Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Allan, J. Kuethe, Kenneth J. Andrien, The Spanish Atlantic World in the Eighteenth Century, War and the Bourbon Reforms 1713-1796

New York, Cambridge University Press, 2014
Bernard Lavallé
p. 242-244
Référence(s) :

Allan, J. Kuethe, Kenneth J. Andrien, The Spanish Atlantic World in the Eighteenth Century, War and the Bourbon Reforms 1713-1796, New York, Cambridge University Press, 2014, 397 p.

Texte intégral

1Le XVIIIe siècle, surtout dans sa seconde moitié, est sans doute la période de l’histoire hispano-américaine coloniale qui a suscité le plus d’études, surtout au cours des dernières décennies. Pour preuve l’énorme bibliographie de plus de 450 titres citée dans ce livre et qui en fait – outre ses divers mérites dont il sera question - un remarquable instrument de travail. Les deux auteurs sont des spécialistes très connus de ce moment de l’histoire, dont les longues expériences, sur des aires et des thèmes hispano-américains différents et complémentaires, se sont conjuguées pour offrir à la communauté scientifique un livre sans aucun doute magistral, à la fois par sa profondeur, son ampleur et sa nouveauté.

2Beaucoup de travaux sur l’époque en question sont consacrés à des monographies régionales ou thématiques dont l’utilité est certaine, mais la mise en perspective souvent limitée. L’ambition de cet ouvrage est bien plus vaste : étudier l’ensemble du siècle et dans le cœur des processus qui liaient les deux parties de l’empire de part et d’autre de l’Océan. On réduit trop souvent les réformes bourboniennes au règne de Charles III (1759-1788). Ce livre montre que, contrairement à ce qui a été écrit parfois, si l’objectif de la nouvelle dynastie des Bourbons au cours de la première moitié du siècle fut bien d’abord de relever l’Espagne péninsulaire du terrible marasme aux multiples causes dans lequel elle s’était engluée sous les derniers Habsbourg et de lui redonner une place diplomatique en Europe, l’empire d’outre-mer fut dès le début présent dans les projets de ceux qui furent alors appelés à gouverner sous le nouveau roi, Alberoni d’abord (1713-1721) puis José Patiño (1726-1736).

3Les auteurs montrent comment les principales innovations qu’ils essayèrent de mettre en place - parfois en revenant au besoin pour un temps au statu quo ante - (lutte contre la fraude, création d’un ministère de la Marine et des Indes, transfert du siège de la Carrera de Séville à Cadix, création de la vice-royauté de Nouvelle-Grenade, implantation du monopole du tabac et réforme militaire à Cuba) se situaient dans un contexte délicat de politique étrangère compliquée et surtout de pressions extérieures au poids parfois décisif, puisque les rivalités impériales se réglèrent, comme cela devait être le cas pendant tout le siècle, par la guerre (Triple Alliance antiespagnole de 1716, Guerre de la Quadruple Alliance, 1718-1720).

4Des archives essentielles sur cette période ayant disparu dans les flammes en Espagne, le recours à celles conservées en France a été décisif pour cette partie de l’ouvrage. Outre des nouveautés factuelles sur l’arrière-fond diplomatique, les auteurs ont surtout pu surtout remettre en perspective le jeu politique européen et les décisions américaines des ministres en charge de l’État. Ils montrent ainsi comment s’articulaient les efforts des gouvernants espagnols dans le cadre de la politique globale qu’ils entendaient mener, tant en Europe qu’en Amérique.

5Au cours de la période suivante (1736-1762), surtout après l’épisode de la Guerre de l’Oreille de Jenkins, Ensenada, Carvajal et Rávago estompèrent les préoccupations dynastiques espagnoles en Italie au profit d’une reconsidération importante des réalités américaines, sur les plans politique, commercial et sociétal, en s’inspirant d’ailleurs souvent des recommandations du Nuevo Sistema de José de Campillo y Cossío qui avait déjà orienté l’action de Patiño. Ils réfléchirent à une simplification du système fiscal en vigueur aux Amériques, s’attaquèrent aux privilèges des consulados, continuèrent d’encourager la création de compagnies commerciales susceptibles de promouvoir le développement de régions jusque-là hors des circuits marchands et de ce fait laissées en sommeil sur le plan économique.

6La Couronne renforça aussi ses positions face à l’Église grâce au concordat de 1753, à la sécularisation, difficile à réaliser, des doctrinas de indios gérées depuis les origines par les ordres religieux. La marine fut reconstituée, l’armée réformée et la vente des offices supprimée. En même temps, Ensenada envoya en Amérique une nouvelle génération de fonctionnaires mieux préparés, chargés de mettre en œuvre le régalisme péninsulaire, de combattre la contrebande, la vénalité et la corruption de la bureaucratie coloniale.

