Navigation – Plan du site
Regards sur 50 ans de latino-américanisme
La construction d’un savoir américaniste

Le latino-américanisme français en perspective

Panorama des relations culturelles et scientifiques de la France avec l’Amérique latine, de la fin du XIXe siècle à nos jours
Mona Huerta
p. 39-62

Résumés

Cet article se propose de montrer l’évolution souvent contrastée des liens culturels et scientifiques que la France entretient avec l’Amérique latine, soulignant en particulier les éléments de leur renouveau après la Seconde Guerre mondiale et leurs transformations au début du XXIe siècle. Si l’art et la culture ont été le ciment traditionnel de ces relations, depuis la fin du XIXe siècle, la région a été pour les scientifiques français un laboratoire fécond qui a inspiré la construction des études sur l’Amérique latine en France. Retour sur une histoire afin de nourrir, en temps de mondialisation, la réflexion en pleine mutation sur les aires culturelles.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Des festivals spécialisés sur le cinéma latino-américain permettent, régulièrement, de valoriser en (...)
  • 2 Rappelons ici les paroles de Lucien Febvre, dans son texte fondateur pour les latino-américanistes (...)
  • 3 Ernest Martinenche, président du Groupement des universités et grandes écoles de France pour les re (...)

1L’Amérique latine est présente aujourd’hui en France dans les musées, les librairies, sur les écrans cinématographiques1 ou encore dans les collections des bibliothèques et archives françaises. En effet, nombreux sont les produits culturels ‘de’ et ‘sur’ cette région du monde diffusés dans le pays. Les livres et les revues, fruits de l’édition nationale et internationale, entre autres, permettent à un large public de se familiariser avec un continent qui fut pour Lucien Febvre et bien d’autres après lui, « un champ privilégié d’études »2. Depuis l’époque, déjà lointaine, où les intellectuels français déploraient l’absence de livres américains dans le pays et le peu d’intérêt des Français pour les œuvres produites de l’autre côté de l’Atlantique, des progrès notables ont pu être observés, au cours du siècle dernier, dans la diffusion mutuelle des cultures françaises et latino-américaines3. Cependant, faut-il pour autant en conclure que les relations entre la France et l’Amérique latine sont satisfaisantes et que ses modèles rencontrent encore dans cette région le succès qu’ils connurent dans l’entre-deux-guerres ? Cet article se propose de montrer l’évolution souvent contrastée des liens culturels et scientifiques que la France entretient avec l’Amérique latine, soulignant en particulier les éléments de leur renouveau après la Seconde Guerre mondiale et leurs transformations au début du XXIe siècle.

L’art et la culture, ciment traditionnel des relations de la France et de l’Amérique latine

  • 4 Déjà en 1850, on trouve des traces d’une admiration réelle pour les pays du cône Sud chez Victor Hu (...)

2Aux premières années du XXe siècle, le penchant des Latino-américains pour la France était grand. En France, comme outre Atlantique, des intellectuels et des politiques se révélaient de vibrants porteurs de flamme4. Cependant, si nous nous arrêtons sur ces relations, il est fréquent de percevoir, que si cette ‘liaison’ transatlantique a presque toujours été marquée par une fascination réciproque, elle n’a jamais été exempte ni d’incompréhensions, ni de malentendus.

Une influence de la France en Amérique latine très sensible

3Au Brésil, en Argentine, mais aussi au Chili, pour ne citer que quelques exemples, les livres français rencontraient un vif succès au XIXe et au premier XXe siècle. Ils arrivaient en tête de liste des titres étrangers choisis par les lecteurs. Des revues françaises comme L’Illustration, La Revue de Paris, La Revue des Deux Mondes, Le Mercure de France, la Revue des Sciences politiques étaient au catalogue de toutes les bonnes bibliothèques publiques ou privées. Il n’est pas sans signification, qu’au cours de cette période, deux Français, Camille Cléau et Paul Groussac aient été portés à la tête d’institutions culturelles aussi prestigieuses que les bibliothèques nationales du Brésil et de la République d’Argentine. Ces éléments, sélectionnés parmi tant d’autres, permettent sans doute de mesurer ce que fut l’expansion culturelle française en Amérique latine du XIXe siècle jusqu’au radical couperet de la Seconde Guerre mondiale.

  • 5 Selon l’article premier de ses statuts, l’Alliance française est une association à but non lucratif (...)
  • 6 Au début du XXe siècle, certaines maisons d’édition comme Garnier Frères, les Éditions Veuve Bouret (...)

4Cette forte présence culturelle se déployait, tant à travers l’étude de la langue (les Alliances françaises créées en 1883 se multiplièrent rapidement dans la région)5, que par la présence des livres français qui se révélèrent de remarquables médiateurs. En effet, l’édition française s’était fait une spécialité de publier des livres en espagnol et portugais et de les exporter, à partir de Paris, en rayonnant dans toute l’Amérique latine6.

  • 7 Notons qu’à partir de la loi du 7 juillet 1904 qui stipule la suppression en France des congrégatio (...)

5Dans cette période également, les bases traditionnelles de l’influence de la France dans la région se constituèrent et tout un maillage d’instituts et de lycées français, religieux ou laïques fortifia efficacement ses posi-tions nationales7. La France connut alors un formidable rayonnement culturel dans cette région. Le prestige des idées françaises sur les élites du sous-continent œuvra davantage pour affermir les positions économiques du pays, que l’apport des capitaux ou le travail des ingénieurs et des techniciens.

6Entre tous les poètes latino-américains qui nourrirent ces relations, une mention très particulière doit être faite à la triade franco-uruguayenne que constituent Lautréamont, Laforgue et Supervielle. Tous trois relèvent, sans aucun doute, des Lettres françaises. Leurs œuvres, lien permanent entre deux continents, restent cependant marquées du sceau américain par le souffle, l’inspiration ou la somptuosité des images qu’elles recèlent. Célébrés sur les deux rives, ils sont réunis dans la pierre d’un monument à leur gloire, en ce Montevideo qui les vit naître.

L’attraction de Paris et de la France pour les élites latino-américaines

7Pour les intellectuels latino-américains du début du XXe siècle et de l’entre-deux-guerres, le voyage à Paris avait parfois une valeur rituelle forte. Beaucoup d’entre eux trouvèrent en France un milieu intellectuel fertile et de nouvelles sources d’inspiration.

  • 8 Cf. Jean-Claude Villegas, Paris, capitale littéraire de l’Amérique latine, Dijon : EUD, coll. « Écr (...)

8Il convient d’insister, en particulier, sur le rôle de la colonie intellectuelle hispano-américaine de Paris. Diverses revues en portent témoignage. L’une des premières fut le Mercure de France qui, dès 1897, ouvrit une rubrique importante dédiée aux Lettres hispano-américaines. La Première Guerre mondiale ne changea pas substantiellement cet état de fait. Quatre revues produites simultanément par des Latino-américains résidant à Paris virent le jour autour de 1914 : El Nuevo Mercurio de Gómez Carrillo, Elegancias de Rubén Darío, El Mundial Magazine et La Revue Sud-Américaine. Les trois premières entièrement rédigées en espagnol contrastaient avec la dernière publiée en français par Leopoldo Lugones. En France de grands médiateurs tels Remy de Gourmond ou Valery Larbaud travaillèrent sans relâche pour faire connaître les littératures luso-brésiliennes et hispano-américaines8.

  • 9 Alfonso Reyes par exemple arriva à Paris en 1925, en qualité d’ambassadeur du Mexique en France.

9Beaucoup d’artistes firent des études en France, occupèrent des fonctions diplomatiques9, voyagèrent ou vinrent se réfugier à Paris. Francophiles et parfaitement francophones, tous à un moment ou à un autre invitèrent Paris et la France dans leurs œuvres.

10Grâce à une bourse du Secrétariat de l’instruction publique du Mexique, obtenue pour poursuivre ses études et achever sa formation en Europe, Diego Rivera, par exemple, resta quelques années à Paris où il fréquenta assidûment le Cercle des cubistes. Le Chilien Vicente Huidobro fit de Paris l’un des points cardinaux de sa production. Collaborateur de Pierre Reverdy, sa contribution à Nord-Sud fut essentielle et influença durablement sa poésie. C’est en français qu’il écrivit dans cette revue comme dans les différentes revues d’avant-garde auxquelles il participa. Il ne fut pas le seul Latino-américain à substituer sa langue maternelle et à choisir le français comme support de sa création. Son amour pour la France éternelle, le conduisit même, à la fin de sa vie, à s’engager dans l’armée française et à poursuivre l’ennemi jusqu’à Berlin.

11Nombreux donc furent les artistes latino-américains qui furent attirés par l’effervescence de Paris d’entre les deux guerres. Le poète péruvien César Moro s’abandonna, lui aussi, à ses charmes. Il gravita autour des surréalistes et écrivit une grande partie de son œuvre poétique en français. Plus tard il enseigna le français à Mario Vargas Llosa. Comme son contemporain liménien, l’Équatorien Alfredo Gangotena était essentiellement bilingue. Il fut l’ami de Michaux, se donna à lire dans de nombreuses revues françaises et publia des recueils à faibles tirages. La redécouverte de son œuvre, à la fin du XXe siècle est sans aucun doute une contribution importante à l’influence de la culture française en Amérique du Sud.

