Navigation – Plan du site
La Bolivie contemporaine et ses représentations

Régionalisation et mondialisation

Les enjeux de la littérature narrative dans la Bolivie du xxie siècle
Erich Fisbach
p. 123-137

Résumés

Né au XXe siècle sous le signe du réalisme, de la dénonciation, de l’hétérogénéité des espaces et des réalités sociales, le roman adopte un point de vue régionaliste et des techniques narratives traditionnelles. Depuis les années 90, les équilibres régionaux se sont modifiés, la Bolivie est devenue un pays urbain, et l’irruption d’internet a contribué à mondialiser une littérature dont il s’agit de cerner les grandes lignes à travers l’analyse de quelques œuvres récentes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous voyons ainsi qu’à l’aube de la révolution nationaliste de 1952, soit en 1950, et selon un annu (...)
  • 2 Maximiliano Barrientos, jeune écrivain né à Santa Cruz de la Sierra en 1979, publie régulièrement d (...)

1Nés dans les premières années du XXe siècle sous le signe du réalisme, de la prédominance de l’espace andin, mais aussi de la découverte de l’hétérogénéité des espaces et des réalités sociales qu’ils se proposaient de dénoncer, le roman et la nouvelle adoptent une perspective marquée par un point de vue régionaliste, pour ne pas dire localiste, et des techniques narratives traditionnelles héritées du XIXe siècle. La littérature narrative ne s’est par la suite que très rarement écartée de ces schémas traditionnels tout au long du siècle. Depuis la fin des années 1980, les équilibres régionaux se sont cependant modifiés, et l’urbanisation du pays s’est accélérée, favorisée par une situation socio-économique catastrophique qui, comme ailleurs sur le continent, a poussé une population pourtant viscéralement attachée à la terre vers les villes, à la recherche de meilleures conditions de survie. Ainsi, en quelques années, la Bolivie est devenue un pays urbain avec, notamment, une croissance extrêmement rapide de la ville de Santa Cruz, ou encore de ce qui n’était alors qu’un quartier périphérique de la ville de La Paz et dans lequel se trouvait l’aéroport international du même nom, El Alto, qui est désormais une ville de plus d’un million d’habitants qui surplombe la capitale1. Par ailleurs, l’irruption d’internet a largement contribué à décloisonner le pays et, pour ce qui nous intéresse dans les réflexions qui vont suivre, à favoriser l’accès à d’autres littératures, à d’autres cinémas, et donc à rendre plus largement accessibles des œuvres qui ne l’étaient guère jusqu’alors. Dans cet ordre d’idées, lors d’un entretien qu’il nous a accordé en 2011, à la question que nous lui posions sur ses influences en littérature, Maximiliano Barrientos, écrivain originaire de Santa Cruz2, nous expliquait que celles-ci étaient très diverses et qu’il allait les chercher autant dans la littérature que dans le cinéma :

  • 3 Maximiliano Barrientos, entrevue accordée le 21 avril 2011 à Santa Cruz.

[…] además de libros, me han influenciado mucho el cine y la música. Entre los autores que podría nombrarte muchos son anglosajones y latinoamericanos. Faulkner y Hemingway son dos que he leído siempre. Luego vinieron Raymond Carver y Rick Moody. También te puedo nombrar a Charles d’Ambrosio y a Dennis Johnson, el Dennis Johnson de Hijo Jesús especialmente. Y a ellos habría que sumarle a Tim O’Brien, Richard Ford, Colum McCann y a poetas como T.S. Eliot y Charles Simic… En Latinoamérica me gusta mucho la obra de Ricardo Piglia y de Fabián Casas, además de la de Bolaño y de la de Onetti, que me parece un grande de la literatura de todos los tiempos. Y últimamente leo mucho a un escritor portugués llamado Gonçalo Tavares. En el cine hay muchos autores que me gustan, Godard es uno de ellos. El cine asiático es el que más frecuento… Wong Kar Wai o Tsai Ming-Liang son mis favoritos. Me gusta mucho también lo que hacen directores americanos como Cassavetes, o de una generación más reciente, lo que hace Kelly Reichartdt. O directores europeos actuales como Béla Tarr o el turco Nuri Bilge Ceylan. Básicamente ellos son los que me dan vuelta todo el tiempo en la cabeza y los que han servido como un buen laboratorio para escribir3.

2Parallèlement, et en dépit des problèmes de distribution interne à la Bolivie, d’un marché qui reste réduit, voire d’une certaine imperméabilité des frontières qui ne favorise pas la circulation des livres vers les pays voisins, il n’en reste pas moins que la littérature circule plus facilement qu’auparavant et que la littérature bolivienne – si tant est que ce qualificatif, qui soumet une littérature à des limitations et à des critères spatiaux extérieurs au texte, ait encore une pertinence aujourd’hui, ce qui est d’ailleurs valable pour bien d’autres littératures dites nationales –, et plus largement la culture, sont entrées dans ce processus de globalisation commun à toutes les littératures du continent, comme l’écrit Francisca Noguerol dans un article dans lequel elle analyse la littérature récente produite en Amérique latine à l’aune d’un critère qui s’impose depuis le milieu des années 1990, celui de « l’extraterritorialité » :

  • 4 Francisca Noguerol, « Narrar sin fronteras », dans Jesús Montoya Juárez et Ángel Esteban (eds.), En (...)

