Navigation – Plan du site
Mélanges

Communautés paysannes et systèmes agraires dans une haute vallée andine (Pérou)

José Carlos Barrio de Pedro
p. 185-213

Résumés

Afin de caractériser les systèmes agraires d’une haute vallée andine, 32 communautés paysannes sont regroupées en six types d’après la composition de leurs ressources (zones de production agropastorale). On observe des oppositions entre altitude et fond de vallée, agriculture (sous pluie, irriguée) et élevage (à laine, à lait), diversification et spécialisation, etc. L’accès des unités de production familiale aux zones de production et aux espèces d’élevage confirme et précise la partition des communautés et permet de mieux comprendre les situations de transition. Les informations apportées par cette étude permettent d’améliorer la compréhension du contexte social et économique des paysanneries concernées.

Haut de page

Texte intégral

Ressources, communautés et familles : vers une modélisation des sociétés agraires en milieu montagnard

  • 1 Sautier, 1989 ; Llerena et al., 2004.
  • 2 Il faut considérer que les inventaires de contraintes et de ressources sont, par ailleurs, moins co (...)

1Dans le milieu montagnard les observateurs ont souvent insisté sur les contraintes physiques en tant que déterminantes des sociétés rurales, en fonction des ressources qui pouvaient être mises en place selon les technologies disponibles1. La priorité a été ainsi donnée aux inventaires de contraintes et de ressources, sans prendre toujours en compte l'accès inégal des unités de production familiales à ces ressources, alors que cet accès détermine aussi bien leur activité que leur position sociale2. Ce constat s’avère particulièrement pertinent lorsque les contraintes et les ressources en question sont très diverses, comme dans les Andes centrales où elles sont étagées entre 1.000 et 5.000 m. d’altitude.

  • 3 Concept défini par Mayer et Fonseca en 1979 pour l’espace agricole, puis étendu par Hervé et al. en (...)

2Dans les sociétés andines, comme dans beaucoup d’autres sociétés paysannes, les familles sont souvent affiliées à des communautés villageoises qui gèrent les ressources de leur territoire. La quantité totale de ressources de la communauté peut être évaluée par son cheptel et par les surfaces des différentes « zones de production »3 qui composent son territoire, lequel a souvent été constitué selon une règle de complémentarité des ressources disponibles (type, distribution spatiale, quantité et qualité). Mais l'accès différencié à ces ressources est aussi important à prendre en compte que leur taille, le cas le plus fréquent étant celui d’un accès structuré le long du gradient altitudinal, plus ou moins diversifié et partagé sur des zones de production au potentiel très varié.

3Dans les Andes du Pérou, la communauté paysanne ou rurale n'est pas une unité statistique comme le district ou la province. En conséquence, il n'existe pas de cadastre des communautés (dont les limites sont souvent sujettes à des conflits), on ne dispose pas en général des surfaces cultivées par communauté et, encore moins, des parcellaires d’exploitation. Il n'existe pas de données exhaustives sur les chefs de famille qui exploitent des ressources dans une communauté, sauf pour quelques cas plus étudiés mais dont la représentativité n’a pas été mise à l'épreuve. Comme conséquence de ces défauts d’information, la diversité des communautés andines n’a jamais été étudiée, à notre connaissance, sur un échantillon important.

Les ensembles de communautés en tant que systèmes agraires

  • 4 Concept défini par Deffontaines et Osty en 1977 comme un « ensemble d’organisations et d’activités (...)

4Bien que chaque communauté apparaisse comme un cas particulier à travers les études existantes, on est en droit de se demander si ces communautés-territoire ne relèvent pas de modèles plus généraux, et s’il est possible d’appréhender ces modèles à partir des données disponibles. Afin de répondre à cette question pour un espace régional donné, on fait l’hypothèse que la combinaison homogène des ressources agropastorales permet la définition d’espaces sous-régionaux qui vont correspondre, chacun, à un ensemble de communautés fonctionnant selon le même « système agraire »4. Au sein de ces ensembles de communautés, les chefs de famille se distribueraient dans les mêmes modalités d'accès aux ressources (zones de production, espèces animales). Ce modèle plus général rendrait possible une comparaison entre communautés au sein de l’espace sous-régional et, par conséquent, une identification des spécificités de chaque communauté relativement à cet espace.

  • 5 Voir par exemple Dufumier, 1993.

5Notre hypothèse repose sur le postulat que la société agraire (ici comprise comme l’ensemble plus ou moins stratifié des fonctionnements des unités de production) est déterminée aussi bien par la structure spatiale du territoire agricole (fondements géographiques et écologiques) que par ses transformations socio-économiques (conformation des ressources et catégories d’accès aux ressources). A un moment donné, les ressources qui se trouvent dans le territoire de la communauté sont le principal indicateur de son système agraire. En conséquence, une typologie serait destinée à rassembler les communautés paysannes dont les ressources agropastorales sont structurées de la même façon. Sur cette base, une typologie des unités de production familiales permettrait ensuite de vérifier de quelle manière l’accès à ces mêmes ressources (terres et animaux) détermine une stratification des familles au sein de chaque type de communautés assimilé à un système agraire donné, puis au sein de chaque communauté comparativement au type5. En définitive, cette démarche permettrait de préciser l’idée d'une relation déterministe entre contraintes physiques, technologie, ressources, culture et société traditionnelle.

  • 6 Pour les organismes de développement, cela répond à un besoin de connaître cette variabilité et de (...)

6Cet article développe la première partie de cette démonstration, c’est-à-dire la typologie et l’analyse des communautés paysannes dont l’élément explicatif n’est pas uniquement le milieu. Comprendre ce qui rapproche ou différencie les communautés permet de dépasser les études de cas trop spécifiques et d’explorer des voies de généralisation, aussi bien que de préciser les comparaisons6. Les informations apportées par cette étude participent à l’analyse du contexte social et économique des paysanneries concernées et supposent, de ce fait, une avancée dans la compréhension de la complexité de l’espace andin.

Le terrain d’études choisi : la haute vallée du Cañete dans le versant occidental des Andes

  • 7 Dollfus, 1991 ; Provías rural, 2005.
  • 8 Dans son ensemble, la rivière Cañete fait 220 Km de long et son bassin occupe
    6.192 km2, dont 4.856 (...)
  • 9 Entre autres Mayer et Fonseca, 1979 ; Fonseca, 1986 ; Eresué et Brougère, 1988 ; Rodríguez et Muñoz (...)
  • 10 Par exemple Brunschwig, 1986 ; Brougère, 1988 ; Sautier, 1989 ; Bey, 1992 et 1997.

7Un terrain de démonstration a été choisi dans une zone de montagne représentative de l’espace agricole de la partie haute (Sierra) du versant occidental des Andes centrales7, qui offre une grande diversité de situations de gestion verticale de l'espace par des communautés paysannes. L’agriculture de la haute vallée de la rivière Cañete (province de Yauyos, département de Lima, Pérou)8 a été l’objet de nombreuses études réalisées par différents groupes de chercheurs appartenant à plusieurs disciplines, soit sur l’ensemble du territoire9, soit sur quelques-unes de ses communautés10.

8L’espace géographique de Yauyos et de la haute vallée du Cañete est conformé par plusieurs étages écologiques, de profondes gorges et ravins, des coteaux pentus et des espaces d’altitude. L’articulation entre districts (communes) y est difficile à cause du relief très prononcé : réseau routier relativement petit (un peu plus de 600 km en 2005, dont 120 environ de niveau national et 390 local), non goudronné et souvent en mauvais état ou en réhabilitation par tronçons, complété par des chemins muletiers et des sentiers.

  • 11 Ces habitants étaient distribués comme ceci : Alis 3.270, Ayauca 1.150, Carania 350, Catahuasi 1.40 (...)

9La population estimée dans la province de Yauyos était en 2005 de 29.500 personnes, dont quelques 16.000 dans les districts de la haute vallée du Cañete11. Cette province est l’une des plus pauvres du département de Lima (la plupart des districts ont été catalogués comme pauvres à très pauvres dès la fin des années 1990), et un retard en services éducatifs doit aussi être rattrapé (10,2% d’analphabétisme dans la population de 15 ans et plus en 1993). Il existe également un déficit en services sanitaires en raison du faible niveau d’équipement (cliniques, centres et points de santé) et du manque de personnel spécialisé. Les services d’eau, assainissement et électrification sont également déficitaires. Les habitants doivent se déplacer aux villes de Huancayo (dans la Sierra au département voisin de Junín), Cañete ou Lima (dans la Costa), lorsqu’ils ont besoin de services ou de produits particuliers.