Le surréalisme et l’Amérique : un mariage d’amour

12Le surréalisme, qui, entre les deux guerres, fut un creuset pour de nombreux artistes de la région, courtisa l’Amérique latine d’un bout à l’autre de son histoire. Des écrivains et des peintres latino-américains participèrent très tôt à l’activité parisienne du mouvement : le Péruvien César Moro, nous l’avons vu, est à Paris en 1924 puis en 1934 ; par l’intermédiaire de Salvador Dali, le Chilien Roberto Matta rejoint le surréalisme en 1938, quelque temps avant que le Cubain Wilfredo Lam ne se rapproche d’André Breton et de ses amis.

13Des écrivains latino-américains et non des moindres (Miguel-Angel Asturias, Alejo Carpentier) collaborèrent à des revues d’avant-garde et diffusèrent avec d’autres – Aldo Pellegrini en Argentine, Cardoza y Aragón au Mexique, César Moro au Pérou et ailleurs – les doctrines et les positions du mouvement.

  • 10 André Breton, « L’homme, ce rêveur définitif, de jour en jour plus mécontent de son sort, fait avec (...)
  • 11 André Breton, Martinique charmeuse de serpents, Paris, Jean-Jacques Pauvert éditeur, 1972, 117 p.
  • 12 André Breton, Discours au Savoy-Club de Port-au-Prince, 14 décembre 1945. Repris dans « Alentours I (...)

14Les Caraïbes, carrefour de l’Afrique, de l’Europe et de l’Amérique, ne pouvaient que fasciner les « rêveurs définitifs »10 : dans une Martinique « charmeuse de serpents »11 ou au cœur de l’« étrange vase communi-quant et grand reposoir de la pensée poétique »12 que demeure Haïti, les confrontations entre hommes et rites invitent pour toujours « à rompre avec les modes de penser et de sentir », et à la suite d’Aimé Césaire et de Magloire Saint-Aude, nombreux furent les artistes qui, sur ces terres incandescentes, furent influencés par le surréalisme et l’influencèrent à leur tour.

15La présence assidue des surréalistes français en Amérique latine contribua à nourrir l’univers du mouvement : Benjamin Péret vécut au Brésil de 1929 à 1931, Antonin Artaud voyagea sur les terres des Tarahumaras en 1936 et André Breton se rendit à Mexico une première fois en 1938 avant d’y revenir à nouveau avec quelques-uns de ses compagnons, après la débâcle de 1940.

16De déclarations en prises de position, de voyages en études, de revues en expositions, toute l’activité du mouvement concourut à faire de l’Amérique latine une matière ardente et une étape singulière dans la construction de l’imaginaire surréaliste. De nombreuses œuvres sont là pour en témoigner, celles de tous ceux que nous venons de citer mais aussi d’autres, inattendues et surprenantes. Les tableaux ou sculptures d’Agustín Cárdenas, de Jorge Camacho, de Rufino Tamayo et d’Alberto Gironella, sont autant d’éclats de ce miroir de feu. L’Amérique des surréalistes, le surréalisme de l’Amérique restent vivants en France. Chacun peut les surprendre au détour de son chemin sur les cimaises d’une galerie ou d’un musée, à la devanture d’un libraire, dans les collections d’archives et de bibliothèques.

L’Amérique latine, un laboratoire pour les Sciences Humaines et Sociales françaises

Un ‘champ précieux d’expériences et de comparaisons’

  • 13 Jean Jaurès par exemple se rendit en 1911 au Brésil, Uruguay et Argentine de mi-juillet à fin octob (...)

17Au nom d’une identité latine redécouverte (rappelons ici que le 5 avril 1909, Anatole France, célébrait en Sorbonne le ‘génie latin’, avant de s’embarquer pour l’Argentine, l’Uruguay et le Brésil) de nombreux hommes politiques firent, eux aussi, le voyage sud-américain13 afin de fortifier les relations transatlantiques.

  • 14 Le Groupement en la personne d’Ernest Martinenche, titulaire de l’enseignement d’espagnol (son post (...)

18Pour la coopération universitaire française, l’Amérique latine fut, en ces temps, une véritable terre de mission. Le Groupement des universités et des grandes écoles de France pour les relations avec l’Amérique latine fut créé le 4 février 1908, à l’initiative des professeurs Georges Dumas de la Faculté de Paris et Henri Le Châtelier du Collège de France. Ce groupement s’était donné pour objectif de favoriser les relations intellectuelles entre la France et les ‘républiques sœurs d’Amérique latine’, tout en cherchant à remédier à la grande ‘méconnaissance’ dont souffrait cette région dans le pays. Sous la houlette de l’hispaniste Ernest Martinenche14, ce Groupement fut aussi efficace pour valoriser le laboratoire latino-américain auprès des chercheurs en France, que pour diffuser, en Amérique latine, la pensée, les méthodes et les savoirs français.

  • 15 Charles Lesca, « Les oeuvres américaines de Paris. le Groupement des universités et des grandes éco (...)

19Ses objectifs clairement opposés à l’hégémonie anglo-saxonne consistaient à « maintenir et développer les affinités intellectuelles existant entre les Latins d’Amérique et ceux de France, organiser une collaboration méthodique des universités et des grandes écoles françaises et américaines, faire connaître en France l’Amérique latine »15.

  • 16 Voir Jean-Paul Lefèvre, « Les missions universitaires françaises au Brésil dans les années trente » (...)

20L’une des opérations de ce Groupement eut un grand retentissement, d’abord en Amérique latine, puis en France. Georges Dumas au début des années trente fit valoir, face à la concurrence européenne, l’excellence de l’Université française en soutenant la candidature de jeunes enseignants français pour contribuer, à partir de 1934, à la création de l’université de São Paulo16, puis celles de Rio de Janeiro (1935) et de Porto Alegre (1937). Parmi ceux–ci, officièrent Paul Arbousse-Bastide, Fernand Braudel, Claude Lévi-Strauss, Pierre Deffontaines, Pierre Monbeig, Roger Bastide et bien d’autres encore. En s’appuyant sur leurs observations et leurs expériences, tous allaient faire du Brésil et de l’Amérique latine un vaste laboratoire d’expérimentation pour les sciences sociales, dès leur retour en France.

1939-1959 : du coup d’arrêt de l’expansion culturelle française au regain d’intérêt pour l’Amérique latine en France

  • 17 Miguel Angel Asturias, « Une certaine idée de l’Amérique latine », Espoir, n° 114, 1998.

21Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l’influence et le rayonnement français en Amérique latine étaient considérablement amoindris. Paris avait durablement perdu l’attraction culturelle qui avait été la sienne avant-guerre. La France allait se vouer toute entière à sa propre reconstruction et ne portait guère d’attention à des pays, qui pourtant, dans les durs moments de la défaite, avaient su la chanter, à l’unisson de Miguel Angel Asturias17 :

[…] Je te chante, France, auprès des hauts fourneaux tropicaux, / là où la sueur coule le long de la peau, comme les lézards, / je te chante avant que tes morts se dressent avec résolution /dans la bataille somnambule de ceux qui ne sont pas vaincus […]

22Cependant, dans l’optimisme de la Libération du pays, à l’initiative des Français libres qui œuvrèrent en Amérique latine, un sursaut émergea, afin de redonner à l’Amérique latine une place particulière dans la stratégie diplomatique que la France entendait mettre en œuvre pour retrouver son rang dans le concert des Nations.

A la recherche d’un temps perdu

  • 18 Aujourd’hui Institut français d’études andines (IFEA).

23La volonté de quelques uns conduisit à la fondation d’organismes français de recherche et de diffusion culturelle, en France et en Amérique latine, dans l’esprit de ce qui avait été la politique de coopération d’avant-guerre. Les fers de lance de cette stratégie furent la création à Mexico de l’Institut français d’Amérique latine, en 1944, de ceux de Port-au-Prince en 1945, de Santiago du Chili en 1947 et du Centre français des études andines à Lima, en 194818. Ces institutions constituaient les pièces maîtresses du dispositif mis en place pour la diffusion de l’influence scientifique et culturelle française en Amérique latine, entre autres par Paul Rivet, co-fondateur du Musée de l’Homme et éminent représentant de la France-Libre. Parallèlement et dans ce même esprit de reconquête, la Maison de l’Amérique latine fut fondée à Paris en 1945, à la demande du ministère des Affaires étrangères. La nécessité de faire repartir la machine économique en direction des territoires américains, incita à l’ouverture le 7 mai 1946 de la Chambre de commerce France-Amérique latine. Dans ce même contexte d’intérêt pour le sous-continent, le Groupe parlementaire d’amitié France-Amérique latine commença ses travaux à l’Assemblée nationale l’année suivante.