[…] abordaré la enorme variedad de textos producidos en Latinoamérica desde 1990 hasta nuestros días atendiendo a tres grandes líneas: la imposible adscripción de la última literatura latinoamericana a límites geográficos, la continuación en nuestros días de ciertas tendencias del postboom y, finalmente, la aparición de una nueva hornada de escritores que ha demostrado fehacientemente su intención de ingresar en el canon literario con todos los derechos4.

3Le roman et la nouvelle du XXIe siècle témoignent à la fois de ces nouveaux équilibres régionaux et de cette mondialisation de la culture, et nous tenterons dès lors d’approcher quelques-unes des grandes lignes qui font la littérature bolivienne actuelle à travers l’analyse de quelques œuvres récentes, qui nous semblent représentatives d’une évolution qui remet d’une certaine façon en cause, en Bolivie comme ailleurs, la notion de littérature nationale.

  • 5 Hernán Siles Zuazo avait remporté les élections en 1980 mais n’avait pu assumer la présidence en ra (...)
  • 6 Juan José Coy, « Hipótesis de trabajo sobre tres tendencias capitales de la narrativa boliviana: la (...)
  • 7 Luis H. Antezana J., « La novela boliviana en el último cuarto de siglo », dans Javier Sanjinés C. (...)
  • 8 Luis H. Antezana J., Teorías de la lectura, La Paz, Plural, 1999 [1re édition 1983].

4Il nous apparaît important dans un premier temps, afin de mesurer cette évolution, de revenir sur certaines réflexions critiques parues justement dans les années 1970 et 1980, années pendant lesquelles la Bolivie a recouvré la démocratie après une longue période d’instabilité politique marquée par de nombreux coups d’État5. Ces réflexions, nous les devons d’une part à un chercheur espagnol spécialiste de littérature nord-américaine né à Murcia et qui était à l’époque professeur à Salamanque, Juan José Coy6, et à un chercheur bolivien, Luis H. Antezana7, né à Oruro, auteur, entre autres, d’un ouvrage important sur la lecture, intitulé précisément Teorías de la lectura8, d’autre part.

5S’ils n’empruntent pas les mêmes cheminements, ces deux chercheurs débouchent néanmoins sur un constat semblable, celui d’une profonde rénovation formelle qui se produit dans les années 1960 et dont nous aurions tendance à penser qu’elle résulte en quelque sorte du déplacement de l’étonnement face à un paysage naturel multiforme vers l’appréhension et la reconnaissance d’une subjectivité et donc d’un paysage intérieur et intime cette fois, tout aussi protéiforme. Juan José Coy distingue ainsi ce qu’il appelle trois tendances de la littérature bolivienne contemporaine, sachant que nous devons considérer cet adjectif avec un recul certain dans la mesure où cet article date de 1977 : une « tendance centrifuge », qui résulte d’auteurs qui ne sont pas des professionnels de la littérature et qui s’adressent à un noyau culturel métropolitain avec les outils littéraires empruntés à la métropole. Ces écrivains trouvent ainsi leur inspiration dans la réalité qui les entoure, mais s’en éloignent à la fois par la langue, les formes littéraires et le public auquel ils s’adressent. Coy considère ainsi que l’origine du roman latino-américain en général, et du roman bolivien en particulier, procède d’une contemplation qui aboutit à la création de personnages qui ne sont que de simples acteurs d’une réalité sur laquelle ils n’ont aucune prise :

  • 9 Juan José Coy, art. cit., n° 4 julio 1977, p. 246.

[…] la capacidad de asombro ante un Nuevo Mundo – un mundo nuevo, literalmente – en el sentido más radical de la expresión que se abre ante los ojos atónitos de quien lo contempla. […] casi todos los grandes novelistas bolivianos en alguna o en todas sus novelas, participan en cierto modo de este proceso de estupefacción. Y es que en cierta forma, estos observadores se sienten mucho más cerca de los hábitos y actitudes metropolitanos que no de los autóctonos9.

6La deuxième tendance que Juan José Coy définit comme la « tendance centripète », procède quant à elle à l’opposé de la première. En effet, si les romanciers de la tendance centrifuge s’éloignent du centre, en l’occurrence la Bolivie, qu’ils prennent comme l’objet d’une observation qui s’adresse à un lectorat éloigné de ce centre, les romanciers de la tendance centripète se rapprochent de ce centre, l’une des principales cristallisations de cette tendance étant l’indigénisme. Comme l’explique Coy, cette tendance correspond :

  • 10 Juan José Coy, art. cit., n° 5-6, diciembre 1977, p. 320.

[…] al esfuerzo consciente y sistemático por un reencuentro con las propias raíces antropológicas, una vuelta sobre el propio entorno espacial y temporal, una desesperada búsqueda de la propia identidad cultural, quebrada desde determinados presupuestos por la Colonia y más tarde perpetuada por la República10.