10Même si l’agriculture est l’activité économique la plus importante de la zone d’étude, son ampleur est limitée vu le peu d’espace disponible et son caractère fragmenté (versants en pente, terrasses de culture, très peu de terrains plats), et les risques de sa pratique sont élevés en raison des variations climatiques propres à chaque étage écologique. La propriété est également fragmentée en petites exploitations de subsistance, dont la productivité reste limitée. La superficie arrosée est très réduite par rapport aux surfaces de cultures pluviales, dépendantes de pluies stationnaires (septembre-décembre à avril), très variables d’une année sur l’autre. Le travail du sol est souvent manuel et le niveau de technification des itinéraires techniques est en général faible (engrais, semis, phytosanitaires…). Une petite partie de la production agricole peut être vendue ou échangée sur des marchés locaux comme celui de Tinco Alis (pommes de terre et d’autres tubercules andins, orge, ail, etc.), contre des produits manufacturés ou transformés de provenance urbaine (sucre, nouilles, sel, boissons, intrants agricoles…), mais l’argent est plutôt obtenu par la vente des produits d’élevage (animaux, viande, laine, lait, fromages, truites…) ou le travail salarié, par exemple en tant qu’ouvriers agricoles ou dans la mine. La province de Yauyos contenait, en 2004, 68% des quelques 30.000 alpacas de la zone andine du département de Lima, alors que le pourcentage et quantité de lamas est beaucoup moindre (17% de quelques 16.000). De ces animaux, les fibres sont utilisées pour la confection de vêtements et la viande est en général commercialisée. Parmi les activités de diversification, il y a une poussée des activités touristiques adressées aux urbains, quoique les installations et le niveau de services restent encore déficitaires pour soutenir l’activité.

11Les termes de communauté et de famille paysanne à Yauyos se correspondent bien à ceux employés dans les contextes de montagne (Sierra) au Pérou. D’une part, la communauté paysanne garantit aux familles l’accès à certaines ressources et assure la continuité et la régularité des activités agricoles (même si le développement des communautés au cours de l’histoire a été très inégal dans les différentes régions du pays aussi bien sur le plan social et politique qu’ économique ou culturel). D’autre part, la famille paysanne et plus exactement le groupe domestique correspond à ce que l’on peut appeler une « unité de production » caractérisée par un centre de décision principale, une équipe de travail stable et des propriétés (terres, animaux) ainsi que des outils de travail permanents. Depuis un certain temps, les communautés paysannes ont tendance à accéder à la catégorie administrative de Centros Poblados (lieu-dit habité avec intention de permanence) au sein des districts (communes), mais sous une forme territoriale non définitive puisqu’on constate une dynamique sociale et économique qui fait que des nouvelles communautés apparaissent au sein des communautés mères. Aux communautés, il faut ajouter l’émergence de formes entrepreneuriales plus ou moins communautaires qui, en tant que nouvelles unités de production et de développement, combinent de différentes manières des facteurs de production communs (territoire, capital et travail propre ou salarié) et jouent un rôle d’intégration avec les différents marchés auxquelles elles sont associées. Par ailleurs, s’impose actuellement un processus de démarcation territoriale et d’obtention de titres de propriété des terres aussi bien au niveau des communautés qu’au niveau des familles. La communauté paysanne en tant que telle est donc en processus de détérioration, au bénéfice de la propriété privée aussi bien des espaces agricoles que des activités d’élevage, parcelles irriguées et auquénidés compris.

Les paramètres d’observation des communautés et la méthode typologique

  • 12 Par exemple : Fonseca, 1986 ; Brougère, 1988 ; Sautier, 1989 ; Bey, 1992 et 1997 ;
    Díez, 2003.

12Dans les sociétés rurales traditionnelles des Andes centrales, la plupart des familles sont affiliées à des communautés villageoises qui gèrent les ressources, diverses car étagées en rangs d’altitude, de leur territoire (agriculture sous pluie ou irriguée, espaces pâturés). La communauté peut donc se définir à la fois comme un territoire, un ensemble de familles et une organisation centralisée. Elle peut être analysée comme une unité de gestion de l’espace correspondant à un façonnement collectif de l’activité agraire résultant à la fois d’une évolution historique et d’une différenciation géographique, c’est-à-dire à un système ou sous-système agraire. Les rapports entre les communautés (en tant que collectivité régulatrice des tensions économiques et sociales) et les familles (en tant qu’ensembles d’intérêts individuels plus ouverts aux forces extra-communales) sont complexes et souvent conflictuels, notamment lorsque l’importance des liens avec l’extérieur augmente12.

Choix de l’approche et des variables : ressources agropastorales et accès

  • 13 Mayer et Fonseca, 1979.

13En tant que territoire, la communauté délimite le type, la quantité et la qualité des ressources agricoles et pastorales disponibles. On peut décrire cette « communauté-territoire » à un moment donné comme une combinaison de ressources ou « zones de production »13 à usage agricole et/ou pastoral, qui occupent chacune un pourcentage de la surface utilisable. Le concept de zone de production permet de rendre compte des hétérogénéités du territoire, produit à la fois du milieu et de l’organisation socio-économique et technique.

  • 14 Hervé et al., 1989.

14Mayer et Fonseca avaient défini en 1976 des zones de production agricole pour l’ensemble de la vallée du Cañete, incluant les zones non traitées dans notre étude (Sud-est de la province de Yauyos, zone basse semi-désertique et oasis irriguée sur la côte). Ils avaient distingué 5 types de communautés suivant l’activité productive dominante : élevage, élevage et agriculture sous pluie, agriculture sous pluie et irriguée, irrigation et élevage laitier, arboriculture fruitière. Dix ans après (1986), de manière exhaustive dans les 32 communautés du haut bassin versant de la vallée du Cañete (province de Yauyos, excepté le Sud-est), Hervé a identifié, cartographié et mesuré les surfaces de 24 zones de production agropastorale, en base à une photo-interprétation vérifiée par une reconnaissance exhaustive du terrain le long de parcours suivant les principales vallées14. Ces zones de production sont :

    • 15 Hervé et al., 2002.

    Six zones essentiellement agricoles, un peu plus détaillées que celles de Mayer et Fonseca, plus deux zones de culture abandonnées : cultures non irriguées qui suivent une rotation collective avec jachère longue (« secano »), cultures non irriguées gérées en privatif souvent sur les meilleures terres (« pan llevar »), cultures annuelles irriguées incluant du maïs (« maizal »), cultures annuelles irriguées sans maïs, luzernières (« potrero ») et vergers. Les deux zones de culture abandonnées, qui font maintenant partie des zones de production exclusivement pastorales, se reconnaissent par leurs aménagements15 : terrasses à talus de terre (ancien secano ou pan llevar), terrasses à muret de pierres (anciennes cultures irriguées).

  • Douze zones pastorales sont différenciées à partir de leur couvert végétal : deux zones érodées ou partiellement érodées ; deux zones humides de pâturage d’altitude (« bofedales ») inondées de manière permanente ou temporaire ; trois couvertures à dominante graminéenne (couvert alterné graminéen-arbustif, graminées basses, graminées hautes en touffes) ; trois couvertures arbustives (arbustif, arbustif xérophytique et sub-désertique) ; et enfin deux couverts arborés de matorral (d’altitude et de rives fluviales).

  • Enfin, quatre zones n’ont aucun usage agropastoral : glaciers, lacs, affleurements rocheux et formations sableuses.

  • 16 Rodríguez et Muñoz, 1988. L’assemblée communale est l’instance de délibération principale d’autorit (...)

15En tant qu’ensemble organisé de chefs de famille16, la communauté se définit par les membres de la communauté ou « comuneros », normalement inscrits dans des registres (padrón), résidant sur place et gérant leur unité de production familiale à partir des ressources auxquelles la communauté leur garantit l’accès en échange d’un certain nombre de charges ou contributions sociales. En réalité, même des non-comuneros ont accès à des pâturages d'altitude par location annuelle, et des non-résidents maintiennent un accès à des terres et à des animaux localisés sur le territoire de la communauté. Par ailleurs, on trouve des résidents qui n’ont pas d’accès aux ressources agropastorales, c’est à dire des retraités ou des travailleurs agricoles sans ressources propres.

  • 17 Hervé et al., 1989.

16Les recensements n'existant pas à l'échelle de la communauté, les données de population ou agricoles doivent être recueillies par enquête directe ou indirecte. La volonté de prendre en compte à terme l’accès de chaque famille aux ressources avait conduit à la réalisation, en 1986 et sur un échantillon de 23 communautés, d’une enquête indirecte auprès d’informateurs privilégiés (au coût plus faible que les enquêtes directes), concernant de manière exhaustive tous les agriculteurs de chaque communauté, au prix d'une limitation du nombre de variables et d’une moindre précision17. Pour chaque unité de production identifiée par son chef de famille, l’enquête a renseigné notamment sur l’accès aux différentes zones de production agricole dans la communauté (variable qualitative oui/non) et sur le nombre de têtes de chaque groupe d’espèce d’élevage : lama ou alpaca ; ovin ou caprin ; bovin ; âne, mule ou cheval. Du fait de la méthode utilisée, on ne dispose pas des données concernant la propriété ou la location des terres (métayage, prêt, etc.), ni le nombre ou la taille des parcelles auxquelles les agriculteurs ont accès.