24Le Groupement des universités et grandes écoles de France pour les relations avec l’Amérique latine, bravant les difficultés, poursuivait le travail qu’il s’était assigné au début du siècle. Depuis son bureau parisien du boulevard Raspail, il continuait à œuvrer pour que les universitaires français n’oublient pas l’Amérique latine. L’instauration d’un centre universitaire en France se faisait singulièrement attendre et aucune chaire n’était réservée encore à cet enseignement.

  • 19 Robert Ricard, « Introduction », La conquête spirituelle du Mexique, essai sur l’apostolat et les m (...)
  • 20 Cf. Giuliana Gemelli, Fernand Braudel, Paris, Odile Jacob, 1995 p. 64.

25Robert Ricard, premier hispaniste français voué à l’américanisme, regrettait déjà en 1932 « l’état inorganique des études hispano-américaines »19. Quinze ans après, la situation sur ce plan n’avait guère changé, même si un mouvement en faveur des études sur l’Amérique latine se dessinait. Fernand Braudel, en même temps qu’il dispensait son enseignement aux agrégatifs en Sorbonne, parlait de « l’Amérique latine contemporaine » aux étudiants de l’Institut d’études politiques de Paris20. Sous son impulsion et celle des différents missionnaires de l’entre-deux-guerres, des chercheurs de plus en plus nombreux allaient bientôt s’investir pleinement dans cette voie.

  • 21 Comme en 1929, les Annales défendaient l’Amérique latine comme une région propice au développement (...)
  • 22 C’est ainsi qu’en 1951, dans une note brève publiée dans la rubrique « outillage et documentation » (...)

26La revue Annales. Économies, sociétés, civilisations, dirigée alors par Lucien Febvre, défendait en 1948 « les Amériques latines » comme sources d’études et incitait les jeunes chercheurs à travailler sur cette aire culturelle21. Attentive à l’évolution des recherches, elle rappelait, sans répit, la nécessité d’organiser en France les études spécialisées sur cette région22.

  • 23 Jacques Lafaye insiste sur l’importance de ce voyage dans l’évolution de l’oeuvre de Marcel Bataill (...)
  • 24 Depuis le 4 décembre 1945, date de sa leçon inaugurale, Marcel Bataillon occupait la Chaire de lang (...)
  • 25 Marcel Bataillon, « Notre hispanisme devant l’Amérique » in Les Langues néo-latines, n° 112, 43e an (...)

27En 1948 également, Marcel Bataillon avait pour l’Amérique un intérêt qui, selon lui, aurait pu rester « platonique et livresque » s’il n’avait été « attiré au Nouveau monde par les amicales instances d’Alfonso Reyes et poussé dans la même direction par Paul Rivet »23. Au retour de ce voyage décisif, il donna ses premiers cours au Collège de France sur des thèmes américains : « L’esprit des évangélisateurs du Mexique » et « L’humanisme de Las Casas »24. Cet enthousiasme pour les études latino-américanistes lui fit écrire un article-manifeste « Notre hispanisme devant l’Amérique »25 incitant les hispanistes français à reconnaître que « toute culture hispanique comporte aujourd’hui une connaissance rénovée des sommets de la littérature d’Amérique latine avec leur arrière plan de géographie et d’histoire ».

28Cette prise de position traduisait, sans doute aussi, le désamour du militant antifasciste avec l’Espagne franquiste. L’hispanisme devait désormais s’abreuver à d’autres sources. C’est ce que pensait, d’ailleurs, un autre hispaniste : Jean Sarrailh, recteur de l’académie de Paris.

L’Institut des hautes études de l’Amérique latine, premier pas de l’institutionnalisation du latino-américanisme français

  • 26 Édouard Bonnefous, dir., Pierre Gerbet, coord., Encyclopédie de l’Amérique latine politique, économ (...)

29En créant l’Institut des hautes études de l’Amérique latine en 1954, sous l’égide du rectorat de Paris, Jean Sarrailh poursuivait les mêmes objectifs qu’avant-guerre : la culture et le savoir scientifique devaient être, comme dans le passé, les avant-postes de la reconquête économique de la région. Pour marquer avec éclat l’acte de renouveau du latino-américanisme, la première Encyclopédie de l’Amérique latine sous la direction d’Édouard Bonnefous et coordonnée par Pierre Gerbet, sortit des presses en 1954. Elle bénéficiait du prestigieux patronage de Robert de Billy, de Jean Sarrailh, d’André Siegfried, de Paul Rivet, de Raymond Ronze et de Pasteur Vallery-Radot26.

  • 27 Cf. « La France dans le monde » in Cahiers français d’information, 15 mars 1955, p. 23.

30Le Groupement, toujours présent, participait au mouvement. Son président Raymond Ronze fut le premier directeur du nouvel institut et la participation au développement de l’influence française en Amérique latine, fut hautement réaffirmée. Dès 1955, sous le titre « L’Amérique latine et l’Europe », l’Institut organisa des conférences bihebdomadaires confiées à des ingénieurs, des chefs d’industrie, des banquiers, des attachés commerciaux, pour attirer l’attention des étudiants et des acteurs du monde économique sur les problèmes posés par l’expansion française en Amérique latine. Sa démarche était d’unir « les efforts de l’Université et des représentants les plus qualifiés de la science technique et de l’économie françaises », afin de dresser un bilan permanent des nécessités d’équipement de l’Amérique latine, de susciter la participation de la France à cette œuvre indispensable et mettre en relief les possibilités offertes au monde économique27.

  • 28 François Chevalier, La naissance des grands domaines au Mexique (XVIe-XVIIe siècles, 1949/ Pierre M (...)

31Lorsqu’en 1957, Pierre Monbeig, ancien missionnaire à São Paulo, fut nommé directeur de l’Institut des hautes études de l’Amérique latine, une nouvelle inflexion fut donnée à l’institution. Avec Braudel, Bataillon, Rivet et quelques autres, l’importance des études sur le sous-continent commençait à s’imposer. De jeunes chercheurs étaient engagés dans cette voie (Pierre Chaunu, Frédéric Mauro, Jean Roche, Michel Rochefort…) au moment où les grandes thèses issues de l’expérience latino-américaine commençaient à être publiées28.

32L’université française en pleine mutation n’allait pas tarder à faire face à une arrivée massive d’étudiants qui changerait complètement la physionomie de l’enseignement et de la recherche dans le pays. Pour autant et malgré les efforts consentis par les latino-américanistes, l’Amérique latine était loin d’être une priorité pour les politiques gouvernementales de cette époque, tant la décennie des années cinquante était placée avant tout sous le signe de la reconstruction et de la clôture du fait colonial.

Des années charnières pour une redécouverte spectaculaire de l’Amérique latine

33Les sociétés latino-américaines, comme de nombreuses autres sociétés dans le monde, connaissaient de rudes blocages et demeuraient marquées par un fossé entre les élites et le reste de la population. Le président Truman proposa dans sa déclaration du 20 janvier 1949 de faire bénéficier les pays insuffisamment développés des progrès de la science et de l’industrie. La politique des États-Unis au sud du continent américain qui allait suivre, allait s’inscrire très clairement dans cette ligne. L’Organisation des Nations unies avait décrété « le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ». Avec la création en 1949 de la Commission économique pour l’Amérique latine (CEPAL), les États latino-américains essayèrent de trouver des solutions au sous-développement économique de la région.

Une décennie propice aux débats et… à la consommation

  • 29 Voir Philippe Hugon, « La pensée francophone en économie » in Choquet, C., Dollfus, O., Le Roy, E., (...)
  • 30 Tel est, en effet, le titre qu’Odette Guitard donne à son ouvrage Bandung et le réveil des anciens (...)
  • 31 Franz Fanon, Peau noire, masques blancs, Paris, Éd. Du Seuil, 1952 ; Les damnés de la terre, préfac (...)

34La décennie 1950-1959 fut propice à une formidable confrontation d’idées sur la décolonisation, les relations antagoniques Nord-Sud, la faim dans le monde. L’époque était marquée par la peur de l’apocalypse nucléaire et l’affrontement des blocs. Le débat tiers-mondiste se cristallisa sur l’impérialisme, l’échange inégal, l’exploitation de classes par les féodalités ou bourgeoisies, les luttes sociales29. La Conférence de Bandung, ce ‘réveil des peuples colonisés’30 réunit du 17 au 24 avril 1955 vingt-neuf pays afro-asiatiques. Acte important dans le processus de décolonisation, elle stimula sans aucun doute la prise de conscience d’un nécessaire développement pour les peuples dominés. Le Martiniquais Franz Fanon, auteur dès 1952 d’un ouvrage de grand retentissement Peau noire, masques blancs, fut l’une des figures les plus emblématiques de ce mouvement. Plus tard, dans les années 1960 et 1970, son ouvrage Les damnés de la terre devint une référence pour chaque militant engagé dans les luttes de libération nationale31.

35Au cours de ces mêmes années, la situation économique de la France, dopée par l’European Recovery Program (Plan Marshall) s’était considérablement développée. Elle était caractérisée par le retour au plein emploi, une croissance forte de la production industrielle, une expansion démographique importante. Le niveau d’éducation et d’expérience des travailleurs restait important et permettait un rattrapage technologique vis-à-vis des puissances plus développées comme les États-Unis.