7Si cette distinction apparaît séduisante, il n’en reste pas moins que Juan José Coy semble restreindre cette tendance essentiellement à un auteur, Jesús Lara, ce qui n’est sans doute pas suffisant pour marquer une évolution significative. La troisième tendance serait quant à elle celle qui marquerait une volonté de dépassement et de synthèse, et serait liée à une professionnalisation des écrivains, laquelle ne serait pas spécifique à la Bolivie :

  • 11 Ibid., p. 326.

Frente a las dos tendencias ya analizadas, surge cada vez inconteniblemente la voluntad novelística completa, superadora de visiones parciales e integradora de ambos elementos, el centrífugo y el centrípeto, hasta llegar a conseguir la síntesis « nacional », o cuando menos latinoamericana. La profesionalización teórica de los novelistas, y el influjo beneficioso de la mejor novelística universal de todos los tiempos11.

  • 12 Santa Cruz Quiroga, Marcelo, Los deshabitados, La Paz, Amigos del Libro, 1980 (1re édition 1959).
  • 13 Luis H. Antezana J., op. cit.

8Quelques années plus tard, dans un ouvrage collectif qui reprend dans son titre la notion de tendance - Tendencias actuales de la literatura boliviana -, Luis Antezana analyse à son tour l’évolution du roman bolivien sur un quart de siècle, soit entre la publication de Los deshabitados de Marcelo Quiroga Santa Cruz (1959)12, considéré par l’ensemble des chercheurs comme la pierre d’angle du renouveau du roman bolivien, et 1985, l’année de publication de l’article13. Le premier mot de cet article de Luis Antezana est précisément l’adverbe « tendanciellement » que l’auteur emploie pour expliquer que la littérature bolivienne est clairement et formellement réaliste, dans le sens où :

  • 14 Op. cit., p. 27.

[…] domina una escritura que busca definir significaciones y sentidos en relación, más o menos directa, más o menos inmediata, con la vida socio-histórica que la contextualiza. Aquí la noción de « realismo » se refiere, sobre todo, a la manera de orientar las inscripciones novelísticas y no, restringidamente, a la corriente literaria en el sentido dieciochesco del término. Este realismo dominante no es necesariamente mimético, aunque sí se quiere siempre verosímil o posible. En sus formas más ingenuas quisiera parecerse a un estudio histórico o sociológico, pero en sus formas más inventivas « crea », a su manera, la realidad que tematiza o intenta tematizar. En los intersticios y bordes de este realismo dominante se podrían inscribir aquellas novelas – no muchas – que prefieren otra formas discursivas más « autónomas »14.

9Antezana distingue dès lors quatre grandes lignes ou tendances de cette littérature qui s’articulent selon une certaine chronologie, encore que ces tendances ne soient pas imperméables, bien entendu. Nous retrouvons ainsi le roman indigéniste, le roman de la mine, la tendance qui découle des liens étroits que tissent le roman et l’histoire et enfin, le roman urbain. Il se produit donc un glissement vers la ville qui devient un lieu romanesque privilégié et, de fait, ce glissement vers le paysage urbain favorise l’éclosion de la subjectivité, de l’intimité, l’émergence de destinées individuelles et non plus collectives :

  • 15 Op. cit., p. 49.

A diferencia de los ambientes no urbanos que parecen prestarse bien para el tratamiento de grandes personajes colectivos – como el campesino, el minero – y las fuertes tensiones históricas que agitan a Bolivia, la ciudad parece ser el contexto apropiado para concentrar esas dimensiones en destinos más puntuales, individuales que, sin embargo, no sacrifican – en los mejores casos – una articulada visión de conjunto15.

10Dans son article publié la même année dans le premier numéro de la revue Caravelle consacré à la Bolivie, le constat, voire le jugement de Luis Antezana est un jugement cruel qui renvoie la littérature bolivienne au rang de littérature mineure et qui ne laisse guère envisager de perspectives plus souriantes :

  • 16 Op. cit., p. 129 et 130.

La literatura boliviana actual es un espacio relativamente cerrado, es decir, carece prácticamente de trascendencia en el ámbito latinoamericano y, ciertamente, más allá. Por lo menos, no hay « grandes nombres » de autores bolivianos directamente asociados con el actual movimiento y difusión de la literatura latinoamericana. Salvo contadas obras, ésta es una literatura que tiende a definirse dentro de marcos discursivos y referenciales locales. Sus límites y alcances pueden entenderse en tales condiciones.
Es, seguramente, una « literatura menor », es decir, una literatura cuyas intensidades y valores se definen en directa relación con su entorno (físico, discursivo, socio-histórico). Este criterio no es global : se asume de partida que hay muchas obras simple y llanamente « malas », que no comportan valores ni aun dentro de los marcos inmediatos, aunque una sociología de la literatura comprenda el por qué de sus condiciones de escritura. […] Mucho sucede aquí como si el trabajo literario sobre el lenguaje más que buscar una universalidad quisiera producir salidas de sentido para una sociedad fuertemente marcada por una secular clausura social16.