Constitution, validation et analyse des types de communautés

17Un zonage initial des communautés avait été établi par classification manuelle ou qualitative, sur la base des principales zones de production présentes dans chacune des communautés (notamment les 6 zones de production agricole), mais sans tenir précisément compte de leur importance relative. Deux validations quantitatives de ce zonage initial ont maintenant été effectuées par Analyse Factorielle Discriminante (AFD) sur l’ensemble des 32 communautés de la haute vallée du Cañete, ce qui a aussi permis de vérifier quelles zones de production discriminaient le plus les types préalablement définis. La première AFD a porté sur le pourcentage (de la surface de chaque communauté) occupé par chacune des 24 zones de production : 6 zones agricoles, 2 zones de culture abandonnées, 12 zones pastorales et 4 zones sans usage agropastoral. La deuxième AFD a porté seulement sur les pourcentages de surface des 8 zones agricoles (en cours d’utilisation ou abandonnées), reconnaissables par leurs aménagements de correction de la pente, afin de vérifier le classement des communautés sur un jeu réduit de données plus facilement accessibles.

  • 18 On aurait pu travailler aussi avec les pourcentages d’unités de production ayant accès aux différen (...)

18On a considéré que des variables comme l’orographie, l’altitude, l’exposition, les types de sol et l’élevage, étaient indirectement prises en considération par les zones de production, qui sont des variables de caractère paysager à fort taux de permanence, ce qui permet aussi d’attribuer au classement résultant une plus grande stabilité temporelle. On peut signaler que le choix de ces variables pour la validation, qui n’est pas le seul possible18, est clairement soutenu, outre de par leur plus forte permanence et leur valeur systémique et spatiale, par leur plus grande facilité d’accès.

19Finalement nous avons étudié, par type de communauté et afin de compléter leur description, la distribution des unités de production familiale selon l’âge des chefs de famille (4 modalités d’âge), leur activité agraire dominante (3 modalités « agriculture », « agriculture et élevage », « élevage »), leur accès à chaque zone de production agricole (6 variables qualitatives « OUI-NON ») et leur effectif d’animaux dans chaque groupe d’espèces animales (4 variables quantitatives divisées en trois modalités « 0 accès », « accès modéré », « accès important »). Cette étude est basée sur les 23 communautés de l’échantillon soumis à enquête indirecte.

Typologie des communautés et accès différencié des familles aux ressources

20La prise en considération des zones de production nous permet d’établir, de préciser et de valider une typologie des communautés paysannes, au sein de laquelle nous analyserons la distribution des unités de production familiales selon certaines de leurs caractéristiques (âge du chef de famille, activité agraire, accès aux ressources). Ces informations nous faciliteront la description complète des types de communautés ainsi que la détection de situations intermédiaires entre types.

Typologie selon la combinaison des zones de production agropastorale, validée par Analyse Factorielle Discriminante (AFD)

  • 19 Mayer et Fonseca, 1979.
  • 20 Hervé et al., 1989.

21Les zones de production agricole sont plus facilement reconnaissables dans le paysage que les zones de production non agricole19. Leur combinaison en termes de présence ou absence (sans considération de leur dimension) a permis de regrouper les 32 communautés de la haute vallée en 6 types de communautés
(Figure 1)20 : (I) des éleveurs exclusifs (l'altitude y est trop élevée pour la culture de la pomme de terre), (II) une agriculture à jachère longue pâturée qui est entièrement sous pluie (secano, altitude trop élevée pour le maïs), (III) un accès au secteur de culture pluviale combiné à un accès modéré aux cultures irriguées en rotation avec de la luzerne (potrero, l'altitude y reste trop élevée pour le maïs), (IV) une agriculture diversifiée en culture pluviale, culture irriguée à maïs (maizal) et luzernières, (V) une agriculture diversifiée en culture pluviale sous gestion privée (pan llevar), luzernières, culture irriguée à maïs et vergers, (VI) une valorisation surtout des vergers, mais aussi des luzernières et des cultures pluviales sous gestion privée.

Figure 1.- Les types de communautés du haut bassin du Cañete, province de Yauyos

Figure 1.- Les types de communautés du haut bassin du Cañete, province de Yauyos

22Les résultats des AFD nous ont permis d’étudier les relations entre variables (zones de culture et zones de pâturage) au sein des communautés (cf. Annexe 1), de représenter les communautés dans un plan factoriel défini par ces variables (cf. Annexe 2) et, enfin, de valider la typologie qualitative ainsi que le classement manuel des communautés dans les types.

23Les deux validations effectuées par AFD apportent un pouvoir explicatif respectif de 100 % et de 97 %, c’est à dire que toutes les communautés sont reclassées dans leur type initial, à l’exception de celle de Carania dans la validation faite à partir des seules zones de culture (où elle passe du type IV au type V). En apparence il n’y a pas de communautés susceptibles de former un nouveau type, ni de types susceptibles d’être fusionnés. Ces résultats confirment la justesse de la classification manuelle, tout en validant la solidité des liens existants entre la présence ou l’absence des zones de production et l’appartenance aux types de communautés.

Distribution des unités de production selon leur accès aux ressources, par type de communauté

24La Figure 2 présente la distribution de plus de 2.000 unités de production (provenant de l’échantillon des 23 communautés) entre les modalités des différentes variables d’accès aux ressources ainsi que l’âge du chef de famille, par type de communautés. Ces résultats permettent de préciser, au niveau du type de communautés, la composition de l’accès des unités de production agricole aux ressources.

Figure 2.- Distribution des unités de production agricole entre les modalités des variables, par type de communauté.

Figure 2.- Distribution des unités de production agricole entre les modalités des variables, par type de communauté.

25Seul le type I de communautés d’éleveurs d’altitude a une population de chefs de famille nettement plus jeune que les autres types. Le type VI de fruiticulteurs est celui qui a la population de chefs de famille la plus âgée. Par ailleurs, les types I et II sont à dominante d'éleveurs, III, IV et V à dominante d'agriculteurs-éleveurs et VI à dominante d'agriculteurs dont on sait que la moitié sont des agriculteurs stricts.

26Dans les deux types extrêmes d'altitude et de fond de vallée, les unités de production n’ont majoritairement pas de bovins, alors qu’environ 60% des unités de production des autres types ont des bovins (et 30% environ ont plus de 9 bovins). La proportion d'éleveurs d'ovins-caprins suit un gradient régulièrement descendant depuis le type I jusqu'au type VI, ce qui correspond assez bien à la diminution des zones de parcours utilisables toute l'année par des petits ruminants (y compris la diminution de l’accès à la jachère longue collective dans les types III à VI). En comparaison, l'accès aux auquénidés est limité par la présence de parcours d'altitude et de prairies permanentes inondées en aval des lacs glaciaires, dans les parties hautes des communautés des types I et II.

  • 21 La diète bovine combine maïs et luzerne. Une partie des aliments sont produits et vendus par des ag (...)

27L'accès au secano révèle la présence de cette zone de production dans presque tous les types (sauf dans les communautés d'éleveurs situées trop en altitude pour pouvoir cultiver), y compris dans les communautés basses qui reposent essentiellement sur l'irrigation (même s'il y est nettement minoritaire et privatif : pan llevar dans les types de communautés V et VI). L'accès au maizal se trouve réduit aux types IV et V, étant donné que les communautés d’altitude ont très peu de cultures irriguées, et que dans le type VI les vergers prédominent largement sur toutes les autres cultures irriguées. L'accès au potrero est inverse de celui du secano (sauf pour le type VI), et particulièrement important dans les types V et IV qui combinent l’irrigation et l’élevage bovin21. Les vergers (graphique absent) sont accessibles à 84% des unités de production dans le type VI et à 34% dans le type V.

Description complète des types de communautés et détection des situations intermédiaires

28A l’issue de la validation par AFD, la totalité des 32 communautés est définitivement classée en 6 types. Ces types sont composés de communautés ayant la même combinaison de zones de production qui, de ce fait, sont voisines et situées dans le même intervalle d’altitude (Figure 1). Les résultats des AFD et l’analyse de l’accès des unités de production aux ressources ont permis de compléter la description initiale des types de communautés :

  • Type I, « élevage d’altitude » (Atcas, Langaico, Poroche et Tanta). Rassemble des communautés d'éleveurs qui possèdent en altitude de grands troupeaux ovins et auquénidés (lamas, alpagas) sur parcours de graminées et sur bofedales (zones inondées) dans l’étage andin (> 4000 msnm), ou sur des sols avec peu de végétation dans l’étage sous-andin (<4000 msnm).