36Cependant, le pays était encore englué dans ses guerres coloniales et n’arrivait pas à régler le problème algérien. Contre toute attente, l’Amérique latine en ces années fut en première ligne, et occupait la devanture des librairies. Gallimard, pour ne citer que cette maison d’édition, accueillait dans deux de ses prestigieuses collections, Du monde entier et La croix du Sud initiée par Roger Caillois, les grands auteurs de la littérature latino-américaine. Les événements politiques qui suivraient ne la laisseraient pas seule sur ce marché.

Au cœur du débat tiers-mondiste, livres et revues

37En France, les éditions sur la décolonisation se multiplièrent, un livre répondant à un autre. Depuis 1955, la librairie La joie de lire, fondée dans le quartier latin par François Maspero, réunissait, entre livres et revues, tout le monde de gauche : étudiants, chercheurs, et travailleurs qui lisaient, se rencontraient, débattaient.

  • 32 Citons, par ordre chronologique de parution, ceux qui eurent le plus de retentissement : Jean Lacou (...)
  • 33 Les principales revues françaises spécialisées dans lesquelles ce débat s’est exprimé au fil du tem (...)

38Jean-Paul Sartre et François Maspero étaient à la pointe du ‘combat’. Le créneau était large, les Éditions ouvrières étaient présentes et bien d’autres éditeurs ne tardèrent pas à y monter. Les presses universitaires ne dédaignèrent pas le débat32. De nombreux numéros spéciaux de revues33 furent publiés et le succès médiatique, dont les quelques citations produites ici illustrent l’importance, fut au rendez-vous.

L’irruption sur la scène internationale de Fidel Castro et de ses « barbudos »

39En janvier 1959, les guérilleros du mouvement révolutionnaire cubain ‘Movimiento del 26 de julio’ dirigés par Fidel Castro prirent La Havane et libèrent Cuba de la dictature de Fulgencio Batista. Le leader révolutionnaire et ses compagnons d’armes, Ernesto ‘Che’ Guevara et Camilo Cienfuegos appelèrent à la grève générale : sa réussite leur permit de prendre le pouvoir. Cet événement est sans doute celui qui influença le plus fortement l’idéologie tiers-mondiste de l’époque. Il fut même à l’origine d’une véritable mythologie. Le phénomène fut tel que la figure de Che Guevara et la transposition du modèle cubain de « foyer de guérilla » allaient nourrir l’imaginaire révolutionnaire un peu partout et faire de Cuba un point de mire pour plusieurs décennies.

  • 34 Malgré son coût, la télévision suscita assez vite l’engouement populaire. En 1950 elle ne fonctionn (...)

40L’immédiat après-guerre avait été marqué par la pénurie, mais, dans cette période, l’augmentation du niveau de vie allait permettre l’accession à des biens d’équipement. Il ne s’agissait plus de satisfaire seulement les besoins essentiels comme la nourriture, les vêtements ou le logement, mais aussi d’acquérir des biens durables, éléments de confort et de statut social. Le poste de télévision fut l’un de ces produits34. Fidel Castro et ses compagnons furent de remarquables médiateurs pour relancer l’Amérique latine dans l’imaginaire européen. Des films, comme celui de Chris Marker, Cuba sí, et des reportages dans des émissions comme Cinq colonnes à la une popularisèrent, au-delà de toute mesure la ‘geste héroïque’ des guérilleros cubains. La télévision participa à donner aux événements cubains un retentissement inédit.

Romantisme et tourisme révolutionnaires : le voyage à Cuba de Sartre et De Beauvoir

41Ces médias furent indéniablement de puissants vecteurs pour reparler de l’Amérique latine et la rapprocher du grand public. Cependant un événement y contribua sans doute plus qu’un autre : le voyage en février-mars 1960 de Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir dans la République « unitaire et démocratique » de Cuba.

  • 35 Pierre Lazareff à la tête de France-Soir réalisa à la fin de la Seconde Guerre mondiale la révoluti (...)

42Sartre décida de ce voyage pour, disait-il, « s’arracher au cynisme orthodoxe » d’une France où l’on torturait depuis cinq ans, espérant que les jeunes révolutionnaires barbus le persuaderaient « qu’on peut encore changer la vie ». Le nouveau régime, comblé par l’auguste visite, ne ménagea pas ses efforts : il convia le couple à des conférences, entretiens, débats, cours à l’université et visites du pays. Durant quarante-huit heures, les deux écrivains accompagnèrent Fidel Castro en tournée dans l’île, ce qui contribua sans doute à forger leur opinion : « La révolution cubaine est une véritable révolution ». Sartre rapporta, dans ses carnets de voyage, une réflexion enthousiaste sur le nouveau régime cubain, mais celle-ci n’aurait pu avoir de retentissement sans l’appui du grand journaliste Pierre Lazareff35.

43Sartre proposa à Lazareff « de dire la vérité sur Cuba » ; il souhaitait que son témoignage « ait la plus large audience ». Le journaliste ne se déroba pas et publia au nom de la liberté d’expression, le long plaidoyer du philosophe qui fut « libre d’exprimer dans [les colonnes du journal] certaines opinions auxquelles [France-Soir] ne souscrivait pas ». Ainsi, les lecteurs de l’époque purent du 28 juin au 15 juillet 1960 lire seize articles réunis sous le titre emblématique d’Ouragan sur le sucre. Cette tribune contribua à mettre sous les feux de l’actualité, Cuba bien sûr, mais plus largement encore l’Amérique latine.

Une occasion pour contrer l’emprise des Etats-Unis sur l’Amérique latine

  • 36 Cf. Carmelo Mesa-Lago et Sandra E. Miller, Shirley A. Kregar (collab.), Latin American studies in E (...)

44En 1961, après la désastreuse défaite de la Baie des Cochons, Kennedy déclara : « Une nation de la taille de Cuba est moins une menace pour la survivance des États-Unis qu’elle constitue une base de subversion dirigée contre les autres pays libres des Amériques ». Contrairement aux Nord-Américains, les pays d’Europe ne perçurent nullement la révolution cubaine comme un défi à leur influence. Au paroxysme de la Guerre froide, la crise des missiles, installés par les Soviétiques à quelques encablures des côtes américaines, inaugura à l’automne 1962 un nouveau tournant dans les relations Est-Ouest ; leur intérêt pour les pays d’Amérique latine, en sommeil depuis la fin de la guerre, était enfin réveillé. L’Europe connaissait une expansion économique sans précédent, en même temps qu’elle se passionnait à nouveau pour l’Amérique latine. Il est intéressant d’observer ce retour de flamme, tel qu’il put se traduire dans les milieux culturels et scientifiques36.

45Tandis que les états-Unis se mobilisaient contre l’influence du communisme dans la région et développaient l’ambitieux programme dit de « l’Alliance pour le progrès », dont la Banque interaméricaine de développement (BID) et l’Agence américaine pour le développement international (USAID) étaient les principaux agents, des tentatives pour infléchir les choses dans le sens d’une troisième voie émergèrent. La France fut l’un des pays d’Europe les plus actifs en ce domaine.

L’Amérique latine, fer de lance de la politique étrangère française

  • 37 Guy Georgy, « De Gaulle et l’Amérique latine » in L’Amérique latine, vingt-cinq ans de bouleverseme (...)
  • 38 « Une conférence sur l’Union latine » in Le Monde, 12 juillet 1963.

46Le conflit algérien n’était pas encore terminé que le général de Gaulle, de retour aux affaires depuis l’année précédente s’inquiétait, déjà, de « réorienter la politique extérieure de la France vers le grand large »37. En envoyant André Malraux dans les pays du Cône Sud en 1959, il proposait aux peuples d’Amérique latine la collaboration de son pays et appelait les nations latines à constituer une troisième force propre à ‘sauver les valeurs humaines gravement menacées’ par ceux qui se disputaient alors la domination du monde : « Pourquoi ne pas espérer qu’un jour doive s’établir de part et d’autre de l’Atlantique un monde latin uni et renouvelé ; et qui sait si ce n’est pas là, en dernier ressort, l’avenir de la raison, c’est-à-dire de la paix du monde38 ».

  • 39 Après s’être rendu au Mexique du 16 au 20 mars 1964, le général de Gaulle fit une longue tournée du (...)
  • 40 Guy Georgy, « De Gaulle et l’Amérique latine », art. cit., p. 32.

47Au printemps et à l’automne 1964, lorsque la question algérienne fut réglée, le général de Gaulle visita l’Amérique latine39. Il répéta, au cours de ses voyages, sa foi en la latinité, soulignant l’étroite identité culturelle existant entre la France et les pays d’Amérique latine. Partout il affirma la nécessaire indépendance des pays de la région vis-à-vis de l’un ou l’autre des deux blocs. Triomphalement accueilli dans toutes les capitales de la région, De Gaulle encouragea les peuples et les dirigeants latino-américains à définir et mettre en pratique leurs propres solutions, se gardant, autant que possible, des « deux impérialismes ». Ces voyages se soldèrent par un immense succès personnel mais très vite, l’impitoyable réalité s’imposa : la France à peine sortie de ses guerres coloniales n’avait pas les moyens de ses ambitions politiques. Entre 1965 et 1970, elle dut se contenter d’accords de coopération prévoyant l’envoi de coopérants français en Amérique latine, d’étudiants et de chercheurs latino-américains en France. La coopération technique et économique fit l’objet d’appuis particuliers, mais ces efforts étaient bien dérisoires face aux espoirs soulevés par la tournée présidentielle. Les quelques dizaines de millions mobilisés par la France étaient bien peu de chose, face à la massive contribution nord-américaine et internationale40.