11Il ne s’agit pas bien entendu de nier la valeur ni la réalité de ce constat, néanmoins sévère, sans aucun doute, et qui relève d’un certain désenchantement face à la littérature, mais de souligner que cette « littérature mineure » pour reprendre les termes de Luis Antezana, n’était pas condamnée à le demeurer. Nous en voulons pour preuve la production bolivienne récente dont la valeur n’est certainement pas reflétée par la diffusion qui est la sienne hors des frontières boliviennes, en dépit du fait que plusieurs auteurs comme Edmundo Paz Soldán, Giovanna Rivero, Rodrigo Hasbún ou encore Maximiliano Barrientos, pour n’en citer que quelques-uns, sont désormais présents dans les catalogues d’éditeurs espagnols, argentins, mexicains, etc. Notre intention est donc de montrer que ce constat n’est plus valable aujourd’hui et que la littérature bolivienne a évolué au même rythme que la littérature du continent, à la faveur de la circulation des œuvres grandement favorisée par internet.

12Au moment de parler de la littérature bolivienne du XXIe siècle, nous faisons le choix de ne pas parler de nouvelle littérature ou de renouveau de la littérature, car en fin de compte, ce qui est nouveau à un moment est rapidement voué à ne plus l’être, et peut-être plus encore à notre époque qui se caractérise par une certaine volatilité des choses. Dans un même temps, la nouveauté n’est pas forcément synonyme d’excellence ou simplement de qualité, pas plus en littérature qu’ailleurs. Aussi il nous apparaît plus pertinent d’identifier et de tenter de comprendre certaines des tendances actuelles de la littérature bolivienne, fort éloignées de cet enfermement et de ces limitations que relevait Luis Antezana, ou encore d’un dépassement des tensions entre le centre et la périphérie débouchant sur une synthèse nationale comme l’analysait Juan José Coy. Il est intéressant à cet égard de constater que bien des écrivains boliviens actuels sont nés au début des années 1980, soit au moment où Juan José Coy et Luis Antezana jetaient un regard rétrospectif sur l’évolution du roman ; tel est le cas de Sebastián Antezana, Liliana Colanzi, Rodrigo Hasbún, Maximiliano Barrientos, Christian Kanahuaty, Mauricio Murillo, Paola Senseve, Juan Carlos Piñeiro, pour ne citer que quelques noms ; d’autres, comme Edmundo Paz Soldán, Giovanna Rivero ou encore Wilmer Urrelo, n’étaient encore que des enfants ou des adolescents et n’ont, quoi qu’il en soit, pas vécu de retour à l’autoritarisme, en dépit des chemins difficiles qu’a empruntés la démocratie bolivienne pour s’imposer et dont les épisodes les plus violents et tragiques se sont produits dans les années 2000, comme ces événements que l’on connaît sous le nom de la « guerre de l’eau », sous la présidence d’Hugo Bánzer, ou encore « la guerre du gaz » qui a eu lieu, quant à elle, sous la présidence de Gonzalo Sánchez de Lozada. Il a donc fallu attendre en fin de compte que cette génération d’écrivains nés pour la plupart avec le retour à la démocratie se jette dans l’écriture, et force est de constater dès lors que la littérature bolivienne du XXIe siècle est loin de ce constat quelque peu amer et désenchanté de Luis Antezana. Il est même très intéressant à cet égard d’observer cette sorte de renversement qui se produit entre des pays comme la Bolivie et l’Argentine, cette dernière dominant jusque-là la littérature du continent et qui se met à regarder avec envie ce qui se passe ailleurs sur ce continent ; ce renversement est ainsi souligné par l’éditorial de la revue électronique Otro cielo dans son numéro 13 de mai 2011, numéro spécial consacré à la jeune littérature bolivienne :

Envidia, Bolivia, provoca el panorama de tu literatura joven. Miramos asombrados desde Argentina una obra con peso propio, una camada de autores que, como en el caso de Uruguay o Perú, parece haber encontrado una identidad de grupo, a la vez confirmada por individualidades que se distinguen perfectamente17.

13Nous relèverons dans un premier temps que les caractéristiques et les évolutions que signalent Coy ou encore Antezana, en dépit des différences qui sont les leurs, partent en fin de compte d’un même postulat, celui d’une soumission de la création littéraire à un contexte national particulier, que ce soit par osmose ou par opposition, mais en tout état de cause par défaut, ce qui revient à placer la question de l’identité nationale à l’origine du processus créatif. La jeune génération, celle des écrivains nés entre le milieu des années 1970 et le milieu des années 1980 - soit dans la période où Coy et Antezana publiaient leurs réflexions - qui, depuis, n’ont connu qu’une longue période de vie démocratique, marquée certes par de graves difficultés économiques et des soubresauts socio-politiques qui n’ont cependant pas remis en cause une continuité institutionnelle inédite jusque-là -, cette genération semble ressentir et concevoir la littérature tout autrement. Depuis la fin des années 1990 en effet, ces écrivains ont de toute évidence commencé à déplacer le centre de gravité de la création littéraire bolivienne de la contrainte spatiale et testimoniale vers une dimension plus intimiste ; cette évolution place l’individu au cœur du processus d’écriture et de création, un individu aux prises à des angoisses, à des désirs, à des sentiments universels, au-delà de toute contrainte spatiale extérieure. Maximiliano Barrientos illustre parfaitement cette orientation nouvelle de la littérature, lorsqu’il explique que ce qu’il recherche dans l’écriture, c’est de capter et de rendre l’émotion, ce que la littérature bolivienne a négligé jusque-là :

  • 18 Maximiliano Barrientos, entretien cité.