  • Type II, « élevage diversifié et secano en altitude » (Huancachi, Tinco, Tomas, Vilca). Composé d’éleveurs ou d’éleveurs-agriculteurs sur secano (cultures non irriguées en rotation collective avec jachère longue), avec souvent de grands troupeaux bovins, ovins-caprins ou auquénidés, sur parcours de graminées dans l’étage andin, ou sur des surfaces particulièrement étendues de sols peu couverts par la végétation dans l’étage sous-andin.

  • Type III, « agriculture et élevage de transition en altitude » (Huancaya, Vitis). Contient des agriculteurs-éleveurs ou des agriculteurs ayant accès au secano et parfois aux potreros (luzernières) ; des troupeaux de bovins et d’ovins-caprins sont sur les mêmes types de parcours que dans le type II.

  • Type IV, « agriculture diversifiée à dominante secano-maizal et élevage » (Alis, Carania, Huantán, Laraos, Miraflores, Piños). Comprend des agriculteurs-éleveurs ou des agriculteurs, qui cultivent sous pluie (secano) mais aussi en irrigué sur des terrasses à mur de pierres du type maizal, souvent transformées en potreros ; des ovins-caprins et des bovins se retrouvent sur les mêmes types de parcours que dans le type II (graminées plus souvent sur des pentes fortes), plus de l’arbustif dense sous les 4000 msnm.

  • Type V, « agriculture diversifiée à dominante potrero et peu d’élevage » (Achín, Aiza, Allauca, Aquicha, Aucampi, Auco, Cachuy, Casinta, Cusi, Pampas, Quisque, Tupe, Yauyos). Comprend des agriculteurs-éleveurs ou des agriculteurs, ayant éventuellement accès au secano privé (pan llevar), au maizal irrigué, très souvent au potrero et parfois aux vergers ; des bovins et des ovins-caprins sont sur les mêmes types de parcours que dans le type IV, plus de l’arbustif xérophytique.

  • Type VI, « agriculture spécialisée de fond de vallée et élevage » (Capillucas, Catahuasi, Putinza). Regroupe les fruiticulteurs de fond de vallée, parfois avec des potreros et du secano privé ; ils possèdent parfois quelques animaux sur des parcours de graminées à faible pente en altitude, ou xérophytiques (arbustifs ou cactacées) dans l’étage sous-andin.

  • 22 Fonseca, 1986 ; Hervé et al., 2002 ; Llerena et al., 2004.

29Les espaces agricoles abandonnés22 sont particulièrement présents dans les types IV à VI. Dans le type IV la présence des surfaces anciennement irriguées (maizal, potrero) est importante, alors que le secano semble mieux tenir. Dans le type V la tendance est inverse, les surfaces irriguées étant surtout employées en potreros, maizales ou vergers, et le secano soumis à l’abandon étant très étendu. Dans le type VI le poids de l’abandon de surfaces irriguées s’accroît à nouveau, mais dans un contexte où la surface en irrigué (verger, potrero) domine largement par rapport au pan llevar en secano.

30Concernant les zones de production pastorale, les formations végétales discriminantes des types de communautés sont principalement les formations extrêmes, bofedales en altitude (type I), végétation sèche de cactacées et xérophytes en fond de vallée (types V et VI) et zones érodées à végétation éparse dans les étages intermédiaires (types II à V). Les zones sans possibilité d’utilisation agricole ou pastorale fournissent des indications géographiques qui apparaissent secondaires dans la typologie : les affleurements rocheux ont une présence significative partout, les surfaces enneigées sont importantes dans les types I et IV, et les zones érodées sans végétation dans les types I, V et VI.

31La Figure 3 présente la clé de classification des communautés de Yauyos, obtenue à partir des principales variables discriminantes des AFD. Il apparaît à nouveau que les zones agricoles à elles seules suffissent à discriminer les types de communautés.

Figure 3. – Clé de classification des communautés de Yauyos à partir des variables de l’AFD. (+), avec ; (-), sans

TYPES

B(+)

C6(-)

I

B(-)

Pr(+), X(-)

C2 (-) & C3+C4 (-)

C6(+)

II

C2 (+) & C3+C4 (-)

C6(+)

III

C2 (+) & C3+C4 (+)

C6(+)

IV

C5(+)

Px(+) & C1 (+)

V

Pr(-), X(+)

C2 (+) & C3+C4 (-)

C5(+)

VI

Zones pastorales : B, pâturage inondé d’altitude (bofedal) ; Pr, zone sous-andine érodée et couverte d'une végétation éparse ; Px, arbustif xérophytique ; X, cactacées désertique/Zones de culture : C1, vergers ; C2, potrero (prairie temporaire) ; C3+C4, cultures annuelles irriguées avec maïs (maizal) ou sans ; C5, secano (culture sèche à jachère pluriannuelle) privé ; C6, secano collectif.

  • 23 La recherche de ces situations intermédiaires pourrait se faire à travers une étude fine des résult (...)
  • 24 Bey, 1992.

32Lors de la validation des classements des communautés, seulement Carania a été reclassée dans la deuxième analyse (AFD sur les zones de culture) en passant du type IV au V. Cette communauté est celle qui présente le plus de caractéristiques intermédiaires entre ces deux types de communautés, en raison de l’importance relative de son domaine irrigué en potrero et de la moindre emprise de son secano (caractéristiques qui la rapprochent du type V). Mais ce n’est pas le seul cas : d'autres situations intermédiaires n'ont pas été détectées par l'AFD étant donné leur plus faible poids statistique23. Ainsi, Huantán (type IV) se rapproche du type V du fait d'un potrero étendu, Cachuy et Auco (type V) se rapprochent du type VI du fait de l’importance de leurs zones fruitières (deux annexes fruitières à Cachuy, reconversion du maizal à verger à Auco). Ces situations intermédiaires sont parfois indicatrices de phases de transition associées à des changements d’utilisation du sol24. Ainsi, des trajectoires d’évolution des communautés entre types apparaissent, qui iraient du type IV vers le type V (privatisation et abandon du secano, reconversion du maizal en potrero à bovins), ou du type V vers le type VI (essor de la fruiticulture dans d’anciens potreros ou maizales).

Une avancée dans la compréhension de la complexité de l’espace andin

  • 25 Classification manuelle qualitative suivie de validation multivariée sur données quantitatives (AFD (...)

33La communauté-territoire constitue un espace organisé qui intègre des zones de production agropastorale complémentaires et reconnaissables, sur le versant occidental des Andes Centrales, par leur position attitudinale et par les aménagements associés (canaux d’irrigation, terrasses de culture…). Moyennant une méthode de classification et validation basée sur ces zones de production25, on est arrivé à délimiter des types de communautés contiguës qui, sans avoir de véritable réalité administrative, constituent des espaces cohérents du point de vue du système agraire. On a ensuite précisé la description des types de communautés à travers une analyse de la distribution des unités familiales de production selon leur accès aux ressources (zones de production, animaux d’élevage), par type de communauté. Cette procédure a permis de compléter et préciser la typologie que Mayer et Fonseca avaient proposé en tant qu’experts et pour toute la vallée du Cañete à partir des seules zones de culture, sans données quantitatives de surfaces cultivées ni de taille de troupeaux.

Une analyse couplée ressources-familles qui permet de mieux saisir les systèmes agraires et les dynamiques en tours

34Cette analyse couplée entre ressources et unités de production est une avancée dans la compréhension de la complexité de l'espace andin. D'une part elle réduit l’hétérogénéité du milieu régional à six types susceptibles de garder une certaine pérennité. D'autre part elle permet d’encadrer la notion de disponibilité de ressources tout en déplaçant l'objet de l’analyse : des surfaces allouées à des ressources aux activités agropastorales permises par l’accès des communautés et des unités de production à ces mêmes ressources. On obtient en conséquence une description précise des types de communautés sur le plan de la combinaison des ressources disponibles, ainsi que sur le plan de la répartition de l’accès des unités de production à chacune des ressources.

35La typologie a un taux de permanence (inertie) élevé et une portée globale à l’échelle du système agraire, caractéristiques qu’elle hérite des zones de production qui sont des variables synthétiques de caractère paysager. Concernant les dynamiques strictement agraires, on est parvenu à deux genres de résultats :

  • Les oppositions les plus marquantes en termes de ressources des communautés sont celles entre altitude et fond de vallée, agriculture et élevage, spécialisation et diversification, culture sous pluie et irrigation, gestion collective ou privatisation, élevage à laine sur parcours et élevage laitier sur potrero. Ces oppositions n’excluent pas des éléments de transition, notamment dans les communautés plus agricoles (privatisation et abandon du secano, reconversion du maizal en potrero à bovins, essor de la fruiticulture dans d’anciens potreros ou maizales). Dans ces mêmes communautés plus agricoles, la présence de zones à l’abandon anciennement irriguées ou leur transformation vers une production individuelle de cultures annuelles sans maïs, sont de bons indicateurs de la déprise agricole voire démographique, et de la diminution de l’entretien des infrastructures collectives.