7Un des résultats les plus visibles de cette nouvelle politique fut l’augmentation sensible des entrées fiscales en provenance du Nouveau Monde - elles firent plus que doubler en quelques années - sous le double effet de l’essor remarquable de certaines régions (surtout la Nouvelle-Espagne) et du commerce transatlantique qui progressa de manière notable, mais fut aussi mieux régulé, surveillé et encouragé.

8Il n’en reste pas moins que le livre montre de manière très suggestive comment ces amorces de réformes de Ensenada, Carvajal et Rávago, dont les résultats furent très vite visibles, furent l’objet d’attaques acharnées de la part des cercles conservateurs menés en sous-main par le consulado de Cadix et même l’ambassadeur anglais Keene. Ils finirent d’ailleurs par faire chuter Ensenada en 1754, peu après la mort de Carvajal, et eurent aussi raison ensuite de Rávago. Alors, au cours des dernières années du règne de Ferdinand VI, les flotas de Nouvelle-Espagne furent remises à l’ordre du jour, les réformes de la marine et de l’armée marquèrent le pas ou furent abandonnées, et la volonté visible de changement après la Guerre de l’Oreille de Jenkins laissa place à une période de net recul sur tous les plans.

9La troisième et dernière partie de l’ouvrage (1763-1796) est consacrée pour l’essentiel au règne de Charles III, l’époque la plus connue des réformes bourboniennes, celle où elles furent à la fois les plus nombreuses, les plus profondes et eurent le plus de conséquences. De manière en quelque sorte classique les auteurs subdivisent la période en deux phases (1763-1767 et 1767-1783). Ils montrent l’impact de la perte de La Havane au cours de la Guerre de Sept Ans dans la prise de conscience espagnole sur l’urgence de changements profonds qu’ils examinent ensuite : sens et portée de l’expulsion des jésuites en 1767, envoi de visitadores, réorganisation territoriale, réforme de la fiscalité et de l’administration, organisation du comercio libre qui, malgré les très vives réactions des milieux conservateurs vivant du statu quo, permit de resserrer les liens avec les périphéries impériales et de développer des régions jusque-là marginalisées.

10En parallèle, les défenses furent renforcées, la flotte rendue plus efficace, les frontières désormais gardées par des soldats et non plus assurées par des missionnaires. La Guerre d’Indépendance des États-Unis devait d’ailleurs administrer la preuve de la justesse des vues de Charles III en la matière. Il pensa même à envahir les possessions insulaires anglaises d’Amérique avec ses alliés français.

11La mort du roi ne mit pas fin à l’ère des réformes. Elles continuèrent au début du règne de son successeur, Charles IV, en particulier dans le domaine commercial, mais de nouveau le contexte international et les conflits impériaux mirent un sérieux coup d’arrêt à l’arrivée des revenus américains générés par les réformes. L’alliance avec la France, les défaites navales qui s’ensuivirent (Cap Saint Vincent, 1797) et Trafalgar (1805) signèrent à bien des égards pour l’Espagne l’arrêt de mort d’une époque et d’un type de relations rénovées avec son empire.

12Le phénomène guerrier dont les auteurs montrent bien l’importance de la scansion tout au long du siècle avait pour but, en dernière instance, de permettre aux rivaux de Madrid d’avoir accès d’une façon ou d’une autre, aux bénéfices des marchés hispano-américains. D’un autre côté, il est indéniable aussi que la guerre eut dans la Péninsule même un impact décisif sur les réformateurs, soit que les défaites aient pour un temps brisé leur élan, comme après la Guerre de la Quadruple Alliance, soit au contraire que la perspective d’un conflit leur ait donné les moyens et l’ambition de participer pleinement, grâce aux revenus de l’empire, au jeu des grandes puissances impériales. Le sous-titre de l’ouvrage est, on le voit, pleinement justifié.

13Ce livre nourri d’une longue réflexion commune des auteurs, particulièrement bien documenté, qui établit sans cesse des ponts éclairants entre diplomatie, politique, économie et société des deux côtés de l’Océan, dont les perspectives nuancent et même renouvellent sur bien des points des idées consacrées, est à n’en pas douter appelé à devenir un classique, un ouvrage de référence obligé, pour la plupart des études sur le XVIIIe hispano-américain. Qu’Allan Kuethe et Kenneth Andrien en soient remerciés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lavallé, « Allan, J. Kuethe, Kenneth J. Andrien, The Spanish Atlantic World in the Eighteenth Century, War and the Bourbon Reforms 1713-1796 », Caravelle, 103 | 2014, 242-244.

Référence électronique

Bernard Lavallé, « Allan, J. Kuethe, Kenneth J. Andrien, The Spanish Atlantic World in the Eighteenth Century, War and the Bourbon Reforms 1713-1796 », Caravelle [En ligne], 103 | 2014, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://caravelle.revues.org/1088

Haut de page

Auteur

Bernard Lavallé

Université de Paris III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org