El tema de la emoción en la literatura boliviana es relativamente nuevo. ¿Cómo podemos hacer para que el lenguaje se relacione con la emoción, o atrape a la emoción, o revele un estado anímico? En la literatura boliviana no se da mucho este caso, y mucha de la literatura que a mí me gusta y que leo trabaja ese tema, el lenguaje para atrapar la emoción. Creo que eso se ve mucho en la música porque es más fácil, o en la poesía, pero, en la prosa no. Entonces parte del intento de escribir para mí es eso, ¿cómo podemos establecer ese espacio, ese lenguaje que atrapa a la emoción, es lo suficientemente preciso como para capturar la emoción? Creo que cuando sucede eso, sucede lo poético, más allá de utilizar un lenguaje retórico, de mucho ornamento…18

14L’une des caractéristiques les plus frappantes de cette littérature qui paraît au tournant du XXIe siècle est donc sans aucun doute une émancipation à l’égard des contraintes spatiales. Il ne s’agit pas bien entendu de nier l’espace, de nier le cadre de l’action, mais celui-ci n’est plus nécessairement nommé et n’est donc pas contraignant, pas plus qu’il ne prédétermine les actions, voire le caractère des personnages. Ainsi, les différents espaces, très majoritairement urbains, sont des lieux de circulation, de transformation des personnages, des espaces mouvants qui épousent, accompagnent, les drames que vivent les personnages. Ces espaces peuvent transparaître dans les descriptions, comme c’est le cas dans les récits de Maximiliano Barrientos, de Giovanna Rivero ou encore de Liliana Colanzi, dans lesquels on reconnaît la ville de Santa Cruz de la Sierra, ou encore dans les romans de Wilmer Urrelo, comme Fantasmas asesinos ou Hablar con los perros dans lesquels on reconnaît la ville de La Paz. Il n’est cependant pas rare que les romanciers se débarrassent de cette contrainte réaliste pour créer des espaces urbains qui se suffisent à eux-mêmes, voire pour s’approprier des espaces fort éloignés de la Bolivie, comme le font Sebastián Antezana dans son roman La toma del manuscrito, dont l’action se déroule pour l’essentiel au XIXe siècle en Afrique ; Giovanna Rivero dans Tukzón, dont l’action se déroule aux États-Unis, ou tout comme se déroulent aux Etats-Unis les deux derniers romans d’Edmundo Paz Soldán, Los vivos y los muertos et Norte ou encore Mauricio Murillo, dont le premier roman, Los abismos posibles, se déroule à Tanger. Cette libération de la contrainte spatiale localiste de la part des écrivains a cependant des conséquences parfois inattendues qui nous montrent bien qu’une littérature comme la littérature bolivienne est en fin de compte toujours prisonnière de préjugés, comme l’ont relevé plusieurs écrivains comme Wilmer Urrelo qui, dans l’entretien qu’il nous a accordé en 2011, nous expliquait que si ses romans n’avaient pas été traduits en anglais, c’est parce qu’ils avaient perdu toute couleur locale :

  • 19 Wilmer Urrelo, entretien accordé à La Paz le 29 avril 2011.

Date cuenta por ejemplo, querían traducir Mundo negro al inglés, una editorial inglesa, y no la aceptaron porque no transcurría en el país; la novela transcurre en un país que no tiene nombre, un lugar donde no hay referencias a diferencia de Fantasmas asesinos donde sí las hay, pero no la tradujeron porque no tenía color local. Entonces esé también es una diferencia enorme, el color está cada vez menos expuesto en la literatura boliviana19.

15Maximiliano Barrientos ne nous disait pas autre chose lorsqu’il évoquait un critique argentin qui avait jugé négativement un des ses livres au simple prétexte qu’il ne parlait pas de la Bolivie à laquelle il s’attendait :

  • 20 Maximiliano Barrientos, entretien cité.

[…] algunos lectores de afuera, como sucedió con esa crítica que un crítico argentino le hizo a un libro de cuentos mío y a otro de Liliana Colanzi, donde prácticamente los descalifica, no por ser buenos o malos, sino porque no hablaban de la Bolivia que él esperaba. Como que si, a priori, para que el libro funcione tuviera que explorar ciertos territorios que en el imaginario del lector extranjero tiene que ser Bolivia, y un libro que no lo haga es un libro no válido, y me pregunto si eso les sucede también a otros escritores, si ese mismo crítico leería con los mismo prejuicios y leería las mismas cosas a un autor de mi misma generación mejicano. Me parece que no, pero al boliviano sí le exige, le exige color local, lo que me parece una actitud no sé si provinciana o no, pero no juega al mismo nivel que otros libros20.