Le réveil des européens vis-à-vis de l’Amérique latine : une nouvelle donne

  • 41 David E. Stansfield, « The study of Latin American Politics in British Universities » in Latin Amer (...)

48Il est probable, comme le souligne David Stansfield, que les sentiments anti-américains produits par la révolution cubaine et les mouvements des guérilleros en Amérique latine contribuèrent à susciter quelques espoirs en Europe pour récupérer, en même temps que de nouveaux marchés, une partie de l’influence diplomatique perdue après la guerre au profit des États-Unis41. On assista à la création d’établissements universitaires propres à étudier et mieux connaître la région dans différents pays d’Europe occidentale et orientale, ce qui ne s’était jamais produit à cette échelle.

49Au Royaume-Uni, en Suède, comme ailleurs en Europe occidentale (France, Pays-Bas, Allemagne fédérale, Italie, Autriche), ce fut à cette époque et pour les mêmes raisons, que l’Amérique latine revint sur le devant de la scène.

  • 42 Cf. Vladimir Mijailovich Davydov, « Latinoamerística en el cruce de caminos. Alcances anteriores y (...)

50Dans le bloc de l’Est, la coupure des liens entre Cuba et les États-Unis réalisée avec l’aide de l’Union Soviétique, fut cruciale pour la réinterprétation de l’Amérique latine. L’établissement de l’institut latino-américain à Moscou en 1961, au sein de l’Académie des sciences de l’URSS, est sans doute une preuve de ce regain d’intérêt42. Cette création influença la mise sur pied de programmes latino-américains dans d’autres pays de l’Est et on assista, dans la même période, à l’inauguration de nouveaux instituts en République démocratique allemande, en Tchécoslovaquie, en Pologne ou encore en Hongrie.

51Pour les deux blocs, l’Amérique latine était redevenue pour longtemps un objet de convoitises et de pouvoirs. L’Europe occidentale en se réinvestissant dans le sous-continent ménageait ses intérêts et se positionnait pour le futur.

  • 43 Les dictatures militaires installées avec le soutien plus ou moins affiché des États-Unis affligère (...)

52Dans la France des années 1960 et 1970, les Français se montrèrent curieux des expériences politiques menées dans le sous-continent, notamment à Cuba et plus tard au Chili. Bien vite des régimes autoritaires s’installèrent dans de nombreux pays et jetèrent dans l’exil de nombreux Latino-américains (intellectuels pour la plupart)43. Donnant vie aux déclarations de Carlos Fuentes : « l’ultime patrie d’un Latino-américain c’est la France », une génération d’artistes (Pablo Neruda, Gabriel García Márquez, Jorge Amado, Julio Cortázar) avait déjà fait de Paris un refuge, face à l’étouffement généré par les politiques de leurs pays. D’autres intellectuels les suivirent et, avec l’appui des gouvernements en place, occupèrent des postes dans les universités françaises où ils contribuèrent à fortifier les études sur l’Amérique latine (Celso Furtado, Fernando Henrique Cardoso et Milton Santos [Brésil], Gustavo Beyhaut [Uruguay], Jacques Chonchol et Roberto Santana [Chili], Rubén Bareiro Saguier et Augusto Roa Bastos [Paraguay]...).

Les hauts et bas du latino-américanisme français

53Au moment où le débat tiers-mondiste atteignait son paroxysme, les grandes revues latino-américanistes voyaient le jour. Les Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien-Caravelle furent publiés en 1963 par l’université de Toulouse, la revue Problèmes d’Amérique latine, éditée sous l’égide de la Documentation française parut en 1965 et l’Institut des hautes études de l’Amérique latine diffusa le premier numéro de Cahiers des Amériques Latines en 1968.

  • 44 Cf. Jean-Michel Guittard, Mona Huerta, « Cent ans de thèses françaises sur l’Amérique latine », Cah (...)

54Parallèlement, de nombreuses thèses sur l’Amérique latine, tous doctorats confondus, étaient soutenues en France entre 1970 et 1990 : 973 thèses pour les premières dix années et 1478 thèses pour la décennie suivante, soit cinq cent cinq thèses supplémentaires en dix ans ; on relevait parmi celles-ci, un nombre non négligeable émanant de Latino-américains44. Ces créations et soutenances pouvaient témoigner de la vigueur du latino-américanisme et de son expansion, dans une université devant faire face, pour la première fois de son histoire, à un nombre massif d’étudiants.

  • 45 Université de la Sorbonne nouvelle Paris 3, sans doute la moins adaptée aux orientations de l’Insti (...)

55La formidable transformation de l’université après les mouvements estudiantins de 1968 allait avoir des effets très contrastés sur le latino-américanisme. Le bastion de la rue Saint-Guillaume fut fortement ébranlé : autrefois institut de la seule université de Paris, il fut rattaché à l’une des treize universités issues de la restructuration universitaire45.

  • 46 Publié par l’Institut d’études mexicaines de Perpignan à partir de 1974, ce titre sera repris par l (...)
  • 47 L’une des plus importantes revues de science politique est publiée par l’université d’Aix-Marseille (...)
  • 48 Notons qu’en 1994, un nouveau titre concernant les études sur le Brésil paraît : Lusotopie. L’ambit (...)

56Avec la création de nouvelles universités, nombreux furent les latino-américanistes qui occupèrent des postes en région. Dans le milieu des années soixante-dix, ils se dotèrent des moyens pour faire entendre leur voix et structurer le latino-américanisme dans leur nouveau port d’attache. C’est ainsi que Jean Meyer publia L’Ordinaire du Mexicaniste46 à Perpignan, suivi quatre années plus tard de la revue Études mexicaines. La création de nouveaux centres de recherches fut accompagnée de nouveaux titres : Amérindia fut le premier. Á partir de 1976, il aida à la diffusion des travaux spécifiques produits en linguistique amérindienne au Centre national de la recherche scientifique. Le développement des universités, et notamment des unités spécialisées sur l’étude des langues et civilisations ibériques et ibéro-américaines contribua notablement à la publication de nouveaux titres surtout à la fin des années soixante-dix et dans les années quatre-vingts. Citons en particulier Ventanal, Marges, Iris, América, Cahiers du CRIAR, et Cahiers du CRISOL. Ce mouvement, important dans l’université, et pas seulement dans le domaine littéraire47, put être observé également dans les centres de recherches spécialisés, du CNRS ou d’autres institutions de recherche. Cahiers du Brésil contemporain en est un exemple48. La plupart des nouveaux centres fondés dans les années quatre-vingts bénéficièrent du développement de l’informatique et des programmes de traitements de texte. La production de revues devenait alors techniquement plus aisée, grâce à la multiplication des ordinateurs et des photocopieurs.

57Il fallut attendre un nouveau statut pour que l’Institut des hautes études de l’Amérique latine, fortement diminué par son déclassement, et la création d’un dispositif identique à l’université de Toulouse-Le Mirail, pour que les institutions strictement latino-américanistes reprennent des couleurs. En 1985, ce fut chose fait grâce à l’intervention du géographe Romain Gaignard, alors en poste au ministère de l’Éducation nationale.

  • 49 D’abord Groupement de recherches coordonnées (GRECO) ce réseau perdura grâce à l’évolution de ses s (...)
  • 50 <http://www.red-redial.net>.

58A Paris, l’Institut travaillait très étroitement avec le Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine créé au Centre national de la recherche scientifique en 1968 ; l’Institut pluridisciplinaire des études sur l’Amérique latine à Toulouse, fondé en 1985 et le Groupe de recherche sur l’Amérique latine, laboratoire du CNRS, dirigé par Claude Bataillon depuis sa création en 1977, essayaient de mettre sur pied les études sur l’Amérique latine dans leur université, en regroupant un petit noyau d’enseignants et de chercheurs prêts à défendre leurs positions contre les forteresses disciplinaires. Pendant quelques années une coopération documentaire entre ces structures de Toulouse et de Paris fortifia le travail latino-américaniste. Le CNRS ayant donné les moyens de développer une documentation commune, le Réseau Amérique latine se développa entre 1980 et 200749. La période facilitait le développement des technologies des bases de données et la réussite du Réseau fut d’exporter en Europe son modèle dès 1989. Le Réseau européen d’information et de documentation sur l’Amérique latine (REDIAL) fut porté par les latino-américanistes français jusqu’en 2010, avant que des directions européennes ne le conduisent sur de nouveaux chemins. Ce réseau put travailler avec les nombreux centres d’Europe, existant souvent depuis les années 1960. Grâce à Romain Gaignard, président, à la fin des années 1990, du réseau de chercheurs Consejo Europeo de Investigaciones Sociales de América Latina (CEISAL), une coopération entre REDIAL et CEISAL vit le jour et permit de valoriser et diffuser la recherche européenne spécialisée en sciences humaines et sociales sur l’Amérique latine, en Europe d’abord puis sur le continent américain50. Cette politique coopérative est assez unique en France et en Europe, et on ne l’observe guère pour d’autres aires culturelles.

