronne, mais de « basse extraction » selon les critères de l’aristocratie créole dominant le Cabildo de Caracas. L’issue en est connue — le départ de S. de Miranda mais avec le grade de capitaine et les honneurs et prééminences liés à son grade — bien que son caractère exceptionnel pour les « Lois des Indes » n’ait guère été souligné, a savoir le « silence perpétuel » (perpetuo silencio) imposé par le monarque en personne sur le sujet et la controverse qui en découla.

3Les années passées au service de la monarchie espagnole (Francisco de Miranda y fut capitaine, servant entre l’Andalousie et les possessions espagnoles d’Afrique, avant de gagner Madrid puis la Floride) après un passage par l’université et l’obtention de la certification de sa légitimité et de « pureté de sang » (sanction directe de la reconnaissance accordée in fine à son père), la méfiance manifestée à plusieurs reprises par les autorités espagnoles à son égard, la découverte de l’ordre républicain, les voyages de Francisco de Miranda, ses séjours en Europe et en Amérique du nord font l’objet d’une analyse nuancée et documentée. De même la connaissance acquise par Miranda dans sa fréquentation des puissances impériales (Angleterre, France), de leurs acteurs politiques, intellectuels et militaires (Washington, Catherine de Russie, Pitt, Pétion, Dumouriez, Brissot, Jefferson, Bentham, Burke…), son rôle dans la Révolution française (voir le projet d’envoi de Miranda à Saint Domingue, dans un contexte de tensions entre les Girondins et la Convention) qui n’hésita cependant pas à l’emprisonner, ses lectures extrêmement variées, voire sa vie intime, sont-ils dûment convoqués au fil des différents chapitres.

4Les premiers contacts avec la « révolution » de Tierra Firme, l’épisode malencontreux et relativement bien documenté de la tentative de débarquement sur les côtes du Venezuela en 1806, le parti pris de l’Indépendance du continent et les campagnes militaires, le séjour londonien de 1808, le retour à Caracas après le 19 avril 1810 (Junta Suprema de Caracas) sont l’occasion de synthèses précises et d’interprétations du meilleur aloi. Miranda « dictateur » et « généralissime » de la République, autre chapitre controversé de la vie du Précurseur, apparaît comme sauveur dans le contexte du tremblement de terre de 1812, épisode majeur et hautement symbolique dans la vie politique et sociale de l’ancienne Capitanía General, alors même que l’ennemi est tout désigné : le chef royaliste Monteverde. L’ambivalence des relations de Miranda avec les mantuanos est ici dûment soulignée, de même que ses négociations avec les royalistes en vue du rétablissement de la paix. L’effondrement de la Première république, le manque de moyens et diverses traîtrises, la très controversée capitulation de San Mateo, débouchèrent sur son arrestation et l’emprisonnement à La Carraca, près de Cadix, où il demeura jusqu’à sa mort. Ces années de luttes donnèrent lieu à diverses interprétations quant au rôle joué à la fois par Miranda et par Bolívar et à l’influence des intérêts anglais sur les décisions prises par le Précurseur. La réprobation manifestée par l’historiographie patriotique si ce n’est nationaliste (les exégètes de Bolívar), dûment évoquée dans ces pages, pesa longtemps sur la mémoire du Généralissime, en fait jusqu’à une date très récente. Comme l’indique I. Quintero, seuls deux auteurs récents, Elías Pino Iturrieta et Giovanni Meza Dorta, se sont attachés à analyser les faits en privilégiant une perspective critique, contribuant quelque peu à écorner le mythe bolivarien, et inversant en quelque sorte l’interprétation précédente : en ce sens la traîtrise aurait été double, au préjudice certes de Francisco de Miranda, mais également d’une aspiration fondamentalement démocratique à laquelle le Libertador imprima des caractéristiques fort différentes, à la fois centralistes, despotiques, voire d’inspiration caudilliste. L’épisode tragique de la capitulation ne serait dès lors que l’ultime épisode d’une série de relations houleuses de Miranda avec sa terre natale et d’une longue série de trahisons volontiers passées sous silence par l’histoire officielle.

5Cette biographie n’esquive par conséquent aucune zone d’ombre, aucun détail, tout en préservant le parcours de vie et le sens que Miranda souhaitait de toute évidence donner à son itinéraire politique, ainsi que son sacrifice final pour la cause d’une Indépendance dont les modalités ne coïncidèrent pas toujours avec ses propres idées, parfois opposées au projet de Bolívar. L’ouvrage d’Inés Quintero constitue en ce sens un apport essentiel à une biographie dominée ces dernières années par l’histoire officielle, aussi bien sous forme d’apologies idéologiquement orientées que de discours historicisants divulgués par le biais d’une histoire visuelle recomposée, sans compter le sort dévolu aux archives mêmes du Précurseur, transférées par décret présidentiel de Hugo Chávez aux Archives nationales, avec celles du Libertador (2010) en vertu du socle idéologique que les deux héros désormais réunis représentaient dès lors pour la Révolution… bolivarienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « Inés Quintero, El hijo de la panadera », Caravelle, 103 | 2014, 244-246.

Référence électronique

Frédérique Langue, « Inés Quintero, El hijo de la panadera », Caravelle [En ligne], 103 | 2014, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://caravelle.revues.org/1091

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org