16Un roman récent de Sebastián Antezana, El amor según, est particulièrement représentatif de cette représentation minimaliste de l’espace, pratiquement réduit à sa plus simple abstraction. L’action – si tant est que l’on puisse parler d’action dans un roman qui ne met en scène que très peu de personnages et dans lequel il ne se passe rien, dans le sens où il n’y a pas d’action à proprement parler – se déroule pratiquement entre quatre murs et s’ouvre sur la lente et longue description d’une clef qui tombe et qui symbolise l’impossible solution au mystère de la disparition d’une femme, Mariana, ainsi que la dégradation, la chute, d’un homme qui tente inutilement de comprendre cette disparition et qui sombre dans le désespoir. El amor según s’ouvre sur la chute d’une clef et, dans une parfaite et terrifiante circularité, s’achève sur l’image d’un personnage qui se baisse pour ramasser cette clef et s’apercevoir alors qu’en réalité il n’y a rien.

17Il est difficile de ne pas établir un lien entre ce roman qui annule en quelque sorte l’espace, dont la matérialité dépend d’une clef qui chute et qui disparaît, et qui s’interroge sur la réalité de l’amour lorsqu’on ne peut plus identifier cet amour à un corps, et le roman Los deshabitados de Marcelo Quiroga Santa Cruz qui, un demi-siècle auparavant, rompait tous les fondements sur lesquels s’était construite la littérature jusque-là, en livrant aux lecteurs un récit dans lequel il n’y avait plus ni espace ni milieu social identifiables et qui constituait alors une antithèse dans cette littérature bolivienne. Si le parallèle peut paraître quelque peu abusif, c’est sans doute parce que El amor según ne constitue pas en soi une rupture dans le contexte de la littérature actuelle, ou une sorte d’objet littéraire non identifié, dans la mesure où cette orientation vers une littérature intimiste, et par voie de fait plus universelle, est une orientation désormais partagée par de nombreux écrivains, comme le souligne Paola Senseve dans un questionnaire auquel elle a bien voulu répondre en 2012 :

  • 21 Paola Senseve, questionnaire envoyé par courrier électronique en février 2012.

Creo que el escritor actual boliviano es un ser globalizado, que no sólo vive en Bolivia, sino también en el mundo, y que por ello se ha vuelto más intimista y habla de él y de lo que tiene en su entorno: emociones, individualidades, relaciones, etc. Entonces el escritor al abandonar la carga de un discurso que implique un compromiso social, adopta otro compromiso, consigo mismo y con la obra en sí, el fondo y la forma. También creo que hay una preocupación más grande por la universalidad de la obra, pensar en el lector y en su posible relación con el texto21.

18Ainsi, dans le deuxième roman de Christián Kanahuaty, Te odio, paru en 2011, nous retrouvons le monologue intérieur d’une femme qui a perdu son mari et qui est désormais seule, enfermée dans son propre corps et dont le seul projet possible semble être celui de se consacrer à la dégradation de celui-ci :

  • 22 Christian Kanahuaty, Te odio, La Paz, Correveidile, 2011, p. 99.

Puedo hacer todo esto, y puedo, sobre todo, involucrarme más en la degradación de mi cuerpo : lo puedo hacer porque la salida siempre es por la herida. Y la herida es lo único que realmente nos comunica con nuestro pasado22.

19L’espace se réduit ici au lit que mentionne la narratrice à plusieurs reprises et qu’elle ne semble pas pouvoir quitter, mais aussi au monologue intérieur dans lequel elle est enfermée et dans lequel l’espace n’avait en quelque sorte de sens que parce que c’était un espace partagé auquel l’autre donnait un sens qu’il lui a fait perdre en disparaissant.

20Ainsi, l’une des évolutions les plus significatives de la littérature bolivienne de ce siècle est sans aucun doute la prégnance du corps comme espace autour duquel se construisent nombre de récits. Alors que pendant longtemps le roman bolivien se focalisait sur l’événement, sur la réalité sociale, sur les injustices et la violence politique, à partir d’un point de vue extérieur, ce point de vue s’est en quelque sorte inversé dans la littérature récente ; non pas qu’elle ait tourné le dos à la réalité, mais plutôt parce que la réalité étant en quelque sorte avant tout celle de l’individu et de ses souffrances intérieures et intimes, c’est cette réalité intime qui construit et interroge le personnage. Comme l’analyse Christian Kanahuaty, la littérature récente, du moins celle qui se reconnaît dans cette dimension intimiste, ne serait cependant pas apolitique, pas plus qu’elle ne résulterait d’une perception individualiste, voire égotiste de la réalité, plutôt parce que la politique, le regard sur la politique, a changé de sens et que la littérature est politique :

  • 23 Christian Kanahuaty, « La estrategia íntima », publié sur le site Ecdótica le 11 octobre 2011 : www (...)