  • 51 Voir Georges Couffignal, « La politique étrangère de la France vis-à-vis de l’Amérique latine », Am (...)

59L’Amérique latine était alors devenue une cible de la construction d’un monde multipolaire, la France se devait de réagir pour essayer d’être « dans le jeu ». Après la tentative de De Gaulle dans les années 1960 de rompre le face à face Est-Ouest, les Français se rendirent vite à l’évidence que leur influence dans le monde était devenue très limitée. Avec François Mitterrand, la politique étrangère de la France connut un tournant décisif51. Une interaction avec l’Europe paraissait nécessaire, dès lors que l’Espagne et le Portugal avaient rejoint l’Europe communautaire. Il semblait évident que les efforts devaient être portés pour qu’une politique européenne puisse émerger. A défaut de politique étrangère à l’échelle de l’Europe, difficile à mettre en place, des programmes de coopération régionale virent le jour, tels ALFA (América Latina Formación Acádemica) et ALBAN (Bourses d’études de haut niveau pour l’Amérique latine), dans le domaine de la coopération universitaire ou encore URB-AL, programmes pour le développement des politiques urbaines par le truchement des collectivités territoriales et des gouvernements locaux.

60Depuis le début des années 1980, l’Amérique latine avait connu des bouleversements importants qui la conduisirent à la démocratisation de ses structures politiques et à l’ouverture économique. Pour les observateurs et chercheurs sur ces pays, il apparaissait plus que jamais nécessaire d’articuler les approches disciplinaires afin de mieux comprendre les évolutions de ces sociétés. Des questions comme, par exemple, celle de l’intégration, des religions, ou des migrations, montraient qu’il existait, de plus en plus, une fluidité des thématiques entre les aires culturelles du Nord et du Sud du continent. Prenant acte de cette prégnante réalité, les latino-américanistes invitèrent les nord-américanistes à mettre sur pied un Institut des Amériques, permettant les comparaisons fertiles et le développement d’axes transaméricains et transdisciplinaires.

61À partir de 2007, cette ultime mutation bouleversa le système à la fois structuré et fragile du latino-américanisme. Le GIS Amérique latine élargit son champ d’application pour que naisse le GIS Institut des Amériques qui allait façonner ce nouvel institut, en accueillant les recherches sur les États-Unis et le Canada.

Pour conclure : les aires culturelles en temps de mondialisation

  • 52 João Feres Junior, Histoire du concept d’Amérique latine aux États-Unis, Paris, L’Harmattan, 2010.
  • 53 Arezki Cherfaoui, « Visions et di-visions du monde dans la recherche en sciences humaines et social (...)
  • 54 Fernand Braudel, Grammaire des civilisations, Paris, Flammarion, 2008. (Champs Histoire, 795).
  • 55 Acronyme français pour (Afrique du Sud, Brésil, Russie, Inde et Chine) utilisé ici à la place de l’ (...)
  • 56 Michel Foucher, La bataille des cartes. Analyse critique des visions du monde, Paris, François Bour (...)
  • 57 Référence est ici faite à la thèse en cours d’Arezki Cherfaoui, La structuration de la recherche fr (...)

62Eu égard ces transformations, les outils conceptuels semblent inadaptés à l’examen de la nouvelle donne. Dans l’ère de la mondialisation, qui se déploie à partir des années 1990, la place de l’Amérique latine invite à revisiter les découpages usuels du monde en aires culturelles. Cette structuration, héritée en France des travaux de Fernand Braudel et de quelques autres, ne permet pas aujourd’hui d’analyser, dans toutes leurs diversités et conséquences, les dynamiques politiques, économiques et culturelles à l’échelle mondiale. Pour rendre compte par exemple de l’influence du vote hispanique dans le sud des États-Unis ou de l’empreinte culturelle latino-américaine sur ce territoire, il faudrait sans doute sortir de la vision dépréciative de l’Amérique latine, telle qu’elle a pu apparaître dans l’opposition Nord-Sud. Or, les mécanismes de dévalorisation restent à l’œuvre dans toutes les sphères de la société nord-américaine, que ce soit au niveau politique, social ou universitaire52. La recherche française n’est pas en reste. En étudiant les prises de position des chercheurs français, Areski Cherfaoui met en évidence une typologie de quatre profils de chercheurs, qu’ils retiennent le paradigme des aires culturelles, encore dominant dans les structures institutionnelles, ou s’en écartent53. Selon l’auteur, même si beaucoup restent fidèles à l’idée d’une consistance culturelle géographique, force lui est de constater que pour nombre de chercheurs en sciences humaines et sociales, les marqueurs politiques, culturels et économiques deviennent plus ambigus. La vision braudélienne qui oppose le Sud au Nord, l’Est à l’Ouest et l’Orient à l’Occident54 fait débat, alors que germent de nouvelles catégories analytiques pour penser le monde, comme c’est le cas par exemple de l’ABRIC55. Pour mieux apprécier la place des acteurs émergents et de leurs territoires, en ce début du XXIe siècle, sans doute sera-t-il nécessaire de forger de nouveaux instruments conceptuels : de ce point de vue, des pistes de travail surgissent, en termes de carte cognitive des dirigeants des pays émergents56 ou en termes de ‘zones de contact’, espaces interstitiels – politiques économiques et culturelles- entre grandes aires traditionnelles57. Ces pistes mériteraient certainement d’être privilégiées et approfondies… Cela apparaît indubitablement aujourd’hui pour l’ABRIC, mais pourrait concerner les Caraïbes pour les Amériques, le Sahel pour l’Afrique ou encore la Méditerranée.

Haut de page

Notes

1 Des festivals spécialisés sur le cinéma latino-américain permettent, régulièrement, de valoriser en France, les cinémas d’Amérique latine (Biarritz, Toulouse, Nantes, Pessac, Paris…).

2 Rappelons ici les paroles de Lucien Febvre, dans son texte fondateur pour les latino-américanistes « Un champ privilégié d’études : l’Amérique du Sud » in Annales d’histoire économique et sociale, 1929, n° 2 : « De cette Amérique du Sud qui pendant si longtemps, a vécu dans un isolement relatif et en tout cas dans l’ignorance totale des civilisations européennes, la nature et l’histoire ont fait pour nous un champ précieux d’expériences et de comparaisons. Pour nous, qui que nous soyons, préhistoriens ou ethnographes, historiens ou géographes, curieux du présent ou investigateurs du passé, il est excellent qu’il y ait des américanistes, spécialisés dans l’étude d’un monde largement original ».

3 Ernest Martinenche, président du Groupement des universités et grandes écoles de France pour les relations avec l’Amérique latine, déclarait dans les années 1920 : « L’Amérique latine nous a fait jusqu’ici l’honneur de nous connaître infiniment mieux que nous ne la connaissons. Elle a lu nos livres, ceux où l’on travaille aussi bien que ceux où l’on se repose. Nous n’avons longtemps répondu à cette prédilection que par les maladresses d’une sympathie confuse et mal éclairée. L’organisation de l’enseignement de l’espagnol date d’hier chez nous, et c’est à peine si le portugais commence à se faire dans notre Université une place beaucoup trop petite. C’est donc au public de langue française qu’il convient de faire mieux comprendre l’Amérique latine dont l’expansion européenne demeure notre plus cher souci ». Rapporté par Charles Lesca in Histoire d’une revue. Hommage à Ernest Martinenche (Études hispaniques et américaines), Paris, Éd. d’Artrey, 1939, p. 437.

4 Déjà en 1850, on trouve des traces d’une admiration réelle pour les pays du cône Sud chez Victor Hugo et Alexandre Dumas pour ne citer ici que les auteurs les plus emblématiques. Nous ne reviendrons pas sur le mouvement qui poussa les Français à intervenir au Mexique, mais celui-ci revint au tournant du siècle lorsque, hors de tout bellicisme, les politiques vantaient les républiques-sœurs d’Amérique latine.

5 Selon l’article premier de ses statuts, l’Alliance française est une association à but non lucratif qui a pour objet de « diffuser la langue française » et de « regrouper tous ceux qui désirent contribuer au développement de la connaissance et du goût de la langue et de la pensée françaises ».

6 Au début du XXe siècle, certaines maisons d’édition comme Garnier Frères, les Éditions Veuve Bouret, la librairie Ollendorff et d’autres développaient un commerce florissant dans une Amérique latine francophile, qui permettait la diffusion d’œuvres en français et en espagnol dans toute cette région. Jean François Botrel, cite à ce propos deux témoignages très parlants : « En París, Garnier se gloria en ganar con sus libros en castellano más que todos los editores juntos de Madrid » et « La Viuda Bouret, tiene casi monopolizado el mercado de México ». Cf. Jean François Botrel, La sociedad de ediciones literarias y artisticas. Librería Paul Ollendorff (contribution à l’étude de l’édition en langue espagnole, à Paris au début du XXe siècle Bordeaux, Institut d’études ibériques et ibéro-américaines, 1970, 27 p.

