Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean-Michel Wissmer. Sueño de una monja. Tragicomedia mexicana

Trad. Ricardo Lindo, Toluca, Instituto mexiquense de Cultura, 2013
Marie-Cécile Bénassy-Berling
p. 241
Référence(s) :

Jean-Michel Wissmer. Sueño de una monja. Tragicomedia mexicana, trad. Ricardo Lindo, Toluca, Instituto mexiquense de Cultura, 2013. 91 p.

Texte intégral

1Nombreuses sont les pièces de théâtre écrites sur Sor Juana, généralement en espagnol, mais pas toujours. En 2008, la bibliographie d’Alberto Pérez Amador Adam en comptait déjà vingt huit. Il y a longtemps, nous avons connu aussi en France quelques belles représentations. Ce texte est dû à un écrivain genevois déjà auteur de plusieurs travaux sur la Dixième Muse. Il a été représenté en français et en espagnol mais l’édition originale n’est pas indiquée sur le livre.

2La pièce est centrée sur le drame essentiel de Sor Juana : pouvoir utiliser les dons de son esprit malgré les obstacles dressés par l’entourage et, jusqu’à un certain point par sa propre piété. La vie conventuelle n’est évoquée que rarement par la voix off de la supérieure. La cellule et le parloir sont placés contigus, séparés par la grille afin d’y concentrer dialogues et monologues. Le « chœur antique » se compose d’un narrateur (l’auteur lui-même) et d’un bouffon qui se déguise en plusieurs personnages. Les écrits de Sor Juana elle-même sont très largement et ingénieusement utilisés. Quelques intermèdes « mexicains » égayent l’ensemble. Le fil de l’histoire c’est la lutte de Sor Juana contre son confesseur : les épisodes de toute une vie sont regroupés. Les personnages livrent le fond de leur pensée plus qu’il ne serait vraisemblable (p.27). Des visiteurs inventés permettent de représenter la « crise » de la Carta atenagórica. L’évêque de Puebla apparaît une fois, l’archevêque pas du tout. Grâce aux nombreuses citations, si la troupe est bonne, l’ensemble peut constituer, surtout pour les non mexicains, une bonne introduction à Sor Juana.

3Quelques libertés avec les faits permettent de dramatiser en respectant la doxa dominante : Sor Juana est « condamnée » à la fin de vie, mais le triomphe final du confesseur est ambigu car la religieuse ne connaît pas de vraie crise identitaire. Le thème usé et parfaitement invraisemblable des amours lesbiennes est soigneusement évité. On n’est jamais dans la vulgarité.

4Par prudence, l’auteur invoque les droits de la fiction. Il faut avoir présent à l’esprit que le thème de la Sor Juana persécutée à la fin de sa vie par le clergé, si touchant, si vraisemblable, et cultivé depuis un demi-siècle, est complètement intégré à l’imaginaire national mexicain. On peut bien trouver de nouveaux documents qui disent le contraire: leur leçon sera inaudible.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Cécile Bénassy-Berling, « Jean-Michel Wissmer. Sueño de una monja. Tragicomedia mexicana », Caravelle, 103 | 2014, 241.

Référence électronique

Marie-Cécile Bénassy-Berling, « Jean-Michel Wissmer. Sueño de una monja. Tragicomedia mexicana », Caravelle [En ligne], 103 | 2014, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 29 mai 2017. URL : http://caravelle.revues.org/1086

Haut de page

Auteur

Marie-Cécile Bénassy-Berling

Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org