[…] la aparente renuncia a hablar de la política nacional, trajo como consecuencia las políticas de la identidad, la política del cuerpo, la de género, la política de los discursos amorosos y las políticas de identificación e hibridación. Así que ahora nuestra narrativa tiene otras potencias políticas que implican más que rupturas, nuevas trayectorias23.

21Nous ne prétendons pas avoir rendu compte, loin de là, de l’ensemble des tendances et des thématiques abordées par la littérature bolivienne de notre siècle, mais il nous apparaît que l’une des principales évolutions en est la tendance à explorer la réalité intérieure, les peurs, les angoisses des personnages qui s’expriment le plus souvent à la première personne. Nous pourrions d’une certaine façon reprendre à notre compte le terme qu’employait Juan José Coy qui signalait que la littérature bolivienne évoluait dans une dynamique centripète. Coy appliquait ce terme à l’œuvre de Jesús Lara, et qualifiait en fin de compte le changement de point de vue, désormais celui de l’Indien - d’où l’importance que prenait le quechua dans l’écriture de Lara -, sur une réalité qui restait cependant la même. La littérature narrative de ce siècle est à notre sens centripète dans le sens où, s’il s’agissait précédemment de décrire et de refléter la réalité extérieure et les tensions que celles-ci produisaient sur la société, les œuvres récentes se penchent quant à elles sur les effets produits par cette réalité extérieure sur l’intériorité des personnages.

22On pourra dès lors reprocher à la littérature bolivienne de ne plus parler de la Bolivie, mais on ne pourra pas nier que cette littérature écrite pas des écrivains boliviens parle d’hommes, de femmes en proie à des sentiments qui sont universels avant d’être boliviens, et qui sont boliviens du fait même de leur universalité. Daniel Noemí écrivait ainsi :

  • 24 Noemí Daniel, « Y después de lo post, ¿qué ? Narrativa Latinoamericana hoy », dans Jesús Montoya Ju (...)

Los sueños de liberación del sujeto social de su culpable incapacidad se convierten en ese otro paradójico metarrelato : el del individuo que se encuentra con que el telos de su existencia se reduce a su sola y fragmentada subjetividad. La única revolución aún posible es la del yo24.

  • 25 Rodrigo Hasbún, El lugar de tu cuerpo, La Paz, Alfaguara, 2009.

23Comme l’écrit l’écrivain chilien Alejandro Zambra sur la quatrième de couverture du premier roman de Rodrigo Hasbún, El lugar de tu cuerpo : « Esta novela constituye una indagación sobre el dolor, sobre la legitimidad del dolor. Hasbún consigue una precisión que no proviene del lenguaje heredado sino del deseo de pillar la historia propia […] »25.

  • 26 Paola Senseve, entretien cité.

24Si la couleur locale, qui relevait de cette tendance centrifuge décrite par Coy, n’est plus de mise, la littérature a-t-elle été trahie ? Certainement pas, et si l’engagement des écrivains n’est plus politique, il est indéniable que c’est un engagement « vis-à-vis de lui-même et vis-à-vis de l’œuvre, sur le fond et sur la forme », comme nous le disait Paola Senseve26.

Haut de page

Bibliographie

Antezana Sebastián, La toma del manuscrito, La Paz, Alfaguara, 2004.

Antezana Sebastián, El amor según, La Paz, El Cuervo, 2011.

Barrientos Maximiliano, Western, Fondo Editorial Gobierno Municipal Autónomo de Santa Cruz de la Sierra, 2010.

Barrientos Maximiliano, Fotos tuyas cuando empiezas a envejecer, Madrid, Ed. Periférica, 2011.

Barrientos Maximiliano, Hoteles, Madrid, Ed. Periférica, 2011.

Colanzi Liliana, Vacaciones permanentes, La Paz, El Cuervo, 2010.

Hasbún Rodrigo, El lugar de tu cuerpo, La Paz, Alfaguara, 2009.

Hasbún, R., Los días más felices, Madrid, Duomo ediciones, 2011.

Kanahuaty Christian J., Te odio, La Paz, Correveidile, 2011.

Murillo Mauricio, Los abismos posibles, La Paz, El cuervo, 2011.

Paz Soldán Edmundo, Los vivos y los muertos, Madrid, Alfaguara, 2009.

Paz Soldán Edmundo, Norte, Madrid, Mondadori, 2011.

Rivero Giovanna, Las camaleonas, Santa Cruz de la Sierra, La Hoguera, 2009 [1re éd. 2001].

Rivero Giovanna, Tukzón. Historias colaterales, Santa Cruz de la Sierra, La Hoguerra, 2008.

Senseve Paola, Vaginario, Santa Cruz de la Sierra, La Hoguera, 2009.

Urrelo Wilmer, Mundo negro, La Paz, Nuevo Milenio, 2001.

Urrelo Wilmer, Fantasmas asesinos, La Paz, Alfaguara, 2007.

Urrelo Wilmer, Hablar con los perros, La Paz, Alfaguara, 2011.