7 Notons qu’à partir de la loi du 7 juillet 1904 qui stipule la suppression en France des congrégations religieuses enseignantes, nombreux furent les religieux français qui partirent fonder des établissements à l'étranger. L'Amérique, du Nord (Québec) et du Sud, fut une destination privilégiée.

8 Cf. Jean-Claude Villegas, Paris, capitale littéraire de l’Amérique latine, Dijon : EUD, coll. « Écritures », 2007 ; Nathalie Froloff, « Dernière tentation de Valery Larbaud : le Brésil », Cahiers des Amis de Valery Larbaud, éditions des Cendres, 2005.

9 Alfonso Reyes par exemple arriva à Paris en 1925, en qualité d’ambassadeur du Mexique en France.

10 André Breton, « L’homme, ce rêveur définitif, de jour en jour plus mécontent de son sort, fait avec peine le tour des objets dont il a été amené à faire usage ». Extrait du Manifeste du surréalisme, Paris, Éditions du Sagittaire, 1924.

11 André Breton, Martinique charmeuse de serpents, Paris, Jean-Jacques Pauvert éditeur, 1972, 117 p.

12 André Breton, Discours au Savoy-Club de Port-au-Prince, 14 décembre 1945. Repris dans « Alentours I », Œuvres complètes, volume 3, Paris, Gallimard, 1999. (Bibliothèque de la Pléiade, n° 459).

13 Jean Jaurès par exemple se rendit en 1911 au Brésil, Uruguay et Argentine de mi-juillet à fin octobre. Une récente publication rend compte de ce voyage : Jean Jaurès. Discours en Amérique latine (1911), éd. Bruno Leprince, 2010. Georges Clémenceau visita ces mêmes pays, lui aussi en 1911 et publie la même année ses Notes de voyages dans l’Amérique du Sud. Argentine- Uruguay-Brésil, Paris, Hachette, 1911.

14 Le Groupement en la personne d’Ernest Martinenche, titulaire de l’enseignement d’espagnol (son poste parisien, créé en 1906, fut transformé en 1919 en chaire de l’université de Paris), bénéficiait de la récente réorganisation de l’enseignement des langues vivantes en France, et plus particulièrement de celui de l’espagnol.

15 Charles Lesca, « Les oeuvres américaines de Paris. le Groupement des universités et des grandes écoles de France pour les relations avec l'Amérique latine » in France-Amérique, août 1912, p. 103-106.

16 Voir Jean-Paul Lefèvre, « Les missions universitaires françaises au Brésil dans les années trente », Vingtième siècle revue d’histoire, 1993, n° 38, p. 24-33.

17 Miguel Angel Asturias, « Une certaine idée de l’Amérique latine », Espoir, n° 114, 1998.

18 Aujourd’hui Institut français d’études andines (IFEA).

19 Robert Ricard, « Introduction », La conquête spirituelle du Mexique, essai sur l’apostolat et les méthodes missionnaires des ordres mendiants de la Nouvelle Espagne de 1523-24 à 1572, Paris, Institut d’ethnologie, 1933.

20 Cf. Giuliana Gemelli, Fernand Braudel, Paris, Odile Jacob, 1995 p. 64.

21 Comme en 1929, les Annales défendaient l’Amérique latine comme une région propice au développement de recherches originales. Cf. « A travers les Amériques latines », cahier spécial des Annales. Économies-Sociétés-Civilisations, octobre-décembre 1948, Paris, Colin, 191 p. Deuxième partie, chapitre 1. Jean-Pierre Berthe nous confiait : « Avec le recul, je crois pouvoir dire que cette lecture a probablement fixé ma vocation d’historien de l’Amérique, sans que j’en aie eu pleinement conscience sur le moment ». [Entretien avec Jean-Pierre Berthe, 24 juillet 1996].

22 C’est ainsi qu’en 1951, dans une note brève publiée dans la rubrique « outillage et documentation », la revue revenait sous la plume de Fernand Braudel, sur les carences qui demeuraient en ce domaine. Cf. Fernand Braudel : « Où étudie-t-on l’histoire des Amériques », Annales. Économies-Sociétés-Civilisations, 1951, n°6, p. 91.

23 Jacques Lafaye insiste sur l’importance de ce voyage dans l’évolution de l’oeuvre de Marcel Bataillon. « El estudio de Hispanoamérica en Francia » in Arbor, ciencia, pensamiento y cultura, Tome CII, n° 400, avril 1979, p. 85 [541]- 100 [556]. Marcel Bataillon revient lui-même sur ce voyage p. VII de l’introduction qu’il signe pour présenter un recueil de ses travaux sur Las Casas : « Pour aider à faire de moi un lascasien, il fallut aussi que, peu avant de partir pour l’Amérique le ‘seiziémiste’ que j’étais eût, grâce à Silvio Zavala, la révélation de Vasco de Quiroga, disciple de Thomas More et défenseur, comme Las Casas, des Indiens contre l’esclavage. Au cours d’un voyage de plusieurs mois, je vis, en 1948, les Indiens de la région de Pátzcuaro, où la mémoire de Don Vasco est toujours vénérée ; ceux des parages d’Atitlán et de Chichicastenango, par où Las Casas et ses compagnons missionnaires approchèrent la Tierra de Guerra qu’ils allaient changer en Vera Paz ; ceux du Cuzco et ceux de Machu Picchu qui fut peut-être le refuge de l’Inca rebelle de Vilcabamba. La vie de Las Casas et ses écrits se lièrent indissolublement pour moi, à cette Amérique qui, aujourd’hui encore, garde un visage indien, et qui parle espagnol ». Cf. « Introduction », in Études sur Bartolomé de Las Casas réunies avec la collaboration de Raymond Marcus, Paris, Centre de recherches de l’Institut d’études hispaniques, 1965 (Thèses, mémoires et travaux n°5).

24 Depuis le 4 décembre 1945, date de sa leçon inaugurale, Marcel Bataillon occupait la Chaire de langue et littérature de la Péninsule ibérique et de l’Amérique latine au Collège de France. Il se livra lors de sa leçon inaugurale à l’inventaire de l’héritage légué à la nouvelle chaire par un siècle de travaux consacrés à la langue et à la littérature de la Péninsule ibérique et rendit un hommage particulier aux hispanistes français. Dans son recueil Études sur Bartolomé de Las Casas il précise (p. VII de l’introduction) que le titre même de sa chaire avait été conçu « en préjugeant de [son] intérêt pour l’Amérique ». Cet intérêt, nous l’avons vu, s’amplifia après le voyage de 1948.

25 Marcel Bataillon, « Notre hispanisme devant l’Amérique » in Les Langues néo-latines, n° 112, 43e année, février-juin 1949, p. 1-7.

26 Édouard Bonnefous, dir., Pierre Gerbet, coord., Encyclopédie de l’Amérique latine politique, économique culturelle. Préface d’Édouard Bonnefous, Paris, PUF, 1954, 628 p. On y trouve des contributions de : Paul Arbousse-Bastide, Louis Baudin, Roger Bastide, Jean Borde, Marc Bouloiseau, Igor Boussel, Jean Cassou, François Chevalier, Pierre Deffontaines, René Durand, Henry Lavachery, Jean Meyriat, Jacques Oudiette, Marc Pieyre, Georges Poussot, Georges Raeders, Georges Sachs, Abelardo Saenz, Filoteo Samaniego, Jacques Soustelle, Michel de Toro, Jean Touchard, Angel Trapero-Ballesteros, Jean Vellard, Auguste Viatte, Jean Viet, Alberto Zerega-Fombona.

27 Cf. « La France dans le monde » in Cahiers français d’information, 15 mars 1955, p. 23.

28 François Chevalier, La naissance des grands domaines au Mexique (XVIe-XVIIe siècles, 1949/ Pierre Monbeig, Pionniers et planteurs de São Paulo, 1952/ Paul Arbousse-Bastide, Le positivisme politique et religieux au Brésil : de l’Empire à la Constitution républicaine (1850-1891), 1953/ Germain Bazin, L’architecture et la sculpture décorative des églises brésiliennes à l’époque baroque, 1954. Viendraient ensuite les thèses des jeunes chercheurs constituant la seconde génération des latino-américanistes comme par exemple celles de Frédéric Mauro, Le Portugal et l’Atlantique au XVIIe siècle, étude économique, 1957 / Jean Roche, La colonisation allemande et le Rio Grande do Sul, 1957 / Michel Rochefort, Rapports entre la pluviosité et l’écoulement dans le Brésil subtropical atlantique : étude comparée des bassins de Guaiba et du Paraiba du sud, 1958 / Pierre Chaunu, Séville et l’Atlantique (1504-1650), 1960.

29 Voir Philippe Hugon, « La pensée francophone en économie » in Choquet, C., Dollfus, O., Le Roy, E., Vernières, M., dir. État des savoirs sur le développement, op. cit., p. 49.