  • Les secteurs économiquement les plus porteurs sont souvent ceux qui permettent une spécialisation, comme l'élevage à laine en altitude, l'élevage bovin laitier associé à des potreros, ou les vergers en fond de vallée. On peut se demander si ces spécialisations correspondent à des évolutions démographiques, mais ce que l'on observe clairement est une tendance à la division des parties de communautés qui contrôlent les étages extrêmes concernés par la spécialisation, soit en altitude soit en fond de vallée. On aboutit ainsi à une réduction de diversité au sein du territoire communal résultant de la division. Par exemple, les communautés d’Atcas, Langaico et Poroche sont d’anciens secteurs d’altitude, et Casinta se consacre de plus en plus à la production fruitière à l’aval du bassin versant de Pampas (Catahuasi et Putinza sont aussi des anciennes annexes des communautés de Tupe et Pampas, respectivement).

  • 26 Pernet et al., 1995.
  • 27 Brougère, 1988 ; Sautier, 1989 ; Bey, 1997 ; Hervé et al., 2002.

36Pour ce qui est des phénomènes dont le pas de temps est plus court que celui considéré par cette typologie et qui sont aussi intégrés dans la notion de système rural localisé26, on peut par exemple se demander quelle est la portée socio-économique de cette typologie en tant que cadre d’analyse. Ainsi, l'accès différencié aux zones de production agropastorale n'explique pas à lui seul les dynamiques de la population27. Les offres locales de travail salarié (mines d’Alis, Tomas, tourisme dans la Réserve Nor Yauyos-Cochas…), les conditions d'accès par la route, la demande d’infrastructures et de services (électricité, eau courante, collèges secondaires, etc.), les migrations temporaires ou définitives vers le milieu urbain…, créent les conditions d'une évolution de la démographie. Le croisement des types de communautés avec des variables démographiques ou socio-économiques qui n'ont pas servi à leur construction, permettrait sans doute d’encadrer et de dégager des tendances globales d'évolution future.

Une prise en compte nécessaire du contexte social et économique

37Les informations apportées par cette étude gardent d’étroites correspondances avec le contexte social, économique et politique du territoire analysé, aussi bien sur le plan géographique (phénomènes différenciés selon communautés d’altitude, du milieu ou du fond de la haute vallée) que sur le plan des dynamiques observées (phénomènes démographiques et migratoires, nouvelles ruralités et projets d’avenir…) :

    • 28 Brunschwig, 1986.
    • 29 Le maïs et les haricots verts sont employés frais, dans les jours qui suivent la récolte qui se pro (...)

    L’agriculture traditionnelle des hauts versants28 est composée principalement de productions d’autosubsistance qui se conservent bien et qui sont consommées presque toute l’année, pourvoyant une grande partie de la nourriture (maïs séché, haricots secs, orge et pommes de terre de secano)29. Les produits d’élevage (viande, laine, lait, etc.) sont davantage destinés au marché local et régional. Il existe des cultures pour l’élevage (luzerne, prés semés, orge, etc.), mais on utilise aussi les résidus de culture et les parcours. Les études confirment la crise de cette agriculture non intégrée à l’économie de marché, où la diminution et le vieillissement de la main d’œuvre rendent difficile la production et entraînent des simplifications et des dégradations des itinéraires techniques traditionnels. Dans ce contexte, des productions alternatives sont testées depuis plus ou moins longtemps : ail, fèves, plantes médicinales ou aromatiques, plantes traditionnelles andines (quinua, maca, etc.), fleurs, de nouveaux fruits et légumes, miel, agroforesterie aux abords des parcelles et des canaux d’irrigation, etc. Les activités complémentaires (ouvrier agricole, ouvrier de la mine, construction, menuiserie, artisanat, commerce, tourisme…) deviennent nécessaires en tant que sources de revenus pour la survie de l’activité agricole. L’agriculture peut être prioritaire par rapport aux activités complémentaires de la famille, mais elle peut tout aussi bien être secondaire par rapport à une activité principale du chef de famille. Dans ce dernier cas, on constate plus souvent une simplification des cultures et une marginalisation de l’élevage.

    • 30 Castillon, 2010. La spécialisation fruitière n’est toutefois pas complète et il y a des périodes et (...)
    • 31 La route Cañete-Huancayo a été terminée en 1974. Les communautés en tant qu’institution ont eu, dep (...)

    Dans les communautés basses de la haute vallée il s’est produit, depuis 1950-60, une orientation de plus en plus poussée vers les cultures fruitières (pommiers, abricotiers, agrumes…), articulées avec les marchés urbains de Cañete et de Lima30. Ces innovations ont été l’initiative d’unités familiales, alors que les institutions communales n’ont pas joué de rôle direct. L’articulation au marché urbain a été le produit, au niveau local, d’une attitude ouverte au changement et d’un avantage écologique approprié (climat tempéré-chaud et très modérément pluvieux, possibilité d’irrigation, terrains davantage plats et mieux pourvus d’un sol que ceux de communautés plus hautes) puis, au niveau régional, d’une distance géographique courte ou raccourcie par les infrastructures routières (mobilisation de personnes et de marchandises ; flux d’informations, d’innovations et de produits depuis et vers la côte)31 et de l’existence de conditions favorables dans un marché urbain en pleine croissance et non saturé. Comme conséquence des échanges, il s’est produit une dépendance du marché urbain qui a eu des nombreux effets : changement de la diète alimentaire traditionnelle à base de maïs et pomme de terre, incidence plus particulière de la culture urbaine sur les membres jeunes des communautés, etc. Dans ces conditions, il se sont accentúees la dégradation voire la disparition de l’agriculture traditionnelle ainsi que la diminution du contrôle communal (qui reste présent pour l’eau d’arrosage et dans un moindre degré pour la gestion des terres et les travaux collectifs) et la privatisation des moyens de production (maîtrise de plus en plus forte par des collectifs de plus en plus restreints), l’introduction de technologies modernes (motopompe, engrais et pesticides chimiques…) et la pluriactivité des familles (dont celles qui n’ont pas profité de la spécialisation ou qui sont arrivées plus tard à ces communautés). Comme résultat, il s’est produit une différenciation entre les « grands » fruiticulteurs enrichis (cumul de propriétés et de bétail, plus d’accès à l’éducation des enfants, engagement de travailleurs parmi les autres habitants…), les moyens fruiticulteurs (qui engagent aussi des travailleurs extérieurs à la famille) et les métayers ou les ouvriers agricoles dont certains proviennent d’autres lieux de Yauyos.

    • 32 À cause de la migration et de la plus grande mobilité, les familles doivent réorganiser leur activi (...)
    • 33 Les communautés de la partie basse fonctionnent comme des espaces charnière entre la basse vallée ((...)

    Les phénomènes de migration interne ou externe à la province de Yauyos ne sont pas nouveaux, mais ils ont été amplifiés et confirmés au XXème siècle (accès à l’éducation secondaire, travail dans la mine ou dans des exploitations d’agriculture industrielle de la basse vallée, arrivée de la route…). Cette migration amplifiée a pu servir d’exutoire à une densité trop élevée de population rurale mais, à partir d’un certain seuil et accompagnée par l’augmentation des manifestations de mobilité, elle a été reconnue comme le phénomène qui affecte et déstructure le plus négativement les structures familiales et communales32. Dans le Haut Cañete, la population résiste mieux dans les communautés spécialisées de la partie haute et de la partie basse33. Des initiatives ont été entreprises pour freiner la migration : aménagement d’infrastructures (irrigation, assainissement, route, tourisme…), implantation de services (éducation, santé…), provision de nouvelles sources de travail (aquiculture, tourisme…), etc.

    • 34 À Yauyos, la réserve comprend une population d’environ 10.000 résidents permanents (il existe aussi (...)
    • 35 Chávez et al., 2002. Sous le nouveau contexte national de décentralisation commencé en 2002, les mu (...)
    • 36 La CODENY est constituée par des institutions présentes localement (ProYauyos, ProRural, Instituto (...)
    • 37 Les communautés paysannes se sont incorporées au processus d’action collective à travers la CODENY (...)

    Les districts et communautés d’altitude du Haut Cañete constituent 60% environ du territoire de la Réserve de Paysage Nor Yauyos-Cochas34, créée en 2001 à des fins principalement touristiques, étant donné le potentiel de la zone et la proximité des villes de Lima, Huancayo et Cañete. Lors de la création de la Réserve, il a été question de promouvoir la participation locale dans le processus de planification et dans la gestion, aussi bien à partir des chefs-lieux des districts que des communautés paysannes35. Ceci a été considéré important pour le succès du projet de développement rural durable, fondé sur l’écotourisme en tant qu’instrument de gestion des ressources naturelles et de lutte contre la pauvreté. Pour cela, il a fallu identifier le projet territorial et les conflits en cours, de manière participative avec la population locale, et incorporer leurs perceptions et leurs expectatives dans le zonage et normes d’utilisation, ainsi que plus généralement dans le Plan de Gestion de la Reserve. La Corporación de Desarrollo de Nor Yauyos (CODENY)36, qui a participé de la création de la Réserve, en est également l’instance opérationnelle pour la concertation et la coopération entre acteurs, la recherche de ressources publiques et privées, la promotion de travaux publics (routes, irrigation, téléphone…) et la réalisation d’actions de formation. Les actions de la CODENY se rapportent à la nécessité de construire un langage commun autour d’une approche de « nouvelle ruralité ». Cela dit, les enjeux de la pauvreté et les demandes concrètes des communautés (écoles, locaux communaux, eau potable, assainissement, amélioration de la production d’élevage et de sa commercialisation…), ainsi que leur éloignement et leur méfiance par rapport au pouvoir et aux initiatives municipales, représentent un obstacle à la vision d’avenir promue par la CODENY37. À cela, il faut ajouter des différences et des rivalités entre districts ou entre communautés, voire entre clans familiaux.

  • En ce qui concerne l’avenir des districts et des communautés d’altitude du Haut Cañete, le pari est pris de renforcer l’économie familiale ainsi que l’économie communale et locale, moyennant l’établissement d’alliances stratégiques qui permettent le déploiement des capacités locales et qui facilitent l’obtention d’investissements, de manière à créer des emplois locaux et à améliorer les revenus des familles. Ces transformations demandent des investissements d’entrepreneurs locaux ou revenus qui génèrent des méfiances parmi ceux qui hésitent à entreprendre ou qui ne peuvent pas le faire. Au contraire, on observe aussi des attitudes positives de renfort de l’identité locale pour en tirer parti lors de la nouvelle situation. Les effets en cours et à venir sont d’ordre économique, social, culturel et environnemental. Les transformations sont plus claires et directes dans les communautés proches des voies d’accès (Huancaya, Vitis, Alis, Tomas, Laraos) contrairement à d’autres plus isolées comme Carania et Miraflores, mais elles restent toutefois encore limitées en raison du faible niveau d’investissement municipal et privé et du fait que le marché des propriétés foncières est restreint.

Une émergence de nouvelles questions et de nouvelles applications

  • 38 Les besoins d’actualisation sont liés aux évolutions des systèmes agraires (abandon ou modification (...)
  • 39 Pour rendre possible une généralisation, les zones de production (davantage observables dans des sy (...)
  • 40 Les typologies des communautés sont des modèles des systèmes agraires et, en tant que tels, permett (...)

38La typologie proposée provoque l’émergence de questions méthodologiques et appliquées, que l’on se contente d’ébaucher ici: Quelle est la stabilité temporelle des types identifiés ainsi que leurs trajectoires d’évolution ?38 Jusqu’à quel point la méthode proposée est-elle généralisable ?39 Comment les solutions de développement et de spécialisation agraire mises en relief par la typologie peuvent-elles constituer des références pour la viabilité des sociétés rurales en milieu montagnard andin ?40

  • 41 Barrio, 2006.

39En termes de nouvelles applications, on signale la possibilité de préciser l’analyse au sein de chaque type de communautés (c’est à dire dans le cadre d’un système agraire connu), où il sera possible de repérer des types d’unités familiales de production par leur accès aux mêmes zones de production et aux mêmes espèces d’élevage, en oubliant dans un premier temps qu’elles appartiennent à telle communauté ou partie de communauté41 : l’accès différencié aux ressources agropastorales serait donc le facteur-clé qui relierait ces deux typologies. La typologie des unités de production compléterait les résultats de celle des communautés, tout en fournissant des éléments de comparaison entre communautés par la prise en compte des différentes situations de fonctionnement des familles à l’intérieur de chaque communauté. La diversité détectée va naturellement correspondre aux différentes orientations et spécialisations des systèmes de production, mais aussi aux inégalités intra-communautaires d’accès aux ressources et notamment aux parcelles irriguées ou aux animaux d’élevage. En conséquence, les hétérogénéités observées vont décrire la composition socio-économique des communautés et leur état de reconfiguration, aussi bien que les systèmes de production et les étapes des cycles de vie des différents types d’unités de production, sans pour autant approfondir dans les déterminants historiques et socio-économiques dont ces descriptions sont néanmoins des bons indicateurs. Les types d’unités familiales de production agricole pourront finalement être rapprochés les uns des autres moyennant un algorithme d’élaboration de “types génériques” afin de généraliser la typologie à l’échelle régionale.

40Les modifications d’usage du sol sont étroitement liées aux phénomènes socioéconomiques qui concernent les systèmes de production (au niveau des familles d’agriculteurs) et les systèmes agraires (au niveau des communautés paysannes). Les résultats méthodologiques montrés et annoncés ainsi que les observations qui en dérivent devraient permettre de préciser les situations dans lesquelles se produisent les phénomènes de modification d’usage et d’abandon des infrastructures agraires (terrasses de culture, canaux d’irrigation…), ainsi que de prendre en compte leurs évolutions et localisations concrètes. Par exemple, au niveau plus particulier des unités familiales de production, une évolution dans leur système de production entraînera des modifications précises de l’infrastructure concernée. A un autre niveau intermédiaire, la transformation, disparition ou apparition des types de systèmes de production due à des évolutions du contexte régional ou supra régional, entraînera des impacts plus importants à l’échelle de la communauté et du groupe de communautés du même système agraire. Enfin si l’on se situe au niveau plus général du groupe de communautés, on observera que l’évolution des zones de production est la résultante des processus régionaux ou locaux de changement d’utilisation du sol qui peuvent à terme devenir irréversibles.

Haut de page

Bibliographie

Barrio J., « Transitions actuelles du monde paysan et viabilité de l’agriculture en terrasse dans les Andes du Pérou », Revista de Estudios sobre Despoblación y Desarrollo Rural, 5, 2006, 35-56.

Bey M., « La communauté dans l’espace de reproduction des familles paysannes au Pérou », Bull. Inst. fr. études andines, 21 (1), 1992, 327-348.

Bey M., « Que sont les communautés andines devenues ? Changements dans la société rurale péruvienne », dans Gastellu J.M. et Marchal J.Y., La ruralité dans les pays du Sud à la fin du XXe siècle, Paris, ORSTOM, 1997, 381-400.

Brougère A. M., “Migración y retorno en una comunidad del Nor Yauyos”, en Malpartida E. y Poupon H. (eds.), Sistemas agrarios en el Perú (5-7/10/87), Lima, UNALM-ORSTOM, 1988, 285-299.

Brunschwig G., “Sistemas de producción en laderas de altura”. Inst. fr. études andines, XV (1-2), 1986, 27-52.

Castillon J.R., “Articulación campesina al mercado: el caso de Putinza (valle medio del río Cañete, Lima)”. Anthropologica, 28 (Supl. 1), 2010, 163-181.

Chávez J. et al., Planificación Concertada Local: una estrategia de acción colectiva para el manejo de los recursos naturales, la lucha contra la pobreza y el desarrrollo sostenible en los Andes – El caso de la Reserva Paisajística Nor Yauyos-Cochas, Perú, Centro Ideas, Pro Yauyos, UNALM, 2002, 37 p.

Deffontaines J.P. et Osty P.L., « Des systèmes de production agricole aux systèmes agraires : présentation d'une recherche », L'Espace Géographique, 3, 1977, 195-199.

Díez A., “Interculturalidad y comunidades: propiedad colectiva y propiedad individual”, Debate agrario: análisis y alternativas, 36, 2003, 71-88.

Dollfus O., Territorios andinos, reto o memoria, Lima, IFEA/IEP, 1991, 221 p.

Dufumier M., “La importancia de la tipología de unidades de producción agrícolas en el análisis diagnóstico de realidades agrarias”, dans Navarro H. et al. (eds.), Sistemas de producción y desarrollo agrícola, México D. F., ORSTOM-CONACYT-CP, 1993, 211-218.

Eresué M. et Brougère A.M., Políticas agrarias y estragegias campesinas en la cuenca del Cañete, Lima, UNALM, IFEA, 1988, 264 p.

Fonseca C., “Destrucción de andenes en las comunidades de la cuenca del río Cañete”, dans de la Torre et Burga (Ed.), Andenes y camellones en el Perú andino. Historia, presente y futuro, Lima, CONCYTEC, 1986, 361-368.

Hervé D. et Barrio J., « Classification des territoires de communautés andines sur un versant étagé des Andes centrales », Revue de Géographie Alpine, 91 (2), 2003, 69-83.

Hervé D., Barrio J. et Gianella C., “Implicaciones del deterioro y abandono de las terrazas agrícolas para su rehabilitación, cuenca alta del río Cañete”, en SEPIA IX, Puno, 2002.

Hervé D., Calagua D., Poupon H. et Fernandez R., « Utilisation agropastorale du sol par les communautés du Haut Cañete », Les Cahiers de la Recherche Développement, 24, 1989, 1-14.

Llerena C. A., Inbar. M. et Benavides M. A., Conservación y abandono de andenes. Lima, U. Nacional Agraria La Molina, U. de Haifa, 2004, 216 p.

Mayer E. et Fonseca C., Sistemas agrarios en la Cuenca del río Cañete: Lima, Perú, ONERN, 1988, 41 p. + anx.

Pernet F., Langlet A., Lardon S. et Triboulet P., « La notion de système rural localisé : un outil pour les politiques régionales », dans Symposium Recherches-système en agriculture et développement rural, Montpellier, 1995, 920-925.

Provías Rural, Caracterización y sistema vial georreferenciado (expedientes técnicos): provincia de Yauyos, Instituto Vial Provincial, Proyecto Especial de Infraestructura de Transporte Rural, MTC, 2005, 319 p.

Rodríguez R. et Muñoz M. L., “Organización social de la comunidad campesina en la Cuenca Alta del Cañete – Metodología de diagnóstico global y resultados sobre decisión y trabajo comunal”, en Malpartida E. y Poupon H. (eds.), Sistemas agrarios en el Perú, Lima, UNALM-ORSTOM, 1988, 177-183.

Sautier D., « Risques agricoles et risques alimentaires : remarques sur un exemple andin », dans Eldin M. et Milleville P. (Eds.), Le risque en agriculture, Paris, ORSTOM, 1989, 395-405.

Haut de page

Annexe

Annexe 1.- Relations entre variables (zones de culture et zones de pâturage) au sein des communautés, d’après les résultats des AFD effectuées

 

  • Le secano apparaît toujours comme mieux préservé dans les communautés caractérisées, dès le départ, par un secano ou un maizal importants. Dans les communautés où le secano a encore une surface importante (que l’on sait relativement plus peuplées), la présence de zones en abandon anciennement irriguées est indicatrice d’une diminution de la population et/ou de l’entretien collectif des infrastructures d’irrigation, c’est à dire d’une déstructuration du système social traditionnel. Le secano abandonné est un indicateur moins bon de ces bouleversements.

  • La transformation de l’infrastructure irriguée collective (maizal), vers une production individuelle de cultures annuelles sans maïs, est liée à un abandon généralisé des zones de culture. En revanche lorsqu’elles ont été reconverties en vergers, les zones de culture irriguées n’apparaissent pas comme abandonnées.

  • Les potreros et les vergers sont situés à proximité des maizales dont ils sont souvent issus. Par ailleurs, la reconversion en potrero s’est plutôt produite dans des communautés où le secano n’a jamais été très important (étant donné que dans les communautés où le secano était important, la transformation des maizales a plutôt impliqué leur privatisation ou/et leur abandon).

  • Le secano privé (pan llevar) et les vergers se trouvent dans les mêmes communautés situées à basse altitude. Le potrero ainsi que le secano collectif se trouvent plutôt dans des communautés situées plus en altitude que celles qui contiennent des vergers. Le maizal se trouve plutôt dans des communautés situées plus en altitude que celles qui contiennent du secano privé.

  • Pour les zones de pâturage d’altitude (> 4000 m), le bofedal se retrouve dans les mêmes communautés que les graminées sur forte pente, et dans des communautés différentes pour les graminées sur faible pente.

  • Pour les pâturages situés sous les 4000 m, les formations arbustives denses (3000 à 4000 m) et xérophytiques (2000 à 3000 m) sont plutôt dans les mêmes communautés, et ces formations ainsi que les cactacées sont dans des communautés différentes de celles au sol érodé faiblement couvert de végétation.

Annexe 2.- Représentation des communautés et des variables (zones de culture et zones de pâturage) dans le plan factoriel défini par ces variables

L’axe 1 de la première AFD (Figure absente) oppose les fruiticulteurs de fond de vallée avec peu d’animaux sur parcours xérophytiques (type VI), aux éleveurs ou agriculteurs-éleveurs avec éventuellement du secano, potrero ou maizal (types I, II, III, IV). L’axe 2 oppose les éleveurs d’altitude du type I, aux agriculteurs-éleveurs souvent avec secano, maizal, potrero et une autre combinaison d’élevages (type IV). Le plan ainsi défini différencie nettement les six pôles, distribués autour du type V, qui est celui qui concentre un plus grand nombre de communautés. Le type III se situe entre les types IV et V, en tout cas plus proche du type IV d’agriculteurs-éleveurs que du type II où les éleveurs stricts sont plus nombreux.

L’axe 1 de la deuxième AFD (Figure 4) oppose les éleveurs d’altitude avec grands troupeaux ovins et alpagas sur parcours de graminées et bofedales (type I), aux agriculteurs-éleveurs souvent avec secano et/ou bovins avec potreros (types II, III, IV). L’axe 2 oppose les communautés d’altitude caractérisées principalement par une spécialisation dans l’élevage à laine avec éventuellement du secano (types I, II, III), aux communautés plus diversifiées en potreros, maizal, vergers, secano privé et des élevages de bovins, ovins ou caprins (type V). Le plan ainsi défini permet aussi de différencier clairement les six pôles. Le type III est ici situé entre les types II et IV, toujours plus proche de ce dernier.

Figure 4.- AFD réalisée sur les pourcentages de surface occupés par les seules zones de production agricole

Figure 4.- AFD réalisée sur les pourcentages de surface occupés par les seules zones de production agricole

Zones de culture : C6 secano, C5 pan llevar, C4 cultures annuelles irriguées sans maïs, C3 maizal, C2 potrero, C1 vergers. Zones de culture abandonnées : ta anciennes terrasses à talus de terre, Ta anciennes terrasses à mur de pierres.

Haut de page

Notes

1 Sautier, 1989 ; Llerena et al., 2004.

2 Il faut considérer que les inventaires de contraintes et de ressources sont, par ailleurs, moins coûteux à réaliser que les enquêtes d’accès des familles aux ressources.

3 Concept défini par Mayer et Fonseca en 1979 pour l’espace agricole, puis étendu par Hervé et al. en 1989 à l’espace pastoral.

4 Concept défini par Deffontaines et Osty en 1977 comme un « ensemble d’organisations et d’activités rurales en interaction entre elles et avec le milieu », définition de géographes qui considèrent qu’il existe des espaces-système, dans lesquels les relations des organisations entre elles et avec l’environnement présentent des caractéristiques et des déroulements particuliers. Cette définition de système agraire est à rapporter à la notion de « système rural localisé » développée par Pernet et al. (1995) afin de « rendre compte des fonctionnements spécifiques des différents types d’espaces ruraux observables » (structures, processus, stratégies, relations, transformations…), où l’espace villageois apparaît, non pas fermé sur lui-même, mais ouvert sur l’extérieur.

5 Voir par exemple Dufumier, 1993.

6 Pour les organismes de développement, cela répond à un besoin de connaître cette variabilité et de comprendre aussi bien sa répartition dans l'espace que ses perspectives d’évolution, ce qui est essentiel pour encadrer leur action et cibler leurs interventions.

7 Dollfus, 1991 ; Provías rural, 2005.

8 Dans son ensemble, la rivière Cañete fait 220 Km de long et son bassin occupe
6.192 km2, dont 4.856 km2 correspondent à la partie haute ou « bassin humide ». Dans le cadre du Pérou, le Cañete est placé dans la partie centrale du versant Pacifique, depuis le niveau de la mer jusqu’à la ligne des crêtes de la Cordillère Occidentale des Andes, laquelle constitue la division continentale des eaux. Administrativement, le bassin du Cañete fait partie des provinces de Cañete (qui intègre la partie basse du bassin dans la Costa) et de Yauyos (partie haute dans la Sierra), situées toutes les deux dans le département de Lima.

9 Entre autres Mayer et Fonseca, 1979 ; Fonseca, 1986 ; Eresué et Brougère, 1988 ; Rodríguez et Muñoz, 1988 ; Hervé et al., 1989 ; Hervé et Barrio, 2003 ; Barrio, 2006.

10 Par exemple Brunschwig, 1986 ; Brougère, 1988 ; Sautier, 1989 ; Bey, 1992 et 1997.

11 Ces habitants étaient distribués comme ceci : Alis 3.270, Ayauca 1.150, Carania 350, Catahuasi 1.400, Colonia al SE de Yauyos 1.600, Huancaya 530, Huantán 940, Laraos 1.240, Miraflores 480, Putinza 480, Tanta 560, Tomas 930, Tupe 650, Vitis 350 et
Yauyos 2.150.

12 Par exemple : Fonseca, 1986 ; Brougère, 1988 ; Sautier, 1989 ; Bey, 1992 et 1997 ;
Díez, 2003.

13 Mayer et Fonseca, 1979.

14 Hervé et al., 1989.

15 Hervé et al., 2002.

16 Rodríguez et Muñoz, 1988. L’assemblée communale est l’instance de délibération principale d’autorités élues par les membres. La trésorerie de la communauté est normalement alimentée par les cotisations des membres, bien qu’elle possède aussi des fonds propres.

17 Hervé et al., 1989.

18 On aurait pu travailler aussi avec les pourcentages d’unités de production ayant accès aux différentes ressources (zones de production ou animaux d’élevage) ou, plus généralement, enquêter sur des variables socio-économiques particulières (démographie, résidence, travail non agricole, revenus extérieurs).

19 Mayer et Fonseca, 1979.

20 Hervé et al., 1989.

21 La diète bovine combine maïs et luzerne. Une partie des aliments sont produits et vendus par des agriculteurs qui n’ont pas nécessairement de bovins, à des éleveurs souvent orientés à la production de fromages pour la vente.

22 Fonseca, 1986 ; Hervé et al., 2002 ; Llerena et al., 2004.

23 La recherche de ces situations intermédiaires pourrait se faire à travers une étude fine des résultats des analyses multivariées, combinée à une comparaison systématique entre communautés, des surfaces des différentes zones de culture actuelles ou abandonnées.

24 Bey, 1992.

25 Classification manuelle qualitative suivie de validation multivariée sur données quantitatives (AFD), toutes deux fondées sur la combinaison de ressources (zones de production agropastorales) qui caractérise chaque système agraire. On a constaté que l'information concernant les zones strictement pastorales était significativement incluse dans la typologie obtenue moyennant les seules zones cultivées, ce qui fait que la collecte de données sur le terrain peut être simplifiée à ces zones.

26 Pernet et al., 1995.

27 Brougère, 1988 ; Sautier, 1989 ; Bey, 1997 ; Hervé et al., 2002.

28 Brunschwig, 1986.

29 Le maïs et les haricots verts sont employés frais, dans les jours qui suivent la récolte qui se produit en mai-juin. Les tubercules andins (oca, olluco, mashua) ne se conservent pas très longtemps dans de bonnes conditions, il faut donc les consommer pendant la saison sèche (mai à août) et au début de la saison des pluies (septembre à décembre). Ils sont ensuite remplacés par les pommes de terre d’arrosage (papa mahuay), dont la récolte va de décembre à avril. Une partie des récoltes est sélectionnée pour les semis de l’année suivante.

30 Castillon, 2010. La spécialisation fruitière n’est toutefois pas complète et il y a des périodes et des lieux où au contraire il a été impulsé une certaine diversification agricole (fruits, maïs, coton, luzerne, yucca, patate douce, etc.) outre celle en élevage bovin laitier, ovin et caprin.

31 La route Cañete-Huancayo a été terminée en 1974. Les communautés en tant qu’institution ont eu, depuis l’Estatuto de Comunidades Indígenas de 1961, l’attribution d’entreprendre la construction de voies de communication, notamment en ce qui concerne les routes locales.

32 À cause de la migration et de la plus grande mobilité, les familles doivent réorganiser leur activité agricole (emploi de main d’œuvre externe (peones), entraide, location ou métayage de parcelles, etc.), abandonner certaines terres ou quitter l’agriculture. Le manque de main d’œuvre jeune (20-50 ans) et parfois le progrès technique, ont fait évoluer les systèmes de culture et d’élevage dans plusieurs directions, depuis la simplification jusqu’à la dégradation voire la transformation. En même temps, les échanges humains provoqués par la migration ont fait évoluer de plus en plus rapidement les structures de parenté et communautaires.

33 Les communautés de la partie basse fonctionnent comme des espaces charnière entre la basse vallée (Costa) et la haute vallée (Sierra) : une productivité constante (irrigation) quoique de faible volume et capacité de croissance à laquelle s’ajoutent des phénomènes de pluriactivité, une proximité de la route et une présence de services (école, santé, administration, activités de commerce…), qui attirent une immigration locale provenant de villages plus isolés. Mais, par ailleurs, les patrons urbains y sont davantage présents et l’émigration à Lima et à Cañete est constante, en particulier celle des jeunes aptes pour le travail (travailleurs salariés ou indépendants, commerçants, femmes au foyer…) ou en âge d’étudier.

34 À Yauyos, la réserve comprend une population d’environ 10.000 résidents permanents (il existe aussi une importante population mobile entre la zone et le milieu urbain), distribués parmi les communautés d’Alis, Carania, Huancaya, Laraos, Miraflores, Piños, Tanta, Tomas, Vilca et Vitis, alors que Huancachi, Huantán et Tinco appartiennent à la zone d’influence.

35 Chávez et al., 2002. Sous le nouveau contexte national de décentralisation commencé en 2002, les municipalités ont été considérées comme la principale instance de développement à l’échelle locale, ce qui fait que les communautés ont été placées dans une position inférieure en termes de pouvoir politique (rapports avec l’État, capacité de négociation) et économique (obtention de ressources). Afin de surmonter l’exclusion, les communautés devraient de plus en plus se reconnaître et être reconnues par l’État en tant que sujets de droit dans ce contexte de décentralisation.

36 La CODENY est constituée par des institutions présentes localement (ProYauyos, ProRural, Instituto Rural Valle Grande), les municipalités et communautés de la zone nord de Yauyos.

37 Les communautés paysannes se sont incorporées au processus d’action collective à travers la CODENY avec un objectif de résolution des besoins élémentaires, mais elles n’ont pas tout de suite participé à la construction du langage commun autour de la Réserve. Elles n’ont pas commencé par identifier leurs intérêts en fonction du bien commun, en partie à cause des conflits entre leurs codes culturels et leur niveau d’éducation, par rapport à ceux que rend nécessaires l’intégration des logiques de marché lors de la valorisation de leur territoire. D’un autre côté, la création de la Réserve n’a pas nécessairement donné lieu à la reconnaissance de droits communaux spécifiques.

38 Les besoins d’actualisation sont liés aux évolutions des systèmes agraires (abandon ou modification d’usage de certaines zones de production, spécialisations ou séparations zonales par rapport à la communauté-mère) aussi bien qu’aux enjeux des utilisations précises de la typologie.

39 Pour rendre possible une généralisation, les zones de production (davantage observables dans des systèmes agraires fortement structurés dans l’espace) peuvent être associées à des grilles de facteurs ou de caractéristiques territoriales (précipitations, température, irrigation, parcours pâturés…), ou encore à des indicateurs de synthèse comme l’altitude (Hervé et Barrio, 2003) ou l’espacement géographique macro-régional qui établit des barrières et des héritages historiques différenciateurs des systèmes agraires (Dollfus, 1991).

40 Les typologies des communautés sont des modèles des systèmes agraires et, en tant que tels, permettent la mise à l’épreuve de scénarios d’évolution sur place, ou la comparaison avec des situations analogues ou contrastées au sein du territoire étudié ou sur d’autres territoires.

41 Barrio, 2006.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.- Les types de communautés du haut bassin du Cañete, province de Yauyos
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/1068/img-1.png
Fichier image/png, 120k
Titre Figure 2.- Distribution des unités de production agricole entre les modalités des variables, par type de communauté.
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/1068/img-2.png
Fichier image/png, 5,7k
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/1068/img-3.png
Fichier image/png, 5,3k
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/1068/img-4.png
Fichier image/png, 3,2k
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/1068/img-5.png
Fichier image/png, 2,9k
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/1068/img-6.png
Fichier image/png, 3,0k
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/1068/img-7.png
Fichier image/png, 5,1k
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/1068/img-8.png
Fichier image/png, 5,3k
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/1068/img-9.png
Fichier image/png, 5,4k
Titre Figure 4.- AFD réalisée sur les pourcentages de surface occupés par les seules zones de production agricole
Légende Zones de culture : C6 secano, C5 pan llevar, C4 cultures annuelles irriguées sans maïs, C3 maizal, C2 potrero, C1 vergers. Zones de culture abandonnées : ta anciennes terrasses à talus de terre, Ta anciennes terrasses à mur de pierres.
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/1068/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

José Carlos Barrio de Pedro, « Communautés paysannes et systèmes agraires dans une haute vallée andine (Pérou) », Caravelle, 103 | 2014, 185-213.

Référence électronique

José Carlos Barrio de Pedro, « Communautés paysannes et systèmes agraires dans une haute vallée andine (Pérou) », Caravelle [En ligne], 103 | 2014, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/1068 ; DOI : 10.4000/caravelle.1068

Haut de page

Auteur

José Carlos Barrio de Pedro

Centro de Estudios del Desarrollo Local y Regional (CEDER)
Universidad de Los Lagos, Chile

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org