Haut de page

Notes

1 Nous voyons ainsi qu’à l’aube de la révolution nationaliste de 1952, soit en 1950, et selon un annuaire statistique publié en 1993 (voir Bolivia. Anuario estadístico del sector rural. 1993, Centro de Información para el desarrollo, Bolivia, 1993) la population urbaine atteignait à peine plus de 26% de la population totale (708.568 sur une population totale de 2.704.165 habitants) ; ce pourcentage est passé à 41% en 1976 (1.925.597 sur une population totale de 4.613.486), à 57% en 1992 (3.694.846 sur une population totale de 6.420.792), et enfin à 67% en 2010 (soit 6.922.106 pour une population totale de 10.426.154), selon l’Institut National de Statistiques bolivien (INE) (voir : www.ine.gob.bo/indice/visualizador.aspx?ah=PC2030911.HTM, page consultée le 6 novembre 2013).

2 Maximiliano Barrientos, jeune écrivain né à Santa Cruz de la Sierra en 1979, publie régulièrement des articles sur la littérature, le cinéma et la musique dans les principaux suppléments culturels des journaux et revues boliviennes. Ses deux premiers livres, Los daños et Hoteles ont été revus, corrigés et publiés en Espagne en 2011 aux éditions Periférica sous les titres Fotos tuyas cuando empiezas a envejecer et Hoteles.

3 Maximiliano Barrientos, entrevue accordée le 21 avril 2011 à Santa Cruz.

4 Francisca Noguerol, « Narrar sin fronteras », dans Jesús Montoya Juárez et Ángel Esteban (eds.), Entre lo local y lo global. La narrativa latinoamericana en el cambio de siglo (1990-2006), Madrid, Iberoamericana – Vervuert, 2008, p. 19.

5 Hernán Siles Zuazo avait remporté les élections en 1980 mais n’avait pu assumer la présidence en raison du coup d’État du général García Meza (17 juillet 1980) qui avait interrompu le processus démocratique. Il a finalement assumé cette présidence de la République le 10 octobre 1982, date qui marque le retour définitif de la démocratie dans le pays jusqu’à ce jour.

6 Juan José Coy, « Hipótesis de trabajo sobre tres tendencias capitales de la narrativa boliviana: la tendencia centrífuga; la tendencia centrípeta ; y la voluntad de superación y síntesis », Hipótesis. Revista de literatura boliviana, n° 4 julio 1977, p. 239- 249 et n° 5-6, diciembre 1977, p. 320-335.

7 Luis H. Antezana J., « La novela boliviana en el último cuarto de siglo », dans Javier Sanjinés C. (ed.), Tendencias actuales en la literatura boliviana, Institute for the study of ideologies & Literature / Instituto de Cine y radio-televisión, Minneapolis/Valencia, 1985, p. 27-54 ; « Literatura boliviana : Límites y alcances », Caravelle, n° 44, Toulouse-Le Mirail, 1985, p. 129-138.

8 Luis H. Antezana J., Teorías de la lectura, La Paz, Plural, 1999 [1re édition 1983].

9 Juan José Coy, art. cit., n° 4 julio 1977, p. 246.

10 Juan José Coy, art. cit., n° 5-6, diciembre 1977, p. 320.

11 Ibid., p. 326.

12 Santa Cruz Quiroga, Marcelo, Los deshabitados, La Paz, Amigos del Libro, 1980 (1re édition 1959).

13 Luis H. Antezana J., op. cit.

14 Op. cit., p. 27.

15 Op. cit., p. 49.

16 Op. cit., p. 129 et 130.

17 Otro Cielo ≠ 13 – Revista literaria / Mayo 2011, http://otrocieloblog.blogspot.fr/2011/06/ya-salio-otro-cielo-13.html (dernière consultation le 11 novembre 2013).

18 Maximiliano Barrientos, entretien cité.

19 Wilmer Urrelo, entretien accordé à La Paz le 29 avril 2011.

20 Maximiliano Barrientos, entretien cité.

21 Paola Senseve, questionnaire envoyé par courrier électronique en février 2012.

22 Christian Kanahuaty, Te odio, La Paz, Correveidile, 2011, p. 99.

23 Christian Kanahuaty, « La estrategia íntima », publié sur le site Ecdótica le 11 octobre 2011 : www.ecdotica.com/2011/10/11/la-estrategia-intima-por-christian-j-kanahuaty
(dernière consultation le 15 décembre 2013).

24 Noemí Daniel, « Y después de lo post, ¿qué ? Narrativa Latinoamericana hoy », dans Jesús Montoya Juárez et Ángel Esteban (eds.), Entre lo local y lo global. La narrativa latinoamericana en el cambio de siglo (1990-2006), Madrid, Iberoamericana – Vervuert, 2008, p. 83.

25 Rodrigo Hasbún, El lugar de tu cuerpo, La Paz, Alfaguara, 2009.

26 Paola Senseve, entretien cité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Erich Fisbach, « Régionalisation et mondialisation », Caravelle, 103 | 2014, 123-137.

Référence électronique

Erich Fisbach, « Régionalisation et mondialisation », Caravelle [En ligne], 103 | 2014, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://caravelle.revues.org/1013 ; DOI : 10.4000/caravelle.1013

Haut de page

Auteur

Erich Fisbach

Université d’Angers – EA 4335

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org