30 Tel est, en effet, le titre qu’Odette Guitard donne à son ouvrage Bandung et le réveil des anciens colonisés, publié aux Presses universitaires de France.

31 Franz Fanon, Peau noire, masques blancs, Paris, Éd. Du Seuil, 1952 ; Les damnés de la terre, préface de Jean-Paul Sartre, Paris, François Maspéro, 1961.

32 Citons, par ordre chronologique de parution, ceux qui eurent le plus de retentissement : Jean Lacouture et Henri Baumier, Le poids du tiers monde, Paris, Arthaud, 1962 ; Gabriel Ardant, Le monde en friches, Paris, PUF, 1963 ; R. Gendarme, La pauvreté des nations, Paris, Cujas, 1963 ; A. Sauvy, Malthus et les deux Marx, le problème de la famine et de la guerre, Paris, Gonthier, 1963 ; J., Austruy Le scandale du développement, Paris, M. Rivière, 1965 ; Y. Lacoste, Géographie du sous-développement, PUF, 1965 ; J. Freyssinet, Le concept du sous-développement, Paris, Mouton, 1966 ; Pierre Jalée, Le tiers monde dans l’économie mondiale, François Maspero, 1966 ; J. M. Albertini, Les mécanismes du sous développement, Paris, Editions ouvrières 1967 ; Pierre Jalée, Le pillage du tiers monde, François Maspero, 1969 ; C. Furtado, La politique économique de l’Amérique latine, Paris, Sirey, 1970 ; P. Bairoch, Le tiers monde dans l’impasse, Paris, Gallimard, 1974 ; René Dumont, L’Utopie ou la mort, Paris, Seuil, 1974 ; D. C. Lambert, Les économies du tiers monde, Paris, Armand-Colin, 1974 ; etc.

33 Les principales revues françaises spécialisées dans lesquelles ce débat s’est exprimé au fil du temps sont les suivantes : Les Cahiers de l’ISEA (Institut de sciences économiques appliquées); Économies et Sociétés : Développement et Civilisation (Institut de recherche et de formation en développement, IRFED) ; Économie et Développement (Centre d’études et de recherches en développement international, CERDI) ; Économie et Humanisme ; Les Cahiers de l’ORSTOM; Mondes en développement (Institut des sciences mathématiques et économiques appliquées ISMEA) ; Population (Institut national d’études démographiques, INED) ; Tiers monde (Institut d’études sur le développement économiques et social, IEDES) ; Stateco (Institut national de la statistique et des études économiques, INSEE).

34 Malgré son coût, la télévision suscita assez vite l’engouement populaire. En 1950 elle ne fonctionnait que deux heures par jour ; en 1954 moins de 60 000 foyers en étaient équipés ; ce n’est qu’à la fin de la décennie que ce phénomène prit de l’ampleur : en 1958, 680 000 postes étaient installés et la télévision couvrit peu à peu l’ensemble du territoire et imposa des rendez-vous attendus, comme le Journal télévisé qui se transforma peu à peu en un véritable rituel. L’émission Cinq colonnes à la une est emblématique de cette période. Magazine d’un genre nouveau, cette émission inaugura le 9 janvier 1959 la naissance du grand reportage télévisé ; produite par Pierre Lazareff, Pierre Desgraupes, Pierre Dumayet et réalisée par Igor Barrère, l’émission est représentative de la présidence du général de Gaulle puisqu’elle l’accompagna jusqu’en mai 1968, presque au terme de son pouvoir.

35 Pierre Lazareff à la tête de France-Soir réalisa à la fin de la Seconde Guerre mondiale la révolution de la presse française. Avec France-Soir, il prit le pari fou d’un journal couvrant à la fois de grands reportages à l’autre bout du monde, donnant les résultats des courses hippiques, surveillant les moindres bruissements du Parlement et exposant le dernier fait divers à sensation. La réussite fut totale. En 1960, le journal tournait 24 heures sur 24, connaissait jusqu’à huit éditions par jour et tirait quotidiennement à plus d’un million d’exemplaires.

36 Cf. Carmelo Mesa-Lago et Sandra E. Miller, Shirley A. Kregar (collab.), Latin American studies in Europe, s.l, Tinker Foundation Incorporated, [1979], 190 p. (Latin American monograph & Document series).

37 Guy Georgy, « De Gaulle et l’Amérique latine » in L’Amérique latine, vingt-cinq ans de bouleversements, 1963-1988, Toulouse, Université de Toulouse le Mirail, 1989, p. 21.

38 « Une conférence sur l’Union latine » in Le Monde, 12 juillet 1963.

39 Après s’être rendu au Mexique du 16 au 20 mars 1964, le général de Gaulle fit une longue tournée du 20 septembre au 16 octobre en Amérique du Sud. Il visita dix pays du Cône Sud en vingt-six jours : Venezuela, Colombie, Équateur, Pérou, Bolivie, Chili, Argentine, Paraguay, Uruguay, Brésil.

40 Guy Georgy, « De Gaulle et l’Amérique latine », art. cit., p. 32.

41 David E. Stansfield, « The study of Latin American Politics in British Universities » in Latin American Research Review, vol. 9 n° 2 (Summer 1974), p. 96.

42 Cf. Vladimir Mijailovich Davydov, « Latinoamerística en el cruce de caminos. Alcances anteriores y búsqudas actuales » in REDIAL. Revista Europea de Información y Documentación sobre América Latina, 1995-1996, n° 6-7, p. 19-32.

43 Les dictatures militaires installées avec le soutien plus ou moins affiché des États-Unis affligèrent de nombreux pays : Paraguay (1954), Brésil et Bolivie (1964), Uruguay et Chili (1973) ; Argentine (1976).

44 Cf. Jean-Michel Guittard, Mona Huerta, « Cent ans de thèses françaises sur l’Amérique latine », Cahiers des Amériques latines, 1998, n° 28-29, p. 109-137.

45 Université de la Sorbonne nouvelle Paris 3, sans doute la moins adaptée aux orientations de l’Institut, versé plutôt sur les sciences sociales, puisqu’elle se dédiait plus particulièrement aux disciplines littéraires.

46 Publié par l’Institut d’études mexicaines de Perpignan à partir de 1974, ce titre sera repris par le Groupe de recherche Amérique latine de Toulouse en 1984 « sans même perdre un trimestre ».

47 L’une des plus importantes revues de science politique est publiée par l’université d’Aix-Marseille : Annales des pays d’Amérique centrale et de Caraïbes qui devient en 1992 Annales d'Amérique latine et des Caraïbes. L’université de Paris VIII consacre dans sa revue Perspectives latino-américaines une grande place à l’économie politique. L’université des Antilles-Guyane édite par l’intermédiaire de son Centre d’études et de recherches sur la Caraïbe, la Revue du CERC.

48 Notons qu’en 1994, un nouveau titre concernant les études sur le Brésil paraît : Lusotopie. L’ambition de ce titre est cependant plus large puisqu’il entend couvrir l’ensemble du domaine lusophone. La revue Cahiers du Brésil contemporain reste la seule revue scientifique française consacrée exclusivement au Brésil.

49 D’abord Groupement de recherches coordonnées (GRECO) ce réseau perdura grâce à l’évolution de ses statuts. Il devint Groupement de recherche (GDR), puis Groupement d’intérêt scientifique (GIS).

50 <http://www.red-redial.net>.

51 Voir Georges Couffignal, « La politique étrangère de la France vis-à-vis de l’Amérique latine », Amérique latine 2011. L’Amérique latine est bien partie, La Documentation française, 2011, p. 59-72.

52 João Feres Junior, Histoire du concept d’Amérique latine aux États-Unis, Paris, L’Harmattan, 2010.

53 Arezki Cherfaoui, « Visions et di-visions du monde dans la recherche en sciences humaines et sociales ». Colloque international Interculturalités. État des lieux, malentendus, perspectives, théories et pratiques, 12-14 septembre 2012, Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines.

54 Fernand Braudel, Grammaire des civilisations, Paris, Flammarion, 2008. (Champs Histoire, 795).

55 Acronyme français pour (Afrique du Sud, Brésil, Russie, Inde et Chine) utilisé ici à la place de l’acronyme anglais BRICs.

56 Michel Foucher, La bataille des cartes. Analyse critique des visions du monde, Paris, François Bourin éditeur, 2011.

57 Référence est ici faite à la thèse en cours d’Arezki Cherfaoui, La structuration de la recherche française dans le champ des aires culturelles, développée dans le cadre du Centre universitaire de recherches sur l’action publique et le politique - Épistémologie et sciences sociales (CNRS)-Université Jules-Verne-Picardie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mona Huerta, « Le latino-américanisme français en perspective », Caravelle, 100 | 2013, 39-62.

Référence électronique

Mona Huerta, « Le latino-américanisme français en perspective », Caravelle [En ligne], 100 | 2013, mis en ligne le 02 décembre 2013, consulté le 27 avril 2017. URL : http://caravelle.revues.org/100 ; DOI : 10.4000/caravelle.100

Haut de page

Auteur

Mona Huerta

Institut des Amériques Paris & Réseau européen d’information et de documentation sur l’Amérique